comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | »

les brèves

Prix du gaz: Les tarifs en hausse de 5%

Ajouté le 02/01/2017 - Auteur : jazz

Les tarifs réglementés du gaz, appliqués par Engie (ex-GDF Suez) à 5,8 millions de consommateurs en France, ont augmenté le 1er janvier 2017. La hausse moyenne des tarifs réglementés ajoutée à celle de la taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel ont entraîné plus de 5% d'augmentation.


Et bonne année ! La facture de gaz des quelque 5,8 millions de d’abonnés aux tarifs réglementés d’ENGIE(ex-GDF Suez) a augmenté de plus de 5 % le 1er janvier.

La raison, une taxe qui augmente et des coûts d’approvisionnement du fournisseur également en hausse.

Une hausse de 5%

Les consommateurs subissent donc, ce mois-ci, d’une part une hausse moyenne des tarifs réglementés (hors taxes) de 2,3 %.

Cette hausse sera de 2,4 % pour les foyers qui utilisent le gaz pour chauffer leur logement, de 0,8 % pour ceux qui l’utilisent pour la cuisson et de 1,4 % pour ceux qui en font un double usage cuisson et eau chaude.

Les tarifs réglementés connaissent d’autre part l’effet de la majoration de la taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel (TICGN), qui s’applique à tous les consommateurs particuliers de gaz.



Elle est passée à 5,88 euros le mégawattheure (MWh), contre 4,34 euros actuellement, entraînant une hausse d’environ 3 % de la facture des consommateurs abonnés aux tarifs réglementés, selon un calcul de l’AFP.

Au total, l’augmentation sur la facture est de plus de 5 %. En cumulé, le prix moyen baisse depuis 2015.

Toutes taxes comprises, la facture annuelle de gaz augmentera ainsi de 55,90 euros pour le chauffage, de 9,90 euros pour l’usage cuisson et eau chaude, et de 2,50 euros pour la seule cuisson.

La Commission de régulation de l’énergie a toutefois, rappelé que les tarifs réglementés du gaz ont enregistré, en cumulé, une baisse moyenne de 1,2 % depuis le mois de janvier 2016, et de 12 % depuis janvier 2015.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Les tarifs d'acheminement du gaz vont baisser

Ajouté le 28/12/2016 - Auteur : jazz

Les tarifs qui rémunèrent les gestionnaires des réseaux français de gazoducs vont baisser à partir du 1er avril 2017, mais l'impact sera "modéré" sur les factures des consommateurs, selon une délibération du gendarme français de l'énergie, confirmé jeudi.

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) avait déjà fait état de ces baisses dans un projet de décision publié fin novembre 2016 et qui a depuis reçu l'avis positif du Conseil supérieur de l'énergie (CSE).


Ce tarif d'utilisation des réseaux de transport de gaz naturel, qui sont définis pour une période d'environ 4 ans jusqu'en 2021, baissera de 3,1% pour GRTgaz, filiale d'ENGIE, et de 2,2% pour TIGF, qui exploite le réseau de gazoducs du sud-ouest de la France, a précisé la Commission de régulation de l'énergie dans sa délibération datée du 15 décembre dernier.

Ces baisses s'expliquent principalement par la diminution du coût du capital.



Les tarifs pourraient ensuite repartir à la hausse les années suivantes, en raison des coûts liés à la création une place de marché unique en France pour le gaz à l'horizon 2018, a-t-elle ajouté.

L'effet de ces évolutions sur la facture des consommateurs finals raccordés aux réseaux de distribution et se chauffant au gaz reste modéré, dans la mesure où les tarifs de transport représentent environ 8% de la facture globale de gaz d'un consommateur résidentiel se chauffant au gaz", a expliqué la CRE.

Des capacités de stockage de gaz suffisantes

En cas de pic de froid, aucune pénurie de gaz n’est à crainde. C'est ce qu'ont indiqué les deux principaux opérateurs de réseaux de transport GRTgaz et TIGF mardi 22 novembre dernier.

Ces derniers ont indiqué que leurs infrastructures pourraient approvisionner les consommateurs en gaz, durant tout l'hiver.

GRTgaz et TIGF ont par ailleurs précisé qu'ils disposaient de capacités excédentaires pour affronter les périodes de grand froid.

Donc, même en cas de conditions extrêmes, les foyers alimentés au gaz resteront bien chauffés. Les deux fournisseurs ont basé leur évaluation sur ce qu'on appelle la pointe du froid : une température basse trois jours de suite. Un phénomène qui se produit tous les cinquante ans.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

L’autoconsommation est en pleine essor

Ajouté le 26/12/2016 - Auteur : jazz

Un nouveau projet de loi devrait aider le développement de l'autoconsommation en France. L'Assemblée a approuvé mercredi dernier un projet de loi visant à encourager le développement de l'autoconsommation d'électricité, qui permet à un particulier ou une entreprise de consommer le courant qu'il produit, souvent grâce à des panneaux solaires.


Jusqu'à maintenant, l'absence de règles claires, les prix bas de l'électricité et les tarifs attractifs de rachat par EDF du courant produit par les énergies renouvelables, n’incitaient les particuliers et les entreprises à se lancer dans l’autoconsommation.

Le projet de loi publié cet été, adopte deux ordonnances qui obligent particulièrement les gestionnaires du réseau électrique à "faciliter les opérations d'autoconsommation", donnent "une définition des opérations d'autoconsommation collective" et prévoient "un tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité spécifique", a indiqué la ministre du Logement Emmanuelle Cosse.



70 Projets désignés lauréats

A la suite de la publication de ces ordonnances, environ 70 projets photovoltaïques, ont été désignés lauréats du premier appel d'offres national dédié au développement de projets d'autoconsommation.

Cet appel d'offre concernait des installations de taille moyenne (entre 100 et 500 kilowatts) déployées par des entreprises industrielles, tertiaires et les bâtiments commerciaux.

Le taux d'autoconsommation de ces projets sera en moyen de 97,4%. Si le l’énergie solaire est la plus utilisée dans les projets d'autoconsommation, elle peut concerner toutes les sources d'énergie renouvelables (petite hydroélectricité, moulins, etc.).

Un autre article du projet de loi interdit la valorisation des garanties d'origine de la production d'électricité renouvelable bénéficiant déjà d'un soutien public (obligation d'achat, complément de rémunération), afin d'éviter un cumul d'aides.

Un amendement a toutefois été voté, avec l'aval du gouvernement, visant à ce que "l'Etat puisse récupérer les garanties d'origine de la production d'électricité renouvelable soutenue et qu'il puisse la vendre aux enchères aux fournisseurs qui souhaiteraient utiliser ces garanties d'origine dans le cadre de leurs offres commerciales".

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Prix électricité : Hausse ou baisse en 2017 ?

Ajouté le 22/12/2016 - Auteur : jazz

EDF a perdu 12% dès l'ouverture de la place de Paris. Avec une action à moins de 10 euros, EDF évolue tout près de ses plus bas historiques.

D'après la direction financière de l'entreprise, son "Ebitda" sera d'au moins 16 milliards d'euros en 2016, mais de seulement 14 milliards en 2017, pour un chiffre d'affaires proche de 75 milliards.


En cause, "la baisse des prix de marché en France et au Royaume Uni par rapport à 2016".

Malheureusement cette baisse ne profitera pas aux ménages français, qui verront plutôt le montant de leur facture augmenter en 2017.

Actuellement environ 90 % des français sont abonnés au tarif règlementé appliqué par EDF. Largement indépendant du marché, mais très sensible au coût de la distribution de l’électricité.

D’ailleurs, le tarif qui rémunère le distributeur de courant Enedis (ex-ERDF) va augmenter en moyenne de 2,71% le 1er août 2017, ce qui pourrait engendrer une hausse de 2% la facture d'électricité des ménages, a rapporté le gendarme français de l'énergie dans une délibération publiée le 21 novembre.



+2% au août 2017 ?

Le "tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité (Turpe)", qui est fixé pour une période d'environ 4 ans, augmentera en moyenne de 2,71% au 1er août 2017, avec ensuite des évolutions annuelles suivant l'inflation, a précisé la Commission de régulation de l'énergie (CRE) dans sa délibération.

Répercuté par tous les fournisseurs, ce nouveau tarif d'acheminement baptisé Turpe 5 représente environ 40% de la facture d'électricité hors taxes des clients résidentiels.

Il conduirait donc, "toutes choses égales par ailleurs, à une augmentation, en août prochain, de l'ordre de +2%, toutes taxes comprises, de la facture moyenne des clients résidentiels ayant souscrit une offre de fourniture d’électricité Heures Pleines–Heures Creuses avec une puissance souscrite de 6 ou 9 kVA", a indiqué la CRE.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Les raisons de l’augmentation du prix du gaz

Ajouté le 21/12/2016 - Auteur : jazz

La facture de gaz va augmenter de 5% minimum, en raison de l’application d’une taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel souvent appelée Contribution Climat Energie et d'une hausse des coûts d'approvisionnement chez ENGIE.


Hausse des coûts d’approvisionnement

Après la chute historique du cours de l’or noir l’hiver dernier, le prix du baril de pétrole dépasse actuellement les 52$ (55$ pour le Brent Mer du Nord) à la suite de l’accord passé entre pays de l’OPEP et pays producteurs non membres de l’OPEP comme la Russie il y a 2 semaines.

Deux conséquences : les Américains restent isolés sur le théâtre des négociations et le prix du baril augmente.

L’augmentation du prix du baril entraîne évidemment une augmentation des tarifs de gaz.

De plus, la crainte sur les volumes de gaz disponibles cet hiver est bien présente : le système de production et d’approvisionnement électriques étant sous de fortes tensions pour les futures années, de sérieux doutes persistaient jusqu’à très récemment sur la capacité de fournir d’une part les centrales à gaz produisant de l’électricité et d’autre part l’ensemble des usagers privés et publics.

Les infrastructures de gaz ayant été rénovées à l’échelle nationale, les importations ont augmenté ce qui tempère la hausse des prix du gaz sans toutefois les annuler.



Hausse de la taxation

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) l’a confirmé dernièrement : la taxe TICGN débouche au 1er janvier sur une augmentation de 3% de la facture générale reglée par la clientèle gaz.

En pleine période de précarité énergétique et avec cet hiver qui s’annonce périlleux (nucléaire à la baisse, peu de vent, températures froides en prévisions), le choix fiscal a été une hausse cumulée assez faible pour 5 à 5,5% de plus sur les factures finales.

Cependant les courbes des prix internationaux de l’énergie sont explicites : rien ne préfigure une stagnation des prix pour l’année 2017, sauf en cas de crise économique touchant des centres de production industrielle d’envergure mondiale.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Engie passe le cap des 10 Gw au Brésil

Ajouté le 19/12/2016 - Auteur : jazz

La centrale hydroélectrique de Jirau au Brésil affiche une capacité totale de 3 750 mégawatts (MW), soit autant que la puissance cumulée de 3 ou 4 réacteurs nucléaires. Il peut produire l'équivalent de la consommation de plus de 10 millions de foyers.


Le 16 décembre, la centrale hydroélectrique de Jirau, située au nord du pays a été inaugurée en présence de Gérard Mestrallet, Président d'ENGIE.

Quatrième centrale électrique du Brésil par sa taille, Jirau est le plus grand projet hydroélectrique jamais exploité par l'énergéticien français.

La construction du site a duré huit ans et a généré plus de 60.000 emplois directs et indirects principalement locaux.

La centrale hydroélectrique de Jirau est détenue par Energia Sustentável do Brasil, une société de projet constituée par Engie (40 %), Eletrobras Eletrosul (20%), Eletrobras Chesf (20%) et Mizha Participações S.A. (20%), filiale de Mitsui & CO., LTD.



Un investissement de 5,3 milliards de dollars

Située sur le fleuve Madeira, dans l'Etat de Rondônia, Jirau est en mesure de produire l'équivalent de la consommation de 10 millions d'habitants. Sur cette production, 70% sont déjà commercialisés dans le cadre de contrats long terme, a précisé ENGIE, premier producteur privé d'électricité au Brésil, avec environ 6% de la capacité de production électrique du pays (10.212 MW), à 90% renouvelable.

Le projet aura nécessité un investissement total d'environ 5,3 milliards sachant qu'Engie et ses partenaires vont exploiter le site dans le cadre d'une concession dont la durée a été fixée à 35 ans.

Malgré sa dimension hors normes, Jirau n'est pas la première grosse centrale hydroélectrique pilotée par le groupe français. Celui-ci exploite déjà la centrale d'Ita sur le fleuve Uruguay au Brésil également d'une capacité de 1 450 mégawatts (MW).

Le développement du fournisseur s'articule autour de trois grands piliers : le gaz, les énergies renouvelables et les services énergétiques.

Trois métiers qui assurent 80% de l'activité du groupe dans lesquels Engie compte parmi les leaders mondiaux et entend fermement accentuer son leadership.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Les Français quittent les tarifs réglementés

Ajouté le 15/12/2016 - Auteur : jazz

Près de 10 ans après l'ouverture du marché de l'énergie à la concurrence, de plus en plus de particuliers et de professionnels choisissent de quitter les tarifs réglementés du gaz et de l'électricité pratiqués par les fournisseurs historiques EDF et Engie.

Selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE) au troisième trimestre, le nombre de clients particuliers ayant basculé en offre de marché a augmenté de 5,1% pour l'électricité et de 3,1% pour le gaz naturel, par rapport au trimestre précédent.


Dans l’électricité, 207.000 clients particuliers ont opté pour une offre de marché au troisième trimestre.

Mais au 30 septembre, une grande majorité de particuliers (86,7%) restaient encore fidèles aux tarifs réglementés pratiqués par le fournisseur historique EDF qui propose également des offres de marché, comme l’ensemble de ses concurrents (Direct Energie, Planète OUI, Enercoop, Lampiris, EkWateur ..).

Comparé aux tarifs réglementés, "le prix de l’offre de marché la moins chère proposée à Paris est inférieur de 6%" et pour un client abonné au tarif heures pleines/heures creuses "la différence atteint 7%".



45,3% des abonnés au gaz sont en offre de marché

Dans le gaz, ce sont 146.000 nouveaux clients qui ont choisi de quitter les tarifs réglementés appliqués par ENI, ENGIE (ex-GDF Suez).

Sur les 10,6 millions d’abonnés au gaz, 45,3% ont opté pour une offre de marché. Des tarifs proposés par les fournisseurs dits alternatifs (ENI, Lampiris, Direct Energie …) mais aussi par Engie.

Là encore, l’offre de marché la moins chère "est inférieure de 5 à 7% selon les types de consommation (cuisson ou chauffage)".

Les professionnels basculent aussi vers les offres de marché

Depuis le 1er janvier 2016, les sites professionnels d’électricité ayant une consommation de gaz naturel qui excède 30 mégawattheures (MWh) par an ne peuvent plus bénéficier des tarifs réglementés de vente appliqués par les fournisseurs historiques EDF et ENGIE.

Entre juillet et septembre, 46.000 nouveaux sites non-résidentiels sont ainsi passés en offre de marché (+3,1%) pour l'électricité.

Ainsi sur les 4,9 millions de sites non-résidentiels, 1,5 million sont désormais en offre de marché.

Dans le gaz, 579.000 sites sur 660.000 étaient en offre de marché fin septembre, dont 251.000 chez un fournisseur alternatif.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Prix du gaz : Une hausse de 5 % prévue en janvier

Ajouté le 14/12/2016 - Auteur : jazz

En raison d'une hausse des coûts d'approvisionnement et de l'application de la taxe carbone, les tarifs réglementés d'Engie devraient augmenter d’environ 5,3% en janvier prochain, a rapporté lundi le Figaro.

Mauvaise nouvelle pour les quelque 7 millions de ménages qui ont choisi les tarifs réglementés d'Engie (ex-GDF), leur facture de gaz va augmenter de plus de 5%.


Cette majoration est le fruit de deux augmentations distinctes : d'une part, la hausse des tarifs réglementés due à une hausse des coûts d'approvisionnement d'Engie (ex-GDF Suez) de 2,3% dans le sillage de la remontée des cours du pétrole, d'autre part, l'application de la taxe carbone, qui doit déboucher sur une augmentation de 3% de la facture.

Les tarifs réglementés du gaz, d’ENGIE ont déjà augmenté de 2,6% pour décembre, avait indiqué fin novembre la CRE, en soulignant alors que depuis le 1er janvier 2016, les tarifs avaient baissé en moyenne de 3,4%.



Si l'on considère l'ensemble du déroulé de l'année 2016, les hausses et les baisses de ces prix administrés s'équilibrent globalement.

Depuis 2012, les prix du gaz font l’objet d’une révision mensuelle, via une formule de calcul qui intègre notamment les prix du gaz sur le marché de gros ainsi que la courbe du pétrole.

Or le baril, après avoir chuté dans des proportions importantes au début de l'année, est reparti à la hausse depuis quelques semaines.

Le marché de l’énergie est ouvert à la concurrence depuis 2007

Depuis l'ouverture du marché de l'énergie à la concurrence en juillet 2007, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les tarifs réglementés de l'ancien monopole et les prix de marché, proposés tant par ENGIE que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, ENI, Lampiris, etc).

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

RTE lance la nouvelle version d'Eco2Mix

Ajouté le 12/12/2016 - Auteur : jazz

Le Réseau de transport d'électricité (RTE), la filiale d'EDF, inaugure ce lundi la nouvelle version d'Eco2Mix.

Cette application permet de suivre en temps réel, la consommation d'électricité nationale et d'agir efficacement en cas de risques de pénurie d'électricité.


Ce lundi, RTE, la filiale d'EDF lance la nouvelle version d'Eco2Mix, sa nouvelle application destinée à sensibiliser sur les menaces qui pèsent sur l'alimentation de l’hexagone.

Initialement, cette application s'adressait essentiellement aux professionnels, mais RTE veut élargir son audience aux particuliers.

En cas de pics de consommation menaçant la sécurité électrique de la France, Eco2Mix diffusera des alertes.

Ces alertes sont la première des solutions exceptionnelles mises en place par RTE pour faire face à l'indisponibilité de plusieurs réacteurs nucléaires cet hiver (8 en janvier).



Réduire sa consommation électrique avec des petits gestes eco-responsables

Parmi les autres mesures prises en cas de risque de pénurie, RTE peut aussi interrompre l'alimentation de 21 sites industriels de grande envergure, puis baisser de 5% la tension des réseaux de distribution et enfin, si les circonstances l'exigent vraiment, procéder à des délestages ciblés, c'est-à-dire des coupures de courant momentanées dans un certaines zones.

Les alertes éco2mix appelleront les particuliers à réduire leur consommation électrique par des petits gestes eco-responsables.

Par exemple, le simple fait de baisser la luminosité des écrans d'ordinateurs, s'il est effectué par des millions de personnes, peut tout de suite redonner un peu de marges de sécurité en réduisant la consommation électrique sur le réseau.

Sait-on qu'envoyer un mail avec une pièce jointe réclame de l'énergie supplémentaire de la part des data-centers ?

Dans ces conditions, n'importe quel citoyen, s'il adopte un comportement énergétique responsable, peut agir directement de manière efficace sur l'équilibre consommation-production.

Par ailleurs, en plus des alertes et des conseils, la nouvelle application d'Eco2Mix, via un écran intitulé «A la maison» renseigne directement sur la consommation annuelle moyenne des différents équipements (télévision, lave-vaisselle, lave-linge,…), de telle sorte qu'on ne pourra plus se plaindre d'ignorer les différents éléments relatifs à sa consommation personnelle.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Les français font marcher la concurrence

Ajouté le 08/12/2016 - Auteur : jazz

Les clients particuliers continuent de se détourner des tarifs réglementés du gaz et de l'électricité, optant pour des offres de marché, a rapporté mercredi la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

Selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE) au troisième trimestre, le nombre de clients résidentiels ayant choisit une offre de marché a augmenté de 5,1% pour l'électricité et de 3,1% pour le gaz naturel.


Un rythme supérieur au trimestre précédent note le régulateur dans son observatoire trimestriel du marché de détail.

L'offre de marché la moins chère est inférieure de 5 à 7%

Dans l'électricité, 207.000 clients supplémentaires ont choisi une offre de marché au troisième trimestre.

Au 30 septembre, encore 86,7% des particuliers étaient restés fidèles aux tarifs réglementés pratiqués par le fournisseur historique EDF, qui propose également des offres de marché, comme ses concurrents (Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE, Planète Oui, Enercoop, Lampiris, EkWateur ..).

Pourtant, comparé au tarif réglementé, le prix de l'offre de marché la moins chère proposée à Paris est inférieur de 6%, et pour un client abonné au tarif heures pleines/heures creuses, la différence est même de 7%.



Concernant le gaz, 146.000 clients supplémentaires ont choisi d’abandonner les tarifs réglementés appliqués par Engie (ex-GDF Suez).

Sur les 10,6 millions d'abonnés au gaz, 45,3% ont désormais opté pour une offre de marché, proposée par des fournisseurs alternatifs (ENI, Lampiris, Direct Energie, etc.) mais aussi par ENGIE.

Là encore, l'offre de marché la moins chère est inférieure de 5 à 7% selon les types de consommation (cuisson ou chauffage).

Les professionnels basculent également vers les offres de marché

Sur le segment des clients non résidentiels, après un fort développement des offres de marché et de la concurrence au premier trimestre 2016 surtout en électricité, lié à l'échéance de fin des tarifs réglementés au 1er janvier 2016, le rythme ralentit au deuxième trimestre puis reste stable au troisième trimestre.

Entre juillet et septembre, 46.000 nouveaux sites non résidentiels sont ainsi passés en offre de marché (+3,1%) pour l'électricité.

Sur 4,9 millions de sites non résidentiels, 1,5 million sont désormais en offre de marché.

Dans le gaz, 579.000 sites sur 660.000 étaient en offre de marché fin septembre, dont 251.000 chez un fournisseur alternatif.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger
Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités