comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | »

les brèves

La production solaire a progressé de 25%

Ajouté le 04/02/2016 - Auteur : jazz

Même si la production d'électricité en France est toujours dominée par le nucléaire à 77%, la transition énergétique se met progressivement en place.

Selon le bilan électrique de Réseau Transport d'Energie (RTE) dévoilé par France Info, la production des éoliennes a progressé de 23 % en 2015 et celle des installations photovoltaïques, de 25 %.


Les capacités d’énergie verte dépassent désormais les 10 000 mégawatts (MW) dans l’éolien et les 6 000 MW dans le solaire.

La production des éoliennes a progressé de 23 % en 2015 et celle des installations photovoltaïques, de 25 %.

D’après ce rapport, la mise en service du parc solaire de Cestas en Gironde explique pour un quart cette hausse dans le solaire.

Inaugurée en septembre 2015, ce nouveau parc solaire est composé d’un million de panneaux solaires accolés les uns aux autres.



Il s’étend sur 260 hectares, soit l’équivalent de 350 terrains de football.

Cela va permettre de produire en moyenne 350 gigawattheures (GWh) par an soit l’équivalent de la consommation moyenne de 50 000 ménages.

«Sur une journée, les énergies renouvelables ont pu produire 34% de la consommation électrique française», affirme Olivier Grabette, le directeur général adjoint de Réseau Transport Electricité (RTE) à la radio.

En revanche, comme l’année a été plus sèche, les barrages ont moins produit que l'année passée.

En 2015, même si l'année a été l'une des plus chaudes jamais enregistrée par Météo France, la consommation d'électricité a tout de même augmenté de 0,5% par rapport à l'année précédente.

Une des raisons tient à la période de canicule enregistrée pendant l'été dans le sud de la France avec des climatiseurs qui ont tourné à plein pot.

Selon Olivier Grabette, le directeur général adjoint de Réseau Transport Electricité (RTE), « pendant la canicule de juillet, la consommation a grimpé de 2% ».

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Engie remet ses centrales à gaz en route

Ajouté le 03/02/2016 - Auteur : jazz

Grâce à la baisse du prix du gaz, Engie a pu relancer ses quatre centrales à gaz et gagner ainsi en compétitivité.

C'est l'un des effets de la chute du cours de l’or noir : le prix du gaz a été divisé par deux en 2015.

Résultat, Engie (ex-GDF Suez) retrouve un peu de compétitivité et peut faire repartir ses centrales à gaz mises en sommeil au prix de très lourdes provisions.


L'énergéticien reprend son souffle. Ainsi, en France, les quatre installations à gaz du groupe ENGIE , très modernes, ont livré en 2015 deux fois plus d'électricité qu'en 2014 et le mouvement s'accélère en ce début d'année 2016.

En 2013/2014, les centrales de Dunkerque (Nord), Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique) n'ont été mises en services qu'au milieu de l'hiver.

De son côté, l'une des deux centrales de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) avait été tout simplement arrêtée.



Des coûts fixes importants

Pour Engie, c'est plutôt une bonne nouvelle car ces unités, qu'elles produisent ou non de l'électricité, se caractérisent par des coûts fixes importants : les seules taxes s'élèvent à presque 3 millions d'euros par centrale et par année, alors que les investissements initiaux pour la construction se sont situés selon les sites dans une fourchette de 250 à 300 millions d'euros.

À court terme, l’énergéticien se montre relativement confiant sur la sollicitation de ses centrales à gaz car la tendance baissière des prix du gaz devrait se poursuivre, d’après l'avis de la majorité des experts du marché.

Et grâce à leur flexibilité, elles complètent idéalement les énergies renouvelables intermittentes.

Parallèlement, le groupe ENGIE mise beaucoup sur le démarrage dans l’hexagone d'un marché de capacité, nécessaire à leur rentabilité : il s'agit de rémunérer la disponibilité des centrales notamment en période de pointe de consommation - le soir et durant l'hiver - quand ces installations sont le plus nécessaires pour répondre à la demande.

Normalement, ce marché de capacité doit être opérationnel en 2017.

En attendant, la vague de froid fait les affaires d'Engie, qui trouve là une bonne occasion de vendre son gaz, surtout après une année 2015 particulièrement clémente sur le plan des températures.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

La chute des prix de l’électricité menace EDF

Ajouté le 01/02/2016 - Auteur : jazz

Les cours de l’électron sur le marché de gros ont cédé de 20 % en deux mois, ce qui est loin de déplaire aux concurrents d’EDF.

Jusqu’à la fin 2014, le prix de gros de l’électricité s’affichait autour de 42 euros/MWH, soit au niveau du tarif (« Arenh »), auquel EDF était tenu de vendre une part de ses électrons à ses concurrents. Un tarif qu’il estimait déjà trop bas pour couvrir ses coûts.


Fin 2014, les prix ont percé ce plancher et entamé une baisse régulière, tout au long de l’année 2015, avant de chuter début décembre.

Une chute de 20 % est enregistrée et ramène désormais le prix de gros autour de 28 euros par mégawattheure (MWh), ce qui fait peser une lourde menace sur les comptes d’EDF.

Pour ses concurrents, la baisse des prix est une aubaine, puisqu’elle leur permet de s’approvisionner moins cher et ainsi de concurrencer le tarif réglementé d’EDF, encore très dominant chez les ménages (91 % de part de marché) et toujours assis sur le niveau de l’Arenh (42 euros/MWh).

Les départs à la concurrence pourraient donc s’accélérer.



Moins de marge brute

Avec la fin des tarifs réglementés pour les professionnels et les collectivités, la production d’EDF devient aussi de plus en plus exposée aux prix de marché. Or, pour bâtir son budget 2016 et ses perspectives de moyen terme, le fournisseur historique a tablé sur un prix de marché de 37 euros/MWh.

Si EDF est à peu près tranquille pour l’année 2016, l’impact sur ses comptes pourrait se faire sentir dès 2017 : EDF estime qu’une baisse de 1 euro du prix de marché créerait un manque à gagner de 234 millions d’euros de marge brute en 2017.

Si le cours stagnait à 28 euros/MWh en moyenne cette année pour l’électricité vendue à horizon 2017, l’impact atteindrait ainsi 2,1 milliards d’euros.

De plis, les prix de marché sont aussi à la baisse au Royaume-Uni et en Italie, où le groupe est présent.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Énergie: Au moins 10% des Européens précaires

Ajouté le 28/01/2016 - Auteur : jazz

Plus de 10% des ménages européens sont en situation de précarité énergétique, a affirmé mardi le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, ajoutant que les politiques énergétiques européennes doivent intégrer cette dimension sociale.


Mardi à Bruxelle, Maros Sefcovic, a insisté sur le sujet de précarité en précisant que des ménages ont des problèmes pour chauffer leur maison ou leur appartement, des retraités sont contraints de dormir dans leur cuisine car c'est la pièce la plus chaude et des enfants en Europe ne peuvent pas étudier le soir simplement parce que l'électricité a été coupée.

Dans certains pays, le niveau de précarité énergétique « dépasse les 30% », a t’il rajouté.

Selon le vice-président, la dimension sociale doit être mise sur table lors de chaque proposition législative.



Il n’a d’ailleurs pas hésité à faire remarquer que même si 17 Etats membres ont déjà mis en place des mesures pour aider les ménages en difficulté, notamment pour éviter les coupures de courant, il reste toujours les 11 autres pays membres, qui n’ont toujours pas mis ce genre de mesure en place.

"Peut-être pouvons nous mettre en place plus de protection" avant que quelqu'un voit son électricité coupée, a-t-il plaidé.

Parmi les outils possibles pour réduire la précarité énergétique, il a aussi évoqué le renforcement de la concurrence qui permet de faire baisser les prix et de faciliter le changement de fournisseur d'énergie, ou encore le soutien au financement de travaux d'amélioration de l'efficacité énergétique des bâtiments, "très souvent étroitement liée" à la précarité énergétique, selon lui.

D’ici 2020, 18 milliards d'euros seront par exemple consacrés à l'efficacité énergétique dans les fonds structurels et d'investissements européens, a précisé M. Sefcovic, citant également les financements prévus dans le cadre du plan Juncker, l'outil de la Commission européenne pour développer la croissance en Europe.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Engie choisi par Foncia

Ajouté le 27/01/2016 - Auteur : jazz

Engie vient de remporter l’appel d’offres lancé par FONCIA, spécialiste des services immobiliers résidentiels et de l’administration de biens, pour la réduction des charges d’électricité de 950 copropriétés.

Dans le cadre de cet appel d'offres, Engie va fournir en électricité les usages collectifs (ascenseurs, éclairage, chauffage collectif ou eau chaude sanitaire collective) des copropriétés concernées, représentant environ 120 gigawattheures (GWh).


Cet appel d'offres intervient alors que depuis le 1er janvier 2016, les tarifs réglementés de vente d'électricité pour les professionnels et des collectivités locales ont été supprimés. En conséquence, les clients concernés doivent souscrire à une nouvelle offre, soit auprès d' EDF, soit auprès d'un autre fournisseur d'électricité.

Pour la signature de ce contrat et faire profiter les copropriétés de prix compétitifs, Foncia s’est appuyée sur sa filiale dédiée à l’énergie et aux services à savoir Prowen.

ENGIE estime que ce succès commercial démontre sa capacité à devenir le fournisseur d'électricité de nouvelle génération en France, avec l'ambition d'atteindre 20% du marché de l'électricité, tous segments confondus, d'ici 2020.



Selon le fournisseur, les immeubles concernés par l'appel d'offres de Foncia vont bénéficier, en moyenne, d'une économie potentielle de l'ordre de 13% par rapport aux tarifs réglementés de vente.

“Le contrat porte sur les usages collectifs de 1.000 points de livraison répartis sur toute la France : 967 ex-tarifs "jaune" (ascenseurs, éclairage...) et 33 ex-tarifs "vert" (chauffage collectif ou eau chaude sanitaire collective...)”. "ENGIE a d'ores et déjà remporté d'autres succès auprès de copropriétés ; de nombreuses négociations sont en cours sur ce marché important', a-t-il indiqué.

De son côté, EDF avait reconnu mi-décembre qu'environ 30% de ses clients professionnels avaient résilié leur contrat pour s'abonner à d'autres offres concurrentes dans le cadre de la fin des tarifs réglementés.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Avenir difficile pour EDF

Ajouté le 25/01/2016 - Auteur : jazz

EDF va supprimer 3.350 postes en France et céder plus de 10 milliards d’euros d’actifs d’ici à trois ans. Alors que l’État lui demande de sauver Areva.

L’électricien serait-il en train de perdre sa réputation de fournisseur historique ?


2016 sera l'année du tournant pour EDF, qui va devoir apprendre à vivre comme une entreprise privée.

L'électricien a annoncé jeudi la suppression de 5 % de ses effectifs dans l’hexagone et prévoit plus de 10 milliards d'euros de cessions d'actifs d'ici à trois ans.

L’entreprise fait face à 37 milliards d'euros de dettes et à des investissements colossaux dans les dix prochaines années : 55 milliards pour la maintenance des centrales, 16 milliards pour l'EPR en Grande- Bretagne.

Sans oublier le centre de stockage des déchets nucléaires qui vient de lui coûter 800 millions d'euros supplémentaires.



EDF doit désormais être économe en diminuant tous ses coûts.

L'État actionnaire à 85% doit, de son côté, diminuer son dividende, actuellement estimé à 2 milliards d'euros par année.

En effet, depuis son entrée en Bourse, il y a dix ans, EDF s'endette un peu plus chaque année pour financer le dividende qu'il verse à son actionnaire.

Areva a besoin de 4 milliards

Mercredi, l'électricien officialisera son offre de rachat de 2,5 milliards d'euros pour la filiale réacteurs Areva NP.

Un investissement incompréhensible dans ce contexte plutôt austère.

Mais son actionnaire, l'État impécunieux, l'a poussé à voler au secours d’Areva, officiellement pour restructurer la filière nucléaire.

Selon un expert du domaine, au moins 4 milliards d'euros seront nécessaires pour combler les pertes d'Areva, voire 3 de plus pour couvrir le litige sur l'EPR finlandais, qui n'a pas été provisionné dans les comptes du groupe.

Il y a trois ans, l'ancien PDG d'EDF, Henri Proglio, avait proposé à l'État de vendre 10 % d'EDF pour réinvestir dans la filière. À l'époque, cela aurait rapporté les 4 milliards d'euros nécessaires.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Mécanisme pour éviter les coupures d'électricité

Ajouté le 21/01/2016 - Auteur : jazz

Le gouvernement a choisi le mécanisme qui permettra aux professionnels qui n'auront toujours pas souscrit une offre de marché dans les délais, de bénéficier d'un sursis pour éviter toute coupure.

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a opté, "à l'issue d'une procédure de mise en concurrence" pour l’appel d'offres. Le fournisseur assurera la continuité de l'alimentation en gaz et en électricité, à un prix "majoré par rapport aux prix habituellement pratiqués par les acteurs sur le marché".


Confronté à ce tarif majoré, les retardataires devraient ainsi être "incités à souscrire une offre à prix de marché de leur choix", auprès des fournisseurs historiques (EDF pour l'électricité et ENGIE pour le gaz) ou chez l'un des nombreux concurrents Direct Energie, ENI, Planète OUI, etc…..

Dans l'électricité, 468.000 sites ayant une puissance supérieure à 36 kVA sont concernés par cette obligation d'abandonner, depuis le 1er janvier 2016, les tarifs jaunes et verts fixés par le gouvernement.

A ce jour, "environ 100.000 sites" n'ont toujours pas souscrit de nouveaux abonnements en offre de marché.



Dans le gaz, "quelque 20.000 sites", soit 18% des 108.000 sites professionnels concernés par la fin des tarifs réglementés au 1er janvier, n'ont toujours pas basculé vers une offre à prix libre.

Le nouveau mécanisme défini par cette ordonnance entrera en vigueur à partir du 1er juillet 2016 pour les sites professionnels qui n'auront toujours pas souscrit d'offre de marché, à cette date.

Pour le moment, ils bénéficient déjà d'une offre transitoire leur évitant une coupure d'approvisionnement, dont les tarifs sont en moyenne 5% plus chers que les tarifs réglementés.

La Commission de régulation de l’énergie (CRE ), avait publié mardi un avis favorable pour la mise en place de ce mécanisme.

Le projet d'ordonnance sera examiné par le Conseil supérieur de l'énergie dans les prochains jours, puis par le Conseil d'Etat.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EDF conserve 70% de ses clients professionnels

Ajouté le 20/01/2016 - Auteur : jazz

La Commission de régulation de l'énergie (CRE), rapporte que plus des deux tiers des professionnels concernés par la fin des tarifs d’électricité jaunes et verts d'EDF, depuis le 1er janvier 2016, ont fait le choix de rester clients du fournisseur d'électricité historique via ses offres à prix de marché.


Cette obligation concerne 468.000 sites ayant une puissance supérieure à 36 kVA.

Parmi eux, "environ 100.000 sites" n'ont toujours pas souscrit de nouveaux abonnements en offre de marché et ont ainsi "basculé en offre transitoire", dont les tarifs sont en moyenne 5% plus chers que les tarifs réglementés, indique la CRE.

Cette offre "transitoire", proposée par EDF, est valable six mois et la loi prévoit qu'à la fin de cette période, la fourniture d'électricité sera coupée si le client n'a pas souscrit à une offre de marché.

Côté gaz, "quelque 20.000 sites", soit 18% des 108.000 sites professionnels concernés par la fin des tarifs réglementés au 1er janvier, n'ont toujours pas migré vers des offres à prix libre et bénéficient d'une offre par défaut, sur le même principe que celle proposée pour l'électricité.

Les sites concernés sont ceux dont la consommation annuelle est supérieure à 30 MWh mais inférieure à 200 MWh. Les tarifs réglementés ayant déjà été supprimés pour les plus gros consommateurs.



Que se passera-t-il le 1er juillet 2016 lorsque l'offre arrivera à terme ?

Pour éviter les coupures de gaz ou d'électricité, le gouvernement prépare une ordonnance et a proposé deux options, examinées par la CRE.

La première serait une prolongation de l'offre transitoire avec une majoration progressive du prix pouvant monter jusqu'à 50%, tandis que la seconde consisterait à désigner par appel d'offres un ou plusieurs fournisseurs pour assurer la continuité de l'alimentation en énergie aux professionnels qui n'ont pas migré vers une offre à prix de marché.

Le régulateur a émis un avis favorable pour la seconde option et défavorable pour la première.

Cependant, si le gouvernement choisissait de prolonger l'offre transitoire, la CRE souhaite qu'elle s'accompagne d'une majoration "significative d'au moins 20%" déterminée par la commission et qu'elle soit limitée à une année supplémentaire.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

ERDF va changer de nom avant cet été

Ajouté le 18/01/2016 - Auteur : jazz

ERDF va changer de nom avant cet été Après avoir modifié son logo, ERDF souhaite changer de nom avant cet été afin d'éviter toute confusion avec sa maison-mère EDF.

Gagner en visibilité et en clarification sur ses missions, c’est l’ambition du gestionnaire du réseau de distribution d’électricité.


L’objectif de l'entreprise née en 2008 dans le cadre de l’ouverture du marché de l’électricité à la concurrence est de se démarquer de sa maison mère EDF, comme l’exige la Commission de régulation de l'énergie (CRE) et ainsi elle saisirait l’occasion pour réaffirmer sa stratégie de transition énergétique.

Confusions

La filiale à 100% d'EDF avait déjà modifié son logo en juin 2015 pour répondre à une exigence du gendarme français de l’énergie.

Ce dernier estimait qu'avec un sigle et une prononciation trop proches, les deux entreprises entretenaient une confusion dans l'esprit des consommateurs.

Cette confusion est d’autant plus préjudiciable aux fournisseurs alternatifs concurrents d’ EDF dans le contexte de la fin des tarifs réglementés de vente d’électricité et de gaz, car le distributeur exerce une mission de service public quand le fournisseur historique évolue dans un marché concurrentiel, rapporte la CRE.



Le régulateur avait estimé que les évolutions présentées alors par le gestionnaire de réseau étaient insuffisantes pour écarter tout risque de confusion. Son président avait dès lors saisi le Comité de règlement des différends et des sanctions (Cordis), où le dossier est toujours en cours d'instruction.

Le futur logo devra respecter l'ADN de l'entreprise

La filiale d'EDF, qui recrute 38.000 personnes, exploite 1,4 million de kilomètres de réseau basse et moyenne tension. C'est pourquoi le nouveau logo "respectera l'ADN de l'entreprise: le bleu qui cristallise le lien de confiance tissé années après années avec les clients et le vert qui symbolise désormais la transition énergétique".

Dans ce cadre, ERDF a commencé à déployer dans tous les logements français 35 millions de compteurs électriques communicants « Linky » pour remplacer les anciens compteurs, un vaste chantier estimé à 5 milliards d'euros.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

ENI détient 25 % du marché du gaz en France

Ajouté le 14/01/2016 - Auteur : jazz

En ce début d'année 2016, ENI annonce avoir franchi le cap des 500 000 clients résidentiels.

L'opérateur alimente désormais en gaz un demi million de clients particuliers dans l’Hexagone, un chiffre en phase avec ses objectifs.


Ce cap permet à l'opérateur de disposer de 25% du marché en gaz approvisionné par les alternatifs.

20% des ménages ont migré vers une offre de marché

Les fournisseurs se mènent une bataille sans merci en proposant de nombreuses promotions et offres sur le marché non réglementé.

En effet, les énergéticiens sont libres de faire payer le gaz moins cher que les tarifs réglementés d'ENGIE qui, eux, sont fixés chaque mois par la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) et qui ont reculé, courant 2015, d’environ 10,5%.



Une bonne raison pour les consommateurs de faire marcher la concurrence avant migrer vers une offre à prix de marché beaucoup moins cher que les tarifs réglementés .

Selon les chiffres de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), 20% des 10 millions de clients résidentiels dans l'Hexagone ont quitté ENGIE (ex-GDF Suez) pour sélectionner l'offre d'un concurrent et 50% des clients professionnels.

Sur ce segment, ENI dispose précisément, avec 70.000 sites desservis, de 40% des parts de marchés détenues par les alternatifs.

En additionnant les ménages et les entreprises, le portefeuille de clientèle détenu par Eni tourne désormais aux alentours de 570.000 sites.

L’objectif 2016 sera-t-il atteint ?

En passant le cap des 500 000 clients en France en ce début d'année 2016 ENI n’est pas loin des objectifs qu'il s'était fixés, soient, 600 000 clients avant la fin de l’année.

La force du groupe se tient dans des tarifs fixes sur trois ou quatre ans.

ENI a été l'un des premiers fournisseur à proposer ce type de tarification qui semble convaincre les Français puisqu'elle évite de mauvaises surprises.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger
Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités