comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | »

les brèves

Energie : Comment changer de fournisseur ?

Ajouté le 14/11/2017 - Auteur : jazz

En France, la moitié des consommateurs ne savent pas qu’ils peuvent changer de fournisseur d'énergie.

Voilà maintenant une décennie que le marché est ouvert à la concurrence, mais encore 50% des usagers, ne connaissent pas les démarches à effectuer.


Pourtant changer de fournisseur est très simple...

Comment changer de fournisseur ?


Il est tout d'abord essentiel de bien comparer les offres du marché avant de choisir un nouveau fournisseur.

Le comparateur FOURNISSEUR ELEC.INFO, par exemple, vous y aidera en vous demandant de renseigner simplement votre consommation et votre adresse.

Des devis approximatifs vous seront alors suggérés afin que vous puissiez faire votre choix.

Il ne vous restera plus qu'à souscrire un abonnement auprès du nouveau fournisseur.

Pour cela, vous devrez fournir à votre nouveau fournisseur le numéro de PDL (point de livraison) pour un contrat électricité et le numéro de PCE (point de comptage-estimation) pour un contrat gaz.



Vous pouvez également communiquer les chiffres inscrits (index auto-relevés) à votre compteur afin de faciliter la démarche.

Sinon, vous devrez demander un relevé spécial de compteur au nouveau fournisseur et celui-ci est facturé au environ de 30€ TTC.

Vous fixerez ensuite d'une date de changement de fournisseur.

Vous n'aurez aucun préavis à respecter et la résiliation de l'ancien contrat se fera automatiquement, sous 21 jours maximum.

La démarche est entièrement gratuite et ne nécessite pas de changer de compteur.

Vous n'aurez pas non plus à vous engager sur la durée et pourrez choisir un autre fournisseur alternatif ou revenir aux tarifs réglementés appliqués par les fournisseurs historiques ENGIE et EDF si ceux-ci sont redevenus plus intéressants.

De plus, la continuité d'alimentation est garantie par le gestionnaire de réseau de distribution, vous n'encourez donc aucune coupure d’électricité.

Petits +


Au moment de comparer les offres, pensez à vous renseigner, en dehors des prix, sur le service clientèle, les modes de paiement proposés, les frais en cas de retard, etc…

Par ailleurs, vous avez la possibilité de choisir un seul fournisseur pour le gaz et l'électricité ou bien deux différents.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EnR : Direct Énergie désormais producteur

Ajouté le 07/11/2017 - Auteur : jazz

Direct Énergie vient d’investir 344 millions d'euros pour l’acquisition de Quadran, une PME spécialisée dans la production d'énergie renouvelable.

Le troisième fournisseur français d'électricité et de gaz avait annoncé en juin dernier être seul en lice pour racheter Quadran, l'un des premiers acteurs indépendants de son secteur en France, auprès du fonds Lucia Holding.


Direct Énergie a d'ailleurs levé 130 millions d'euros cet été pour financer cet investissement.

Finalement, "le prix d'acquisition de Quadran est de 303 millions d'euros" mais s'y ajoute un complément lié en partie aux performances futures du groupe acheté, "portant ainsi à 344 millions d'euros le montant de la transaction", précise ‎Xavier Caïtucoli, PDG de Direct Energie.

Comme convenu, "la transaction porte sur les actifs éoliens terrestres, solaires, hydrauliques et biogaz en France métropolitaine ainsi que sur les activités renouvelables dans les DOM TOM", souligne t-il.

La jeune entreprise compte plus de 200 employés. Ses sites de production représentent une puissance installée de 363 mégawatts (MW), que Quadran prévoit d'augmenter au-delà de 800 MW d'ici fin 2018.



Direct Énergie entend conserver sa place de premier fournisseur alternatif

"Dans un environnement concurrentiel renforcé, Direct Energie dispose de tous les atouts nécessaires pour poursuivre son développement sur l'intégralité de la chaîne de valeur, et conserver sa place de premier fournisseur alternatif avec l'objectif de livrer 4 millions de clients d'ici 2020", fait savoir Xavier Caïtucoli, dans un communiqué de presse.

Direct Énergie, qui a précisé ne pas prévoir d'impact majeur de l'acquisition sur ses objectifs 2017, est tout de même confronté à l'arrivée d'un concurrent de taille avec le lancement en octobre dernier d’une offre Total, qui compte bien prendre sa place comme premier fournisseur "alternatif" derrière les fournisseurs EDF et ENGIE (ex Gdf-Suez).

Xavier Caïtucoli avait dit à l'AFP ne pas craindre l'arrivée de Total sur le marché des particuliers, déjà effective depuis le rachat par le géant pétrolier du belge Lampiris en 2016, assurant que Direct Energie avait "la concurrence dans son ADN".

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Les tarifs du gaz augmentent de 2,6%

Ajouté le 01/11/2017 - Auteur : jazz

Les tarifs réglementés du gaz naturel, toujours appliqués par Engie à plusieurs millions de clients en France, augmentent en moyenne de 2,6% à compter du 1er novembre, selon une décision de la Commission de régulation de l'Energie (CRE), publiée mardi 24 octobre au Journal officiel.


Mauvaise nouvelle pour les abonnés d’ENGIE (ex Gdf-Suez), les tarifs réglementés du gaz naturel augmentent de 0,8% pour les consommateurs qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 1,5% pour ceux qui ont un double usage cuisson et chauffage et de 2,7% pour les foyers qui se chauffent au gaz détaille la CRE dans sa délibération.

La Commission de régulation de l'Energie met ainsi un terme à la tendance à la baisse amorcée depuis le 1er janvier 2014, qui avait vu les tarifs réglementés de vente de gaz chuter de 17,4%.



Les tarifs réglementés sont en sursis

Il s'agit de la deuxième hausse consécutive des tarifs réglementés, qui avaient baissé au printemps et en été avant de remonter en octobre en raison de la hausse du prix du gaz sur les marchés de gros.

Les tarifs réglementés du gaz sont révisés mensuellement, selon une formule qui ne comprend pas les diverses taxes mais prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole.

Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les tarifs réglementés de l’ancien monopole, et les prix de marché, proposés tant par ENGIE que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, ENI, Lampiris, etc.).

Les tarifs réglementés sont en sursis depuis que le Conseil d’Etat, saisi par l'ANODE (Association Nationale des Opérateurs Détaillants en Énergie), a jugé en juillet que leur maintien était contraire au droit européen.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Direct Energie reste serein face à ses concurrents

Ajouté le 26/10/2017 - Auteur : jazz

Direct Energie, 3ème producteur et fournisseur alternatif d'électricité et de gaz en France, reste serein face à l'arrivée de nouveaux acteurs comme Total sur le marché des particuliers.

"Avec les nouveaux entrants qui arrivent, Total, ENI, etc…, on ouvre plusieurs fronts.

Cela ne nous fait pas peur, parce qu'on a la concurrence dans notre ADN, mais évidemment on est mobilisés parce qu'on tient à notre position de 3ème acteur français de l'électricité et du gaz", a- a indiqué Xavier Caïtucoli, son PDG et confondateur dans un entretien à l'AFP.

"Je ne vois pas comment dans les années à venir, cette position pourrait nous être contestée.

Parce qu'il est compliqué, même si l'on est très riche et très gros, de conquérir comme ça plusieurs millions de clients", a-t-il ajouté.



Direct Energie s’impose derrière Engie et EDF

Ouvert à la concurrence en 2007 pour les particuliers, le marché français de l'énergie reste dominé par les fournisseurs historiques, ENGIE (ex Gdf-Suez) pour le gaz et EDF pour l'électricité.

Direct Energie a toutefois réussi à conquérir une troisième place dans l'électricité et une quatrième dans le gaz (derrière la filiale française de l'italien Eni).

Total vient cependant d'annoncer la commercialisation d'une offre de gaz et d'électricité pour les particuliers baptisée "Total Spring", avec l'ambition de devenir le plus gros fournisseur alternatif dans l’hexagone.

Le groupe Butagaz a aussi annoncé récemment le lancement d’une offre destinée aux particuliers.

"Cela ne remet absolument pas en cause nos objectifs : nous avons annoncé 2,5 millions de clients cette année, on les a déjà, et on confirme notre objectif de 4 millions de clients avant 2020", a indiqué Xavier Caïtucoli, qui a cofondé Direct Energie il y a 14 ans avec Fabien Choné, aujourd'hui directeur général délégué du groupe.

Face aux autres acteurs principaux, "on est le seul qui n'est pas un mammouth multinational.

La différence se lit dans nos gènes: on est moins riche qu'eux mais on n'est pas moins malins et on est sans doute plus agiles", fait-il valoir.

"L'enjeu de l'ouverture du marché, c'est des prix compétitifs mais c'est aussi la qualité de service et de nouveaux services", a-t-il conclu.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EDF vend de l'électricité verte

Ajouté le 25/10/2017 - Auteur : jazz

Le fournisseur historique vient de lancer 2 nouvelles offres d'électricité d'origine renouvelable.

EDF a lancé lundi 16 octobre 2 nouvelles offres d'électricité verte, baptisées « Vert électrique » et « Vert électrique week-end ».


L'électron peut-être désigné de vert, lorsqu’il est certifié d'origine renouvelable.

« Vert électrique » et « Vert électrique week-end »

Les 2 nouvelles offres d’EDF garantissent cette origine, «à un tarif compétitif», avec un service client uniquement basé en France.

L’offre « Vert électrique week-end » permet en plus aux souscripteurs équipés d'un compteur communiquant Linky de réaliser des économies en déplaçant une partie de leur consommation vers le week-end, comme par exemple, la machine à laver.

Elle permet aussi de surveiller et surtout d'agir sur sa consommation au jour le jour grâce aux services proposés en ligne via l'application EDF & Moi.



En France, la 1ère énergie verte est hydraulique

Mais comment garantit-on l'origine de l'électricité ?

Les Garanties d'origines (GO), certifient que l'électricité consommée a bien été produite à partir de l'énergie solaire, éolienne, hydraulique, la biomasse et la géothermie.

En France, et malgré l'essor des autres sources d'énergies renouvelables, la 1ère énergie verte provient essentiellement de l'hydraulique.

Elle représente 75% des énergies renouvelables et 12% de la production totale d'électricité dans l’hexagone.

Les consommateurs Français sont de plus en plus nombreux à vouloir consommer plus vert, d'où une multiplication des offres renouvelables sur le marché.

Sowee la station intelligente d'EDF

En plus, EDF intègre dans son abonnement une station connectée baptisée Sowee.

Outre une meilleure gestion de sa consommation énergétique qui permettrait selon les équipes de réaliser jusqu’à 15 % d’économies d’énergie, Sowee permet le pilotage d'objets connectés de la maison et apporte des informations pour améliorer le confort des habitants au sein du foyer.

Les concurrents d’EDF n’hésitent pas à passer aussi au vert.

ENGIE vient, en effet, d’annoncer une offre baptisée « Mon gaz vert », à base de gaz naturel contenant 10 % de biométhane d'origine française.

Avec son offre « Vert électrique », EDF ambitionne 1 million de clients à l'horizon 2020.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Électricité : l'énergie verte est-elle si verte ?

Ajouté le 23/10/2017 - Auteur : jazz

Lorsque l’on souscrit à une offre d’électricité renouvelable, comment peux-t-on être garanti que le courant qui sort de la prise est 100% vert ?

La seule différence réside au moment de la signature du contrat d’énergie verte : les fournisseurs s'engagent à verser une prime aux producteurs d'énergies renouvelables.


L’électricité verte pas si verte ?

EDF a lancé lundi 16 octobre sa toute première offre d'énergie 100% renouvelable avec des tarifs parfois moins chers que les tarifs réglementés.

Pourtant, aujourd'hui, tout les consommateurs bénéficient d’une partie d’énergie verte à la prise puisque tout est acheminé par le même tuyau.

Que l'électricité soit produite depuis une centrale nucléaire, une éolienne, un panneau photovoltaïque, il est impossible de le savoir à l’arrivée.



Une prime versée aux producteurs d'énergies renouvelables

Lorsque l'on signe un contrat d’énergie verte, les fournisseurs s'engagent à verser une prime aux producteurs d'énergies renouvelables.

Les barrages hydrauliques sont quasiment les seuls à en bénéficier.

L'éolien et le solaire ne peuvent pratiquement pas en profiter car ce sont des énergies subventionnées.

"C'est très marketing", le logo vert est donc avant tout un bon moyen de communication, souligne Frédérique Coffre, la directrice générale du médiateur de l'énergie.

"C'est très marketing. La plupart des fournisseurs qui proposent de l'énergie verte achètent des certificats verts ou des garanties d'origine, qui permettent d'attester qu'ils ont injecté sur le réseau une quantité équivalente à celle que vous avez consommée", précise-t-elle.

"Mais en réalité, l'électricité qu'ils achètent et qu'ils fournissent est de l'électricité qu'ils achètent sur les marchés de gros et qui provient essentiellement du nucléaire".

Les petits producteurs

Cependant certains fournisseurs achètent directement de l'électricité verte aux petits producteurs : c'est le cas de petits fournisseurs alternatifs comme Enercoop, Ilek ou ekWateur.

Mais les contrats sont en général un peu plus onéreux.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Le marché de l'énergie encore méconnu

Ajouté le 19/10/2017 - Auteur : jazz

Le Médiateur national de l'énergie a rapporté mardi que 50% des Français ignorent qu'ils peuvent changer de fournisseur d'énergie.

Les Français peinent à connaitre le marché de l’énergie, totalement ouvert à la concurrence depuis juillet 2007, selon le baromètre annuel du Médiateur national de l'énergie publié mardi 18 octobre.


Edf et Engie (ex Gdf-Suez) toujours dominants

Selon ce baromètre, un Français ne sait pas qu'il peut changer de fournisseur d'énergie. Malgré l'ouverture à la concurrence depuis juillet 2007, EDF domine toujours le marché de l’électricité en conservant 85% des parts et ENGIE, l’ex Gdf-Suez détient toujours 75% de parts de marché dans le gaz, dont l'essentiel via les tarifs régulés, fixés par l’Etat.



Une méconnaissance des démarches à effectuer

Pour le médiateur «l'attentisme» des consommateurs s'explique notamment par une méconnaissance des démarches à effectuer pour changer de fournisseur : 20% des personnes sondées pensent ainsi que le changement de fournisseur est payant et 12% que cela nécessite de changer de compteur éléctrique, alors que ce n'est pas le cas.

Cette méconnaissance du marché intervient alors que l'énergie reste un sujet de préoccupation pour 68% des Français.

D’ailleurs, près d'un Français sur dix (9%) déclarent avoir déjà rencontré des difficultés financières pour payer leur facture, contre 8% en 2016.

Les nombreux débats concernant la suppression à venir des tarifs réglementés de vente de gaz naturel ont toutefois permis de mieux faire connaître leur existence.

46% des Français ont ainsi déclaré en avoir entendu parler en 2017.

De plus en plus de clients quittent EDF

Le baromètre du médiateur national de l'énergie rapporte que, 15% des personnes interrogées ont déclaré avoir changé de fournisseur d'électricité cette année et 19% pour le gaz naturel, dont 75% pour faire des économies.

EDF subit malgré tout de plein fouet les efforts de la concurrence pour le détrôner.

Les derniers chiffres du régulateur de l'énergie rapportent que 1,12 million, de clients ont quitté EDF durant l’année écoulée, soit plus de 100.000 par mois, c'est le double par rapport à 2016.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Comment faire des économies sur sa facture ?

Ajouté le 18/10/2017 - Auteur : jazz

EDF a lancé lundi 16 octobre deux nouvelles offres eco-friendly : «Vert électrique» et «Vert électrique week-end», promettant de belles réductions.

Les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir faire des économies sur leur facture d’électricité et le fournisseur historique le sait.


Les deux offres garantissent au consommateur que l’équivalent de sa consommation électrique est injecté en électricité verte sur le réseau d'EDF, à condition toutefois de disposer d'un compteur Linky.

Mais, avec l'offre «Vert électrique week-end», les usagers peuvent, selon EDF, faire des économies pouvant aller jusqu'à 35 % en faisant, tout simplement, fonctionner sa machine à laver et les autres appareils qui le permettent le week-end.

Les personnes intéressées par cette offre doivent contacter un conseiller EDF.

Mais, au-delà de ces nouvelles offres, il existe d'autres façons, souvent très simples, de diminuer le montant de sa facture d'électricité.



Les multiprises «coupe-veille»

Plusieurs études ont démontré que la consommation annuelle des appareils électriques en veille coûte en moyenne 86 € par foyer et par an.

Une dépense qu'il est possible d'amortir simplement grâce à des multiprises « coupe-veille », lesquelles sont équipées d'un bouton marche / arrêt, qu’il suffit de couper lorsqu'on n’utilise pas les appareils branchés dessus.

Les ampoules LED

Selon le ministère de la transition énergétique, non seulement les ampoules LED consomment 10 fois moins d'énergie qu'une ampoule traditionnelle et pour le même niveau de luminosité mais leur durée de vie peut également aller jusqu'à plusieurs dizaines d'années.

Changer ses habitudes et adapter son environnement

Si certains paraissent évidents, de simples gestes au quotidien permettent d'économiser de l'énergie électrique.

Par exemple, prenez l’habitude d'allumer dans une pièce uniquement lorsque cela est vraiment nécessaire dans le but de favoriser la lumière naturelle.

Dans une maison, des fenêtres orientées au sud dans les pièces principales permettent une luminosité optimale.

Dans une cuisine, un plan de cuisson à induction consomme beaucoup moins qu'une cuisinière électrique.

Cela fait aussi économiser 30 % par rapport aux plaques vitrocéramiques.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EDF : Nouvelle vague de factures rétroactives

Ajouté le 16/10/2017 - Auteur : jazz

La nouvelle vague de factures rétroactives d’électricité qui déferle dans les boîtes aux lettres laisse un goût amer aux clients.

Pourtant, c’est légal et ils doivent payer !


Quand le gouvernement estimait que la hausse du tarif réglementé de l’électricité allait diminuer le pouvoir d’achat des ménages français et le rendre impopulaire, il la refusait ou la modérait.

C’est exactement ce qui c’est passé en 2012 avec une augmentation de +2 % alors que la Commission de régulation de l’énergie (CRE), l’autorité en charge de la fixation des tarifs, préconisait +7 %.

Ce fut aussi le cas en 2014 quand la hausse fut d’abord reportée puis limitée à 2,5 % alors que la CRE recommandait +5 %.

Des décisions qui malheureusement n’étaient pas au goût des fournisseurs alternatifs (Direct Energie, ENI, ENGIE, …) estimant qu’elles entravent la concurrence ils n’ont pas hésité à saisir le Conseil d’État.

Jugeant en droit, la plus haute juridiction leur a donné raison.

Le gouvernement a donc été contraint de publier un arrêté de hausse rétroactive du tarif réglementé d’EDF pour la période en cause.



Les derniers arrêtés de hausse rétroactive ont été publiés au Journal officiel le 2 octobre 2016.

Ils portent sur la période du 1er août 2014 au 31 octobre 2014 pour l’un, sur celle du 1er novembre 2014 au 31 juillet 2015 pour l’autre.

Les factures rétroactives concernent donc ces 17 mois, elles sont appelées « régularisations ».

Le surcoût porte à la fois sur la consommation et sur l’abonnement.

À savoir

Ces hausses rétroactives sont dues si vous étiez au tarif réglementé d’EDF sur ces périodes, même si vous l’avez quitté depuis.

Elles sont également dues si vous étiez en offre à prix indexé sur le tarif réglementé chez un fournisseur alternatif au moment.

Le délai de prescription de 2 ans ne peut pas être invoqué pour éviter de payer.

Il commence en effet à courir à partir de la publication de l’arrêté de hausse rétroactive.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Vers la fin inévitable des tarifs réglementés

Ajouté le 12/10/2017 - Auteur : jazz

La fin des tarifs réglementés appliqués par Engie devrait venir bouleverser le marché de l’électricité et du gaz.

En effet, le Conseil d’État a jugé les tarifs régulés, en juillet dernier, contraire au droit européen et a ordonné que ces derniers disparaissent.


Le Conseil d’État a ainsi donné raison à l’Anode, l’Association Nationale des Opérateurs Détaillants en Énergie, qui l’avait saisie.

La plus haute juridiction administrative a estimé que ces tarifs réglementés sont nécessaires en cas de monopole, pour éviter que les consommateurs ne payent une rente, mais qu’ils deviennent inutiles, voire même néfastes, lorsque le marché est ouvert à la concurrence, ce qui est le cas en France depuis 2007.

Ces tarifs ne vont pas disparaître brutalement, d’autant que le Conseil d’État n’a pas fixé d’échéance, mais l’Association des fournisseurs alternatifs souhaite qu’ils prennent fin d’ici 2 ans.

Pour le moment, seuls les tarifs du gaz sont concernés, mais les tarifs réglementés de l’électricité appliqués par EDF n’y échapperont pas, d’autant plus qu’ENGIE vient de les attaquer à leur tour.

Pour rappel, les tarifs réglementés ont déjà été supprimés de façon progressive pour les « gros » consommateurs (grands sites industriels, grands immeubles, etc.) entre juin 2014 et janvier 2016.



La crainte d’une hausse des prix

Face aux injections de Bruxelles de mettre fin à tous les TRV, Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique a confirmé qu’il faudrait « s’y plier », tout en souhaitant que cela « se fasse le moins douloureusement possible ».

Concrètement, les 35 millions de clients d’EDF et d’ENGIE étant abonné actuellement aux tarifs réglementés pour l’électricité et le gaz devront souscrire un nouveau contrat, et la concurrence sera féroce.

La fin annoncée de ces tarifs de référence, qui servent actuellement de plafond et permettent de surveiller l’évolution du marché, alarme les associations de consommateurs.

En effet, elles craignent que les barrières tombent et entraînent une hausse des prix.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités