comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | »

les brèves

GDF: Baisse du prix du gaz au 1er Aout

Ajouté le 28/07/2014 - Auteur : jazz
La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a annoncé le 25 juillet 2014, que les prix du gaz appliqués par GDF Suez, baisseront en moyenne de 1,28% au 1er août.

Concrètement, la baisse tarifaire annuelle sera de -0,8% pour les foyers qui utilisent le gaz pour la cuisson et l'eau chaude et de -1,2% pour ceux qui en font usage uniquement afin de se chauffer.

Cette baisse est due à l’arrêté prit par la ministre de l’Energie, Ségolène Royal, qui permet d’appliquer une nouvelle méthode de calcul des tarifs réglementés du gaz garantissant la stabilité du prix de cette énergie.



Elle a pour but de réduire les hausses et les baisses trop importantes et de tenir compte des prix du marché dans une partie des tarifs réglementés du gaz naturel.

La CRE, le gendarme français de l’énergie, invite aussi GDF Suez à tenir davantage compte des prix du marché dans cette formule de calcul en y augmentant la part de 45,8% à environ 60%. Cependant, malgré les bienfaits de cette méthode sur notre facture de gaz, elle risque en revanche, d’augmenter sa variabilité saisonnière, les prix du gaz étant généralement plus élevés en hiver.


Depuis décembre 2013, le tarif réglementé a diminué de 6,4% selon le CRE.

Ces tarifs réglementés du gaz déterminent un prix de détail, encadré par l’Etat qui n’inclut pas encore les diverses taxes mais comprend les coûts d'approvisionnement de GDF Suez, révisés mensuellement depuis l'introduction fin 2012 d'une réforme qui avait permis d'amorcer une réduction des prix du gaz.

Selon le Ministère de l’Ecologie Ségolène Royal, le dispositif de régulation, modifié par le gouvernement en 2013, a également permis de baisser les prix pour les consommateurs de 3,8% entre janvier 2013 et le 1er juin 2014.

Ces tarifs réglementés s’appliquent à près de 7,85 millions de foyers français, sur les quelques 10,6 millions d'abonnés au gaz mais GDF propose également des offres à prix de marché comme les fournisseurs alternatifs.

D’ailleurs, la Commission rappelle que plusieurs fournisseurs de gaz "proposent à ce jour des offres plus attractives que les tarifs réglementés".

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

EDF accorde une ristourne de 20% aux industries

Ajouté le 25/07/2014 - Auteur : jazz
EDF a consenti une réduction d’environ 20 % sur le tarif d’électricité au consortium d’industriel Exeltium.

Parallèlement, leur base tarifaire pourra varier en fonction du cour de l’électricité sur les marchés de gros.

Après des mois de négociations, EDF et les industriels du consortium Exeltium ont conclus et signé cet accord en présence du ministre de l’Economie, Arnaud Montebourg.

Le consortium Exeltium est composé de vingt-sept adhérents, tous d’importants consommateurs d’électricité (Air Liquide, Arcelor Mittal, Total, etc…).


«  L’économie globale du contrat ne change pas. Il est simplement plus flexible », insiste Jean-Pierre Roncato, président d’Exeltium.

Ce contrat existait déjà, il avait été conclu en 2010.

Suite un premier versement à EDF de 1,75 milliard d’euros, les industriels jouissaient d’un tarif préférentiel et garanti sur une base fixe pendant vingt-quatre ans, et d’un accès sécurisé à des volumes importants.

Cependant le prix négocié à l’époque, était environ 50 euros par mégawattheure (MWh).

A ce jour ce prix du mégawattheure est devenu peu compétitif au regard des prix de marché, à 42-43 euros le MWh.


Le consortium a donc désiré de revoir les conditions de cet accord, en entamant des discussions avec EDF.

Pour améliorer la compétitivité des industriels français, les pouvoirs publics (actionnaire à 84 % d’EDF) avait souhaité, dès 2013 une remise à plat du contrat.

Le contrat entrera en vigueur rétroactivement au 1er janvier 2014, à la nouvelle tarification proche des prix de marché, soit 42 euros.

Un prix qui, sera fixe durant cinq ans, puis s’ajustera en fonction de l’évolution du prix de marché de l’électricité.

«  Les autres paramètres (volumes livrés, options de sortie, partage du risqué industriel) n’ont pas été modifiés », explique EDF.

Cet accord permettra principalement de retrouver une certaine compétitivité  au niveau de ces industries dénommées électro-intensifs, de par leur importante consommation d’énergies.

Cet accord permettra en plus à Exeltium de renégocier avec les établissements bancaires le refinancement des emprunts contractés pour le versement initial de 1,75 milliard.

Et cette renégociation était suspendue à cet accord sur les prix d’EDF.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Fiscalité Verte 2014 : Eco prêt et Crédit d’impôt

Ajouté le 22/07/2014 - Auteur : jazz
Le décret sur la rénovation énergétique a été signé par Ségolène Royal et Sylvia Pinel, puis publié au Journal Officiel le 18 juillet dernier.

Ce nouveau dispositif d’éco-conditionnalité des aides de l’Etat s’articule autour de deux arrêtés :

Le crédit d’impôt développement durable et de l’éco-prêt à taux zéro.

Lors de la présentation du projet de loi de la transition énergétique, la ministre de l’Ecologie avait fait part de son intention de simplifier les aides publiques.


De ce fait, le crédit d’impôt développement durable, l’aide la plus répandue en France, se limitera à un taux unique de 30 % et ne sera plus soumit à des conditions de ressources.

Cet avantage fiscal sera limité à 8.000 € de dépenses pour une personne seule et 16.000 € pour un couple.


De plus, le dispositif de l’éco-prêt à taux zéro a été modifié en simplifiant les procédures bancaires dans le but d’augmenter le nombre de prêts délivrés chaque année.

Dans la pratique actuelle, les banques étaient prudentes à accorder l’éco-PTZ, car elles étaient responsables en cas de non-conformité des travaux.

Dans ce cas d’espèce, ceux-ci se voyait de l’obligation de rembourser le crédit d’impôt.

Dorénavant, les professionnels réalisant les travaux seront responsables de cette conformité.

Et si les travaux réalisés ne remplissent pas les conditions d’éligibilité de l’éco-PTZ, ces professionnels du bâtiment devront s’acquitter d’une amende de 10 % du montant des travaux.

Grâce à cette mesure, le gouvernement espère passer de 30.000 à 100.000 prêts délivrés par an.

La condition pour obtenir une de ces deux aides sera d’avoir impérativement fait appel à un professionnel doté d’une certification RGE.

Ce décret sera effectif à partir du 1er septembre 2014 pour l’éco-prêt à taux zéro et à partir du 1er janvier 2015 pour le crédit d’impôt.

Cette mesure a pour objectif d’assurer la qualité des travaux réalisés mais aussi de soutenir la filière de la rénovation énergétique, porteuse de milliers d’emplois non délocalisables.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

2 commentaires - Voir | Rédiger

GDF Suez : une application mobile pour déménager

Ajouté le 17/07/2014 - Auteur : jazz
GDF SUEZ Dolce Vita lance une application mobile pour aider ses clients à déménager plus facilement.

Un déménagement a son lot d’organisation, de stress, ou de changement de vie ; et cela implique de penser à une multitude de tâches à accomplir avant, pendant et après le jour J.

Afin de faciliter la vie de ses clients dans leurs démarches, GDF Suez Dolce Vita lance une application dédiée pour un déménagement efficace et réussi :


" Je déménage avec GDF Suez DolceVita ".

L’objectif principal du groupe gazier à travers cette application est d’améliorer son service client et son accompagnement en lui fournissant des conseils précieux à la gestion du contrat d'énergie.

Elle propose en effet sur ce point une démarche complète : établir votre planning, proposition d'une offre pour le lieu d'emménagement, résiliation de celle de l'ancien logement, mise en service dans le nouveau logement avec le distributeur, inscrire des notes de rappels et même créer des événements sur Facebook à propos de votre déménagement.


Après avoir téléchargé l’application, on vous propose un planning un planning complet de " - 3 mois " à " J+1 ", cela vous permettra de déterminer et de classer par ordre d’importance toutes les formalités, comme par exemple :

• résilier son contrat gaz et/ou électricité de son ancien logement
• envoyer le préavis de départ
• penser à la caution

L'application comporte aussi des rubriques " Liens utiles " pour mettre à jour ses coordonnées administratives, une partie « pense bête » et des conseils.

On y trouve par exemple des missions telles que :

• estimer le volume de son déménagement, se procurer des cartons, les remplir...
• acheter du gros scotch et des étiquettes
• poser ses jours de congés pour déménager

L’application est connectée directement à votre compte Facebook vous permettant d'informer vos " amis " en temps réel de l’avancement de votre déménagement comme demander de l’aide pour le déménagement, l’envoi de votre nouvelle adresse et voir l’invitation à votre future crémaillère.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Gaz de schiste : Nouveau débat

Ajouté le 15/07/2014 - Auteur : jazz
L'Institut Montaigne a publié un rapport en partenariat avec le cabinet Boston Consulting Group (BCG), qui affirme clairement sa position en faveur de l'exploitation du gaz de schiste en France.

Le think-tank libéral plaide pour que la France lance un plan de recensement des ressources sous le contrôle d'une commission « ad hoc » ainsi que des sites pilotes sur la fracturation hydraulique.

Estimant que le gaz de schiste "est déjà une réalité qui a bouleversé les équilibres économiques internationaux", le rapport - intitulé «Gaz de schiste: comment avancer» stipule de sortir du "statu quo" de l’interdiction actuelle de l'exploration du sous-sol en France.

Pour faire avancer le débat sur le plan écologique, l'Institut Montaigne propose de suivre la réflexion suivante : «Rendre systématique et contraignante la réalisation d'études d'impact environnemental» afin de rompre avec l'immobilisme actuel.

Principales arguments de l’Institut en faveur du gaz :

Les effets néfastes sur la compétitivité de l'industrie française par rapport aux entreprises américaines qui bénéficient d’une ressource d’énergie à moindre coût.


Mais aussi, l’exploitation du gaz de schiste a entraîné une importation massive de charbon en Europe (moins cher que le gaz européen), menaçant les objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre.

Le rapport conclut que le gaz est "une source d'énergie incontournable pour accompagner efficacement la transition énergétique" et offrira des perspectives économiques encourageantes pour le pays.

A l’aube d’une session parlementaire sur le projet de loi d'orientation énergétique, les propos du président du groupe de travail : "Ignorer totalement le gaz de schiste est un luxe que la France ne peut plus se permettre" réanime le débat et affirme sa position en faveur des gaz de schiste en France.

Côté politique, malgré la position de François Hollande de ne pas rouvrir le débat, certains membres du gouvernement ont montré qu'ils étaient favorables à une évolution du dossier, notamment le ministre de l’industrie Mr Montebourg.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Transition énergétique : Le CESE donne son avis

Ajouté le 10/07/2014 - Auteur : jazz
Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a livré ses premières impressions le 9 juillet dernier, sur le projet de loi sur la transition énergétique.

Ce projet de loi censé rendre la France plus sobre en énergie, moins nucléarisée, moins polluante, devra se doter de "moyens financiers (....) à la hauteur des enjeux" déclinés dans la prochaine loi de finances et préconise de "donner un prix au carbone".


Consulté par le Premier Ministre, le CESE, organe représentatif de la société civil, estime que le projet de texte "ne comporte aucun chiffrage financier global, ni mesure par mesure".

Egalement présenté comme « une loi de mobilisation et d’action », les membres du CESE regrettent une mobilisation restreinte, trop peu présente autour du projet.


Sur le contenu de la loi, le CESE se félicite sur de nombreux points, mais cite aussi quelques désaccords, notamment sur la réduction du nucléaire et de la consommation d'énergie :

• Recommande d’Intégrer un "objectif national d'efficacité énergétique à l'horizon 2030" et l'objectif européen de 20% d'économies d'énergie primaire d'ici 2020.
• Regrette que la question de la précarité énergétique se limite au chèque énergie.
• Met en garde du "tout-électrique" dans les transports.
• Recommande d'accentuer fortement les efforts, pour atteindre l’objectif d’une augmentation à 32% de la part de production renouvelable dans la consommation énergétique finale à horizon 2030.
• S’interroge sur les modalités de financements pour la rénovation des bâtiments.
• Le droit d'accès à l'énergie doit donc être "réaffirmé" dans le projet de loi.

Deux objectifs restent des sujets de discorde et ne font pas consensus:

L'objectif de réduction de 50% de la consommation d'énergie d'ici 2050, est jugé "hors d'atteinte, sauf à imposer selon eux une sobriété insoutenable pour les populations".

Sur l'objectif de réduire la part du nucléaire de 75% à 50% de la production d'électricité en 2025, le CESE dénonce le caractère exclusivement politique, l'absence de fondement économique et le juge inconstitutionnel" !

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Rattrapage de 30€ sur votre facture EDF

Ajouté le 07/07/2014 - Auteur : jazz
La Ministre Ségolène Royal confirme finalement qu’il y aura bien une facture de rattrapage de 30 euros pour les 29 millions de clients d’EDF abonnés aux tarifs réglementés. Et 45 € en moyenne pour les clients dits « non résidentiels », c’est-à-dire les abonnés professionnels.

Suite à cette annonce, La Ministre a préciser vouloir étaler sur 18 mois le paiement de cette somme, après des négociations avec EDF pour ne pas imputer le pouvoir d’achat des français.


Donc pour éviter le paiement de cette somme intégralement à l’automne prochain, le rattrapage des tarifs devrait se faire par un échelonnement de la dette sur une période de 18 mois soit 1,50 euros supplémentaire par mois sur vos factures.

Vraisemblablement, les clients d’EDF devront finalement s'acquitter au moins d'un montant total de 27 euros.

Ce rattrapage découle de l'annulation ordonnée par le Conseil d'Etat en avril dernier d'un arrêté du précédent gouvernement qui a limité à 2% la hausse des tarifs de l'électricité pour la période août 2012-août 2013.

Le projet d’arrêté tarifaire rectificatif a été déposé jeudi dernier auprès du Conseil supérieur de l’énergie (CSE) qui doit rendre un avis consultatif sur le mode de rattrapage à mettre en vigueur (paiement immédiat ou différé).


La ministre compte également déposer un second amendement pour réformer le mode de calcul des tarifs d'EDF en intégrant le prix du marché.

Actuellement, la loi oblige que les tarifs couvrent uniquement les coûts de la production d’énergie.

Le nouveau mode de calcul prendrait en compte ces données du marché et devrait être finalisé d’ici l'automne 2014.

Contrairement à toutes les prévisions, Ségolène Royal avait annulé le 19 juin dernier la hausse des tarifs d'EDF de 5% prévue pour le 1er août 2014 faisant chuter l’action en bourse d’EDF de 7%.

Le Premier ministre Manuel Valls avait immédiatement repris la ministre de l’énergie et annoncer, malgré tout, une hausse mitigée des tarifs d’électricité en octobre prochain inférieur de 5% !

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

2 commentaires - Voir | Rédiger

Direct Energie annonce son lancement en Belgique

Ajouté le 03/07/2014 - Auteur : jazz
Le Groupe Direct Energie, troisième acteur français de l'électricité et du gaz, commercialise des offres grand public en Belgique depuis mardi 1 er juillet, indique-t-il dans un communiqué de presse. Il s'agit de sa première implantation à l'international.

Direct Energie a choisit la Belgique pour son premier lancement à l`international, 10 ans après son apparition sur le marché de l’énergie en France.


Aujourd’hui leader des fournisseurs alternatifs d’électricité et de gaz, le groupe recense 1.1 million de clients résidentiels et professionnels ; Il a enregistré en 2013 un chiffre d’affaires avoisinant les 760 millions d’euros et a livré 8,8 TWh d'énergie.

Direct Energie franchit une nouvelle étape en entamant son développement en Belgique où il y commercialise ses offres grand public depuis le 1er juillet.

Sa filiale Belge avait obtenu ses licences de fourniture pour l`électricité et le gaz en Wallonie le 4 juin dernier. Le 3ème acteur français de l'électricité et du gaz, souhaite désormais consolider sa position dans la fourniture d'électricité et de gaz en Europe.


Le groupe énergétique explique que le déploiement en Belgique se fera en capitalisant sur le savoir-faire reconnu de Direct Energie dans la commercialisation d'électricité et que la mutualisation des systèmes d'information et des processus de gestion permettra à la fois la compétitivité de ses offres en Belgique et l'amortissement plus rapide de ses coûts de structure.

Direct Energie a pour objectif de s’implanter sur l’ensemble de la Belgique en 2015 et souhaite acquérir plus de 50 000 souscriptions fin 2015 et plus 400 000 à l’horizon 2018.

L’offre d’électricité 100% verte est proposée à 80 euros l’année et à 0.0536 € le kWh en période normale. Le gaz naturel sera facturé 100 € l’année et à 0.0360 € en consommation.

Direct Energie propose un prix au kWh moins cher que l’indépendant Lampiris et la filiale dEDF, Luminus. Le producteur et le fournisseur historique d’énergie belge, aujourd’hui aux mains de GDF Suez, reste en bonne position dans le pays avec des tarifs compétitifs.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

2 commentaires - Voir | Rédiger

Energie : Concurrence limitée sur les tarifs

Ajouté le 01/07/2014 - Auteur : jazz
Les fournisseurs alternatifs jouent sur le marketing et les services.

Depuis l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie en France, le 1er juillet 2007, on dénombre seize fournisseurs alternatifs (de Direct Energie à Enercoop, Lampiris, ENI ou… GDF Suez), dont la moitié proposent des offres de marché aux ménages.

Malgré cette affluence de nouveaux acteurs, l’ouverture réelle des marchés de l’énergie à la concurrence, bloque néanmoins sur leurs marges de manœuvre en matière d’offres tarifaires.


Selon les résultats publiés fin mars par la CRE, les offres alternatives concernant l’électricité étaient près de 5 % moins chères que le tarif réglementé.

Côté gaz, les offres sont jusqu’à 10% moins chers par rapport au tarif réglementé, pour des familles se chauffant au gaz.

Pour s’imposer en dépit des faibles marges de manœuvre sur les tarifs, ces nouveaux fournisseurs comme Direct Energie, misent sur des offres 100% Internet, pour limiter les coûts de structure.

Certains de ces nouveaux revendeurs proposent même pour attirer ou conserver leurs clients, un prix stable sur deux ans.


Pour l’énergie verte, généralement, les tarifs du marché sont plus chers que ceux réglementés, ce qu’assume le fournisseur alternatif Enercoop.

Tous les nouveaux entrants n’ont d’ailleurs pas la même assise financière : la campagne publicitaire de l’italien Eni, l’un des grands énergéticiens européens parti à la conquête des particuliers dans le gaz début 2013, a frappé les esprits.

Pour stimuler la concurrence énergétique, l’association de consommateurs Ufc-Que choisir a lancé mi-octobre 2013, le premier achat groupé de gaz pour les ménages. L’initiative a remporté un franc succès avec 142.491 personnes préinscrites auprès de l’opérateur « choisi » Lampiris, ce qui lui a permis de s’imposer sur le marché français.

Riposte D’EDF et GDF

EDF et GDF Suez ont décidé de riposter en proposant aux ménages des offres « duales », c'est-à-dire : l’électricité au tarif réglementé et le gaz à une offre de marché chez EDF et le contraire chez GDF Suez.

La fin des tarifs réglementés pour les entreprises cette année pour le gaz et en 2015 pour l’électricité, sera une autre étape pour ses nouveaux fournisseurs alternatifs.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

EDF : Pas d’augmentation de tarifs au 1er août

Ajouté le 26/06/2014 - Auteur : jazz
La ministre de l’écologie, du développement durable et de l'énergie, Ségolène Royal, a déclaré jeudi dernier qu'il n'y aurait pas d'augmentation des tarifs d'électricité d'EDF au 1er août. Ce nouveau coup de pouce du gouvernement apparaît alors qu'une hausse de 5 % était prévue cet été.

Ségolène Royal a annoncé sur BFMTV : « Les tarifs n'augmenteront pas en août prochain. J'efface la hausse de 5 % », en annonçant une refonte du mode de calcul des tarifs.


Pour savoir si une augmentation aura lieu en janvier, il faudra attendre octobre, a indiqué la ministre. "Je vais procéder à ce calcul avec la Commission de régulation de l'énergie, une autorité indépendante, qui va, à partir de la réforme que j'ai mise en place, calculer cette hausse, ou peut-être une baisse", a-t-elle ajouté.

Une décision qui va ravir les clients d’EDF, mais qui a fait chuter jeudi le titre d'EDF en Bourse : l'action du groupe public enregistrait la plus forte baisse de la séance, avec un recul de 6 %. Le titre affiche ainsi un déclin de 11 % en un mois.


L'Elysée a laissé entendre dès la mi-décembre 2013, qu'à partir de 2015 ou 2016, la hausse des tarifs serait plutôt comprise « entre 2 % et 3 % » au lieu des 5 % évoqués, « et même moins de 2 % sur certaines périodes ».

Le bras de fer entre le gouvernement et la Commission de régulation de l'énergie (CRE), gendarme du secteur, devrait se poursuivre, l'organisme ne cesse de réclamer une hausse des tarifs "pour faire face à l’accroissement des charges d’EDF. La loi stipule par ailleurs que les tarifs couvrent les coûts d’EDF."

Du coup, en juin 2013, la Commission "suggérait une hausse immédiate de 6,8 % à 9,6 % des tarifs, puis un rattrapage de 7,6 % ensuite."

Enfin, en avril, les opérateurs alternatifs, réunis au sein de l’Anode, avaient prévenu qu’ils pourraient saisir le Conseil d’Etat pour faire respecter la loi si le gouvernement n’augmentait pas suffisamment les tarifs.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, GDF Suez, ENI et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités