comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | »

les brèves

Direct Energie : sort le 'Pack Chauffage'

Ajouté le 22/09/2014 - Auteur : jazz

Diminuer sa consommation d’énergie en pilotant plus précisément son chauffage grâce au thermostat intelligent de Nest, c’est ce que propose Direct Energie à ses clients avec son offre « Pack Chauffage ».

Direct Energie, 3ème acteur français de l'électricité et du gaz, devient le premier « partenaire énergie » de Nest en France. Ainsi, il poursuit son engagement dans la réduction de la consommation d'énergie de ses clients.



Les clients souscrivant à l’offre Pack Chauffage de Direct Energie pourront acquérir le Nest Learning Thermostat au prix exceptionnel de 149 € (au lieu de 219€) et bénéficier d’une installation gratuite par un professionnel agrée, de l'entretien annuel obligatoire de la chaudière, un diagnostic sécurité et une assistance dépannage.

Pour réduire encore plus la consommation sans altérer le confort, le thermostat possède un programme innovant Les « Seasonal savings ».


Lequel permet de réduire encore d’avantage la consommation d'énergie grâce à de légères variations de température pilotées automatiquement par le thermostat.

Hormis la remise de 70 euros par rapport au prix public du thermostat Nest et l'installation gratuite, le Pack Chauffage propose un service complet et économique qui permet d'accompagner les clients dans la maîtrise de leur consommation d’énergie (chauffage), ce qui représente 60% du montant de la facture.

Le Président Directeur Général de Direct Energie, Xavier Caïtucoli, a déclaré : "Direct Energie se félicite de ce partenariat majeur qui lui permet d'être associé au lancement du Thermostat Nest en France et d'en faire bénéficier ses clients.

Les deux sociétés partagent la passion de l'innovation et s'inscrivent pleinement dans la transition énergétique, avec des solutions « domotique » qui permettent à chacun de réduire sa facture énergétique et de piloter automatiquement le confort de sa maison".

Selon Nest qui a réalisé une étude, les clients du thermostat Nest en France pourraient réaliser des économies de l'ordre de 13-31 % au niveau du chauffage, cela représenterait entre 20 et 560 € d'économisés.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

200.000 coupures d'électricité et de gaz

Ajouté le 18/09/2014 - Auteur : jazz

Les services du Médiateur de l'énergie ont indiqué jeudi dernier qu’environ 210.000 coupures d'électricité et de gaz ont été effectuées par les fournisseurs d’énergie EDF,GDF Suez, depuis le mois de mars soit la fin de la première trêve hivernale.

Depuis la fin de la première trêve hivernale pour l'énergie qui s'est terminée en mars, presque 210.000 coupures d'électricité et de gaz ont été effectuées dans l’hexagone.



De plus, les réductions de puissance d’électricité qui ont eu lieu au cours du premier semestre 2014 se chiffrent à 159.000, nécessitant 370.000 interventions sur cette période.

La loi "Brottes" sur l'énergie, adoptée l’an dernier, a mis en place une trêve hivernale pour les bénéficiaires des tarifs sociaux et pour les copropriétés chauffées au gaz entre le 1er novembre et le 15 mars, pour les coupures d'électricité et de gaz, similaire à celle en vigueur pour les expulsions de logements.

La fin de cette période avait été prolongée du 15 au 31 mars 2014 avec l’accord des fournisseurs GDF Suez et EDF toujours pour les clients bénéficiant du tarif de première nécessité (TPN) pour l'électricité, du tarif spécial de solidarité (TSS) pour le gaz et du fonds de solidarité pour le logement (FSL), ainsi que pour la fourniture de gaz aux copropriétés.


Le Médiateur de l'énergie, Jean Gaubert présent mercredi dernier à la commission spéciale de l'Assemblée nationale en charge d'examiner le projet de loi sur la transition énergétique, a souligné "Il n'y a pas eu d'effet d'aubaine, il n'y a pas eu de dérapage".

Puis, "S'il y a un peu d'augmentation, je crois qu'il faut le lier plutôt à l'augmentation de la précarité que le lier à la mauvaise volonté des consommateurs".

Alors que les fournisseurs pensaient que la trêve entraînerait une forte hausse des factures impayées.

Le Médiateur avait recensé en 2012, 580.000 coupures et réductions de puissance d’électricité.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Vers la fin des tarifs réglementés du gaz ?

Ajouté le 17/09/2014 - Auteur : jazz
Les quelques 8 millions de Français aux tarifs régulés pourront constater dans un proche avenir :

- Une augmentation de 3,9 % des tarifs réglementés actée pour le 1er octobre,
- Une tendance haussière de cette énergie, lorsque les besoins de chauffage tirent les prix à la hausse ou lors d’instabilité sur les marchés internationaux du gaz (comme en Ukraine),
- Des tarifs réglementés qui incluent, dorénavant, 60 %, des prix de marché du gaz naturel depuis début juillet.

Tous ces arguments vont dans le sens contraire à maintenir en France des tarifs réglementés pour le gaz.

Le Conseil d'Etat, saisi par les concurrents de GDF Suez, doit statuer prochainement sur la question et étudier vraisemblablement les modalités possibles d'une disparition progressive, y compris pour les particuliers (leur disparition est déjà programmée pour les professionnels fin 2015).

En avril 2013, un avis de l'Autorité de la concurrence citait déjà l’exemple des pays comme l'Allemagne ou la Grande-Bretagne, qui ont renoncé à une régulation des prix dans l'énergie et où le gaz est moins cher qu'en France.

Malgré la pression de l’Europe, la France a fait le choix de continuer à réguler les prix du gaz et de l'électricité, en attendant que les opérateurs alternatifs (Lampiris, ENI, Planète OUI …) s'installent.

Les tarifs réglementés doivent légalement couvrir les coûts de l’opérateur historique (GDF Suez) mais il ne doit pas pratiquer des tarifs trop bas, impossibles à concurrencer.


Le marché du gaz ne répond pas aux mêmes contraintes économiques que les Télécoms, mais plutôt à la négociation de contrat sur le long terme.

Cependant les gouvernements - des deux bords - ont bloqué les hausses annoncées, afin de protéger le pouvoir d'achat, mais ces décisions ont été invalidées par le Conseil d'Etat avec facturation rétroactive des consommateurs.

Selon l'Autorité de la concurrence et les fournisseurs alternatifs (Direct Energie, EDF…) : sur le marché du gaz, la concurrence est faussée du fait même de l'existence d'un tarif réglementé.

Les arguments ne manquent pas en faveur de la suppression des tarifs réglementés, devenus au mieux inutiles.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Gel des tarifs d'électricité confirmé

Ajouté le 15/09/2014 - Auteur : jazz
Le Conseil d'Etat a rejeté le recours déposé par l’ANODE pour faire annuler un arrêté gouvernemental.

Cet arrêté gouvernemental consiste à supprimer une hausse de 5% des tarifs régulés de vente de l’électricité aux particuliers prévue début août pour 92 % des foyers.



NOUVEL EPISODE dans le FEUILLETON des TARIFS de l’ÉLECTRICITÉ

Le juge des référés du Conseil d’État confirme le gel des tarifs décidé et annoncé par Ségolène Royal.

Il avait été saisi à la demande des concurrents d’EDF via l’ANODE (Association nationale des opérateurs détaillants en énergie) pour suspendre l’arrêté du 28 juillet 2014 au motif que la condition d’urgence propre à la procédure de référé n’est pas remplie.

LE MODE DE CALCUL DES TARIFS BIENTÔT RÉFORMÉ

La ministre de l’Écologie et de l’Énergie souhaitait suspendre cette hausse de 5% en attendant la nouvelle refonte du mode calcul des tarifs « bleus » d’EDF (particuliers et petits professionnels), espérée avant fin 2014.

Le Conseil d’État a souligné que l’arrêté n’avait « qu’une portée temporaire, dans l’attente de la mise en place de nouvelles modalités de tarification de l’électricité ».


UN GEL TARIFAIRE QUI NE FAVORISE NI EDF NI LES FOURNISSEURS ALTERNATIFS

Le Conseil d’État a indiqué qu’il se prononcera prochainement « au fond sur la demande d’annulation introduite par l’Anode contre ce même arrêté ».

L’ANODE avait insisté pour que cette augmentation soit appliquée ; les opérateurs alternatifs Direct Energie,Planète OUI, ENI, etc., avaient conçus toutes leurs politiques commerciales sur cette augmentation.

Mais le Conseil d’État a estimé que l’arrêté gouvernemental ne porterait pas une « atteinte grave et immédiate » à la rentabilité des fournisseurs de l’Anode.

À l’inverse, il a considéré que la suspension de l’arrêté « pourrait porter atteinte à l’intérêt des consommateurs ».

Suite à l’annonce de cette décision du Conseil d’État, le titre d’EDF a chuté de plus de 3 % à la Bourse de Paris, signant la plus forte baisse du CAC 40 vendredi 12 septembre.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Gaz : L’ouverture à la concurrence peu connue

Ajouté le 11/09/2014 - Auteur : jazz
Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence le 1er juillet 2007, tous les Français sont libres de choisir leur fournisseur de gaz naturel.

A côté des opérateurs historiques EDF etGDF Suez, une dizaine de fournisseurs proposent désormais aux consommateurs des offres de fourniture d'énergie accompagnées éventuellement d'autres services, mais la plupart des usagers ne savent pas toujours comment s’y retrouver.



Une récente enquête réalisée par ENI Gas & Power, révèle qu’un utilisateur de gaz sur 3 ne connaît pas son offre de gaz actuelle et 4 Français sur 10 sont perdus et ne savent pas comment choisir une offre de gaz en fonction des augmentations ou des baisses du marché.

Les tarifs réglementés, proposés seulement par les fournisseurs historiques EDF et GDF Suez, sont régis par l’État et révisés chaque mois.

Daniel Fava, directeur général d’Eni France souligne que malgré l’introduction d'une réforme du gouvernement fin 2012 qui permettait d'amorcer une légère détente des prix du gaz, ceux-ci ont toutefois enregistrés une hausse très importante (70 %) entre janvier 2005 et décembre 2013.


Malgré cette hausse avérée des prix du gaz, seulement 13 % des usagers ont osé le changement de fournisseur depuis l’ouverture du marché du gaz à la concurrence en 2007, même si 7 Français sur 10 accusent l’augmentation de leur facture ces 5 dernières années.

À savoir qu’environ 70 % des consommateurs diminuent leur consommation de chauffage au quotidien, et plus de 4 millions de foyers sont touchés par la précarité énergétique.

Paradoxalement, même si les Français ont constaté une forte hausse de leur facture de gaz naturel, ils préfèrent réduire leur consommation plutôt que de comparer les offres proposées par les fournisseurs alternatifs Direct Energie, ENI,..., qui leur permettraient de faire des économies et aussi de bénéficier très souvent d’un meilleur accompagnement client.

En effet, l’étude a révélé que seulement 24,9 % des usagers se sont renseignés sur les offres de ces fournisseurs.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Tout savoir sur les ponts thermiques

Ajouté le 11/09/2014 - Auteur : scousser
Bon nombre de ménages se plaignent d'une maison trop énergivore. Souvent, ce sont les ponts thermiques qui créent un déséquilibre de température et entraînent la surconsommation d'énergie des dispositifs de chauffage.

Définition du pont thermique.
.
L'ADEME estime que les ponts thermiques représentent 5 à 10 % des pertes de chaleur d'une habitation. Mais que sont donc ces ponts thermiques ? En termes simples, il s'agit d'endroits où l'isolation est rompue, laissant place à des variations de température. En effet, les parois d'une maison sont conçues pour conserver la chaleur. Là où il y a les ponts thermiques, le revêtement est froid : c'est peut-être le résultat d'un matériau isolant mal posé, ou une conséquence de la vétusté de la paroi, ou autre. Dans tous les cas, il est recommandé de supprimer les ponts thermiques dans une maison afin que la température ambiante soit stable et uniforme dans toutes les parties de l'habitation. Il faut savoir en effet que les variations de température au niveau des ponts thermiques engendrent des pertes d'énergie, ce qui a tendance à augmenter la facture énergétique de manière considérable. De plus, les ponts thermiques favorisent l'accumulation de l'humidité et par la même occasion la prolifération des moisissures. .
.
Les différents points d'apparition des ponts thermiques.
.
De manière générale, les ponts thermiques d'une habitation se trouvent au niveau des coins de celle-ci. En effet, c'est souvent au niveau des angles de murs que les ponts thermiques apparaissent. Mais il arrive également que les intersections des murs et des planchers soient des vecteurs de ponts thermiques. Enfin, les différentes ouvertures sont également des endroits où les ponts thermiques peuvent se créer, à moins d'avoir une bonne isolation : portes et fenêtres seront donc à surveiller également, notamment les fenêtres de toit. .
.
Une bonne isolation pour régler le problème.
.
Pour supprimer les ponts thermiques dans une habitation, il n'y a pas de meilleure solution que de refaire entièrement l'isolation par l'extérieur. Toutefois, il faut savoir que cette technique est plus onéreuse que l'isolation par l'intérieur, qui est la plus prisée des Français pour l'heure. Mais ceux qui n'ont pas les moyens de réaliser une isolation par l'extérieur pourront isoler par l'intérieur et opter pour des isolants de bonne qualité comme le verre cellulaire, le béton cellulaire ou encore l'argile expansée. Bien évidemment, il sera nécessaire d'en discuter avec un professionnel, qui saura donner les meilleurs conseils pour l'isolation de l'habitation en fonction de l'état de celle-ci et en fonction du budget disponible pour les travaux. Dans le cas où ce budget ne permet pas l'isolation de la maison dans son entité, le professionnel saura déterminer les points prioritaires où l'isolation doit être faite.

GDF : Soupçon d’abus de position

Ajouté le 10/09/2014 - Auteur : jazz
Une décision de l'Autorité de la concurrence oblige GDF Suez à ouvrir son fichier clients à ses concurrents, les fournisseurs alternatifs Direct Energie, EDF, ENI, Lampiris...

Elle devra être en vigueur dès le 3 novembre prochain pour les clients industriels et le 15 décembre pour les clients particuliers.

En Avril, l'Autorité avait été saisie par Direct Energie pour que ces fichiers soient accessibles.

Pour Direct Energie, l’accès à ces fichiers est primordial pour présenter des offres compétitives aux consommateurs.


La requête entendue par le gendarme de la concurrence, GDF Suez doit dorénavant accorder à ses concurrents un accès à une partie des données de son fichier historique : les coordonnées du client (nom, adresse..) et les caractéristiques techniques de sa consommation.

Cette décision intervient alors que les tarifs réglementés (fixés par les pouvoirs publics) sont appelés à disparaître en décembre 2015 pour les professionnels.

« Cette décision d'urgence est structurante pour le secteur », estime Bruno Lasserre, président de l'Autorité de la concurrence.

En permettant l'accès au fichier de GDF Suez, les fournisseurs alternatifs pourront prospecter avec la même efficacité les clients qui seront à même de choisir l'offre la plus compétitive en prix.


La décision de l’Autorité est une mesure conservatoire avant un jugement en 2015 ou 2016.

D'ici là, GDF Suez a jusqu'à la fin de l'année pour se mettre en conformité ; et si le groupe gazier ne respecte pas ce calendrier, il devra cesser la commercialisation de ses offres de marché.

Cependant GDF Suez compte faire appel de la décision de l'Autorité et conteste l'usage d'un quelconque abus de position dominante.

Il rappel aussi que les marchés du gaz sont déjà ouverts à la concurrence :

La Commission de régulation de l'énergie (CRE), estime que les fournisseurs alternatifs possèdent 26,2 % de parts de marché sur le secteur des professionnels, soit 49,6 % des volumes associés.

Sur le segment des particuliers, ils détiennent 14,7 % de parts de marché, soit 14,9 % des volumes.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Reprise de l’éolien en France

Ajouté le 09/09/2014 - Auteur : jazz
Le secteur de l’éolien enregistre une forte hausse de nouveaux raccordements d'installations au premier semestre par rapport à l'an passé.

Après trois années de diminution significative, les statistiques récemment publiées par le Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie confirment la reprise du nombre d’installation éolienne.

Sur cette année 2014, une reprise de l’activité est incontestable ; l'éolien devrait faire mieux que l'année précédente, du jamais vu depuis 4 ans !



La puissance raccordée au premier semestre 2014 (380 mégawatts) a quasiment été multipliée par deux par rapport à la période équivalente de 2013 (200 MW).

La production éolienne a atteint presque 9 TWh (8.592 MW) au premier semestre 2014, soit une évolution de 19 % par rapport au premier semestre 2013.


La part de l'éolien dans la consommation électrique nationale atteint 3,8 % sur le semestre, contre 2,9 % au premier semestre 2013.

Avec plus de 500 projets d'éolien terrestre en attente de construction à fin juin (d’une production estimée à plus de 6 000 MW), le nombre de raccordements ne pourra qu’augmenter dans les prochains trimestres.

"LE FRUIT DES MESURES DE SOUTIEN"

Cette reprise est le résultat des mesures de soutien à la filière éolienne adoptées au cours des 18 derniers mois, confirme le Syndicat des énergies renouvelables (SER).

Le SER donne comme exemple pour illustrer ces propos :

- la suppression de la règle des 5 mâts apportée par la loi Brottes d'avril 2013
- et le nouvel arrêté tarifaire du tarif de rachat de l'électricité éolienne signé par la ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, Ségolène Royal, en mai 2014, qui à clarifier de nombreuses incertitudes juridiques autour de ce sujet.

Néanmoins, pour assurer une relance durable, le syndicat spécifie qu’il faut accentuer les efforts sur "la mise en œuvre de nouvelles mesures pour diviser par deux le temps de développement des projets" ainsi qu’étendre largement les zones interdites aux éoliennes, notamment sur des zones militaires.

Cependant pour retrouver les niveaux d'activité de 2010, soit 380 MW par trimestre, et non pas par semestre comme actuellement, les efforts des différents intervenants doivent être maintenus !

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Vers un gel des tarifs d'EDF ?

Ajouté le 05/09/2014 - Auteur : jazz
Dans un communiqué de presse mercredi dernier, le Conseil d'Etat indique qu’il va examiner le recours déposé par les concurrents d'EDF pour faire annuler un arrêté gouvernemental.

Cet arrêté gouvernemental consiste a supprimé une hausse de 5% des tarifs régulés.

Le conseil d’Etat rendra sa décision la semaine prochaine.

Ce recours en annulation a été déposé par l'Anode, association qui regroupe les opérateurs concurrents d'EDF.


Concrètement, cette requête en annulation d'un arrêté ministériel, pris en juillet dernier, devait supprimer une hausse de 5% des tarifs EDF prévue le 1er Août.

Les tarifs impactés par cette mesure sont les tarifs réglementés appliqués à 92% des consommateurs français.

La ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Ségolène Royale, est à l’origine de ce texte, traduisant son intention de suspendre cette hausse moyenne de 5% afin de limiter l'inflation des prix de l’électricité et de préserver le pouvoir d'achat des consommateurs.

Par ailleurs, une réforme du mode de calcul des tarifs réglementés est en cours.

Cet arrêté a été pris en juillet 2014 afin de changer un précédent arrêté de juillet 2013 qui prévoyait cette augmentation au 1er août, après une hausse similaire appliquée l’année précédente aux tarifs réglementé d’EDF.


L’ANODE insiste pour que cette augmentation soit appliquée ; les opérateurs alternatifs Direct Energie, Planète OUI, ENI, ect, avaient conçus toutes leurs politiques commerciales sur cette augmentation.

Ces augmentations étaient prévues pour couvrir les coûts exponentiels d’EDF, notamment les charges liées à la rénovation des centrales nucléaires et à la gestion du réseau électrique.

Mais aussi, cela aurait permis aux opérateurs alternatifs de proposer des offres compétitives et de bénéficier d'une certaine visibilité.

Il donnait un signal fort pour une véritable ouverture du marché de l'électricité.

La Commission de régulation de l’énergie (CRE), préconisait aussi des hausses au-delà de 5% pour 2013 et 2014.

L'annulation de la hausse tarifaire a un "impact économique très fort" pour les autres opérateurs qu’EDF, que l'ANODE chiffre à 60 millions d'euros annuels, sur la base des parts de marché 2012.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Hausse de 4 % des prix du gaz en octobre

Ajouté le 04/09/2014 - Auteur : jazz
Les tarifs réglementés du gaz ont subit une baisse ininterrompue depuis le début de l'année soit 6,7 % sur les neuf premier mois.

Hélas pour les consommateurs de cette énergie, les prix du gaz devraient repartir à la hausse.

Officieusement, les tarifs des prix du gaz proposés parGDF Suezdevraient augmenter de 3,9 % au début du mois d'octobre.



Pour ceux qui font tout au gaz – chauffage, cuisson et eau chaude – la hausse devrait représenter 40 euros par an, environ, pour une facture annuelle moyenne de 1.000 euros.

Avec près de 8 millions de foyers concernés, cette augmentation intervient au début de la période hivernale comme habituellement elle se pratique. De la même façon, entre printemps et l’automne, les tarifs réglementés s'inscrivent le plus souvent à la baisse.

Mais suite à l’information diffusé mardi soir, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a averti que l’élévation des prix du gaz, à l'approche de l'hiver, associé aux risques potentiels liés à la crise russo-ukrainienne, engendraient une hausse significative du niveau des prix de marché du gaz.



Le gendarme de l'énergie a été saisi par GDF Suez pour une révision tarifaire à la hausse des prix du gaz, qui doit vérifier de la conformité de la demande de l’énergéticien vis-à-vis de l'application de la formule de calcul des tarifs réglementés de vente.

Cette méthode de calcul a été modifiée au mois de juillet dernier, elle doit intégrer l’intégralité des coûts d'approvisionnement de GDF Suez dans le prix du gaz et inclure les prix de marché à hauteur de 60 % (contre 45 % précédemment).

Or, depuis quelques semaines, les prix de marché sont orientés à la hausse.

En 2014, avec l’augmentation prévue en octobre, les prix du gaz pour les abonnés de GDF Suez devraient baisser au total de 3,6 %.

Cependant l’UFC-Que Choisir prévient d'hypothétiques augmentations en novembre et décembre car depuis l’application de la nouvelle formule, le tarif du gaz peut être révisé tous les mois !

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités