comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | »

les brèves

Une météo défavorable aux fournisseurs d’énergie

Ajouté le 03/09/2014 - Auteur : jazz
Depuis le début de l’année, le climat a impacté à la baisse la consommation d’énergie en France et par conséquence la performance des fournisseurs d'énergies.

En contre partie, ces conditions climatiques ont redonné du pouvoir d'achat aux ménages, selon une étude du cabinet Sia Partners.

Un hiver doux et un été frais ont permis une utilisation restreinte du chauffage et des climatiseurs.



Ces 2 facteurs n'ont pas été favorables à de fortes consommations électriques comme dans celui du gaz, selon les explications du cabinet d’étude, information relayée par l’AFP.

La température hivernale a été en moyenne de 2,2°C supérieure aux normales saisonnières. Tout comme cet été, où la température a été de 2,2° inférieure aux normales saisonnières.

En conséquence, les consommateurs d’électricité ont moins allumé le chauffage sur ce début d’année, et par la suite, ont moins fait tourner les climatiseurs.


Résultat direct : la consommation d’électricité a diminué de 8% (soit 6,8 térawatt-heure) et de 13% pour le gaz naturel (16,3 TWh), par rapport à la même période en 2013.

Un impact positif se dégage clairement sur le pouvoir d'achat des ménages, se traduisant par une facture énergétique allégée de 1,8 milliard d'euros, souligne le directeur du cabinet Sia, Matthieu Courtecuisse, questionné par l'AFP.

En revanche dans un contexte économique actuel morose, l'impact est conséquent pour les deux fournisseurs historiques EDF ou GDF Suez, rajoute-t-il.

La baisse d'activité est évaluée à 850 millions d'euros pour le secteur électrique en France, et de 950 millions d'euros pour celui du gaz.

Soit une perte respective de 50 millions d'euros et 130 millions sur les résultats nets des deux secteurs des énergéticiens.

Autre impact collatéral de cette météo capricieuse : une perte de 360 millions d'euros de TVA collectée en moins dans les caisses de l’Etat.

Cependant le cabinet d’étude rappelle que les conditions météorologiques observées cette année ne sont pas exceptionnelles, elles sont identiques à celles de 2011.

Dernière précision de l’AFP : Un retournement de tendance n'est pas à exclure cette année avec la possibilité d’un prochain hiver rigoureux.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Baisse du prix du gaz en Septembre

Ajouté le 02/09/2014 - Auteur : jazz
Suite à l’annonce de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE), les tarifs réglementés du gaz vont légèrement baisser de 0,43% au 1er septembre 2014, pour les utilisateurs de cette énergie.

Rappelons que les tarifs réglementés sont fixés mensuellement par l'État et appliqués par GDF Suez.

Cette baisse sera de 0,4% pour ceux qui utilisent le gaz seulement pour se chauffer.



Cette baisse sera moins importante, à 0,2% pour les personnes utilisant cette énergie pour l'eau chaude et la cuisson.

Depuis le début l’année, les tarifs réglementés de vente de gaz naturel ont baissé de 6,8%, a également précisé la CRE.

La baisse est de 6,4% depuis juin 2013, date de la mise en place de la méthode d'ajustement mensuel des tarifs réglementés de cette énergie.

Mais on ne peut pas exclure une augmentation des tarifs dans les prochains mois estime la CRE !

Principale raison : l'évolution des prix sur les marchés de gros du gaz, vont être impactés par des "effets saisonniers" et "l'évolution de la conjoncture".


Concernant les effets saisonniers, le prix du gaz a l’habitude d’augmenter en hiver du fait de la forte demande de cette énergie.

Aussi, l’évolution de la conjoncture et du contexte géopolitique en Ukraine, pourraient nettement influencer le prix du gaz cet hiver.

Les tarifs réglementés du gaz sont constitué d’un prix de détail, excluant diverses taxes, mais comprend les coûts d'approvisionnement de GDF Suez révisés mensuellement.

Cette méthode avait permis d'amorcer une détente des prix de cette énergie.

Mais récemment (en Juillet 2014), une nouvelle méthode de calcul est entrée en vigueur tenant compte davantage des prix sur le marché de gros, depuis toujours orienté à la baisse.

GDF Suez compte 7,85 millions de foyers français aux tarifs réglementés, sur les 10,6 millions abonnés au gaz.

L’opérateur gazier propose comme les fournisseurs alternatifs, des offres à prix de marché, bien plus intéressantes.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

L’éolien : l’énergie renouvelable du futur

Ajouté le 28/08/2014 - Auteur : jazz
La situation énergétique de l’union européenne et principalement en France, est dominée par la production nucléaire au détriment d’autres sources d’énergie, une consommation énergétique polluante et néfaste pour la planète.

La Commission européenne a pour objectif de diminuer la consommation énergétique issue du nucléaire à 30% d’ici l’année 2030.


Cette nouvelle tendance se traduira évidement par la réduction de la consommation des énergies fossiles, mais surtout par la valorisation des énergies renouvelables, comme l’énergie solaire, hydraulique ou l’énergie éolienne.

En prévision, l’énergie éolienne doit diminuer notre facture d’ici 2025.

L’éolienne, l’énergie du futur !

L’Allemagne est en avance dans ce secteur par ces nombreuses installations ; cette énergie offre une source d’énergie durable et inépuisable sans aucun rejet nocif pour notre planète que soit des gaz à effet de serre ou des déchets toxiques.

Peu développée dans l’hexagone, elle représente uniquement 3% de la consommation d’énergie.

Si la France veut atteindre ces objectifs fixés pour 2020 et 2030, elle doit accroître ces installations d’éolienne, surtout dans les régions du Sud-Est où elle est peu présente malgré un certain potentiel.


Le développement de toutes ces énergies « vertes » permettra, dans un futur proche, de faire rentrer dans notre quotidien des voitures hybrides rechargeables, des citadines électriques ou encore des voitures à la pointe de la technologie comme la BMW i8.

Des innovations prometteuses comme « l’arbre du futur »

Des prototypes d’éolienne volante sont à l’étude et vont voir prochainement le jour comme des éoliennes en forme de cerfs-volants ou en forme de ballons remplis d’hélium.

Ces spécimens aériens sont conçus pour fonctionner à une altitude de 100 mètres contre 20 à 30 mètres pour les éoliennes terrestres ou off-shore.

A cette altitude, les éoliennes permettront de capter des vents supérieurs à 100 km/h et de les convertir en énergie qui sera bien plus importante que celle récoltée sur Terre.

L’énergie solaire continue également à se développer, et la recherche dans ce domaine est tout autant prometteuse avec l’apparition prochainement de module solaire transparent comme le verre.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

3 commentaires - Voir | Rédiger

Linky : Nouveaux tarifs d’électricité en vue !

Ajouté le 27/08/2014 - Auteur : jazz
Les fournisseurs alternatifs d’électricité proposeront des tarifs plus différenciés selon les heures et jours de consommation grâce à Linky.

Le déploiement du compteur communicant baptisé « LINKY » est attendu avec impatience par les fournisseurs d’électricité qui se préparent à une bataille tarifaire.

Les spécificités techniques de LINKY permettront aux fournisseurs « de proposer des nouvelles offres adaptées aux besoins de chaque foyer, avec des tarifs différents selon les périodes de l’année ou de la journée ».


Actuellement, seul EDF propose un tarif « heures pleines- heures creuses », qui distingue deux plages horaires chaque jour.

Nouveaux tarifs d’électricité

Les nouveaux tarifs varieront, avec des prix plus bas certains jours, par exemple, comme le samedi.

Selon un expert du secteur, les nouvelles offres tarifaires dépendront de la façon dont les fournisseurs s’approvisionneront. En effet, les cours de l’électricité sur le marché de gros sont toujours plus bas le week-end qu’en semaine.

EDF qui a mit de côté ses abonnements variables EJP et Tempo, les jugeant trop complexes et peu rentables, prépare sa riposte avec la réactivation du tarif « Tempo bis », plus simple d’utilisation.


L’électricien historique et son concurrent Direct Energie plaident aussi pour que le tarif d’acheminement de l’électricité soit modulé selon la demande, ce qui permettrait de proposer une plus large gamme d’offres.

Services autour de la domotique

Les fournisseurs attendent de connaître le niveau de rémunération des effacements (suppression ou report d’une consommation lors des pics de demande) et du marché de capacité (qui rémunérera les capacités de production disponibles), pour établir leur modèle économique.

En plus des nouveaux tarifs, les fournisseurs proposeront aussi une panoplie de services comme le pilotage à distance des appareils, le suivi de la consommation et comparaison autour de la domotique.

Direct Energie propose déjà une offre « Tribu », pour les premiers foyers équipés de Linky.

Reste aux consommateurs de faire leurs comptes pour en mesurer l’intérêt financier !

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

ENI veut réduire de 25% les surcapa de rafinage

Ajouté le 22/08/2014 - Auteur : scousser
Le groupe italien Eni souhaite réduire de l'ordre de 25% ses capacités de raffinage en Europe. Les capacités des raffineries en europe sont actuellement d'environ 15 millions de barils jour (bpj). Néanmoins, étant donné la baisse de la demande et l'augmentation de la concurrence, les analystes estiment qu'il sera nécessaire de mettre de côté 1,5 à 2 millions de bpj d'ici 2018 pour que le marché revienne à l'équilibre.

Eni Claudio Descalzi a apporté une bonne nouvelle à travers ce projet permettant de réduire d'environ 400 000 bpj les capacités de raffinage du groupe dans le cadre d'un vaste plan d'assainissement des comptes et de recentrage sur l'exploration-production. Cette réduction était prévu mais pas attendue dans ces proportions.

La division raffinage-distribution d'Eni est déficitaire depuis 3 ans et ses pertes d'exploitation ont atteint 1,5 milliard d'euros l'an dernier, après 1,3 milliard en 2012. Il fallait donc une réaction radicale pour inverser la tendance.

La marge de raffinage d'Eni est en baisse de plus de 45% sur un an, à 1,73 dollar par baril. A ce niveau, l'activité est déficitaire une fois pris en comptes les coûts d'exploitation.

En transformant 3 de ses 6 raffineries italiennes en sites de stockage ou en sites de production de biocarburants tout en réduisant son exposition à l'international, Eni estime que la division pourra revenir à l'équilibre financier fin 2015.

Le fait de convertir des sites plutôt que de les fermer permettra au groupe d'éviter de très lourds frais de démantèlement et de dépollution tout en maintenant l'emploi.

Direct Energie lève 40 millons d'euros !

Ajouté le 13/08/2014 - Auteur : scousser
Direct Energie se lance sur le marché des obligations cotées.

A travers son premier placement privé obligataire, Direct Énergie 3ème acteur fournisseur d'electricité et de gaz en France, parvient à lever 40 millions d'euros. Le placement se sépare en deux tranches: la 1ère de 28,5 millions d'euros à échéance décembre 2019 assortie d'un coupon à 4,70%, et la 2 ème de 11,5 millions d'euros à échéance juillet 2021, assortie d'un coupon de 5%.

"Cette belle réussite va permettre au groupe d'augmenter sa capacité d'action et d'accélérer son expension commerciale", a précisé Xavier Caïtucoli, PDG de Direct Energie, qui précise que le le fournisseur d'electricité devrait aller au delà de son objectif de 2 millions de clients d'ici 2018. Pour rappel Direct Energie a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de plus de 760 millions d'euros et compte 1,1 million de clients résidentiels et professionnels.

Les fonds levés financeront :
- tout d'abord les investissements nécessaires en France,
- à la croissance en Belgique, où le fournisseur a lancé le 1er juillet ses offres grand public.v - et enfin direct Energie espère se donner plus de souplesse pour répondre aux appels d'offres des grands consommateurs d'énergie, qui demandent souvent des conditions de paiement étalées sur plusieurs mois.

Direct Energie est également devenu en juin dernier le premier opérateur d’effacement diffus habilité par RTE à agréger et valoriser des effacements de consommations résidentielles sur le marché de gros de l’électricité.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

L’Europe vise 30 % d’économie d’énergie d’ici 2030

Ajouté le 29/07/2014 - Auteur : jazz
Suite à l’annonce officielle de Bruxelles, l’Europe a réévalué son objectif de réduction de la consommation d’énergie en Europe de 30 % d’ici à 2030, contre 20 %.

La réussite de ce challenge passe par la communication, la confrontation des idées et évidemment le doute des acteurs qui permettent de trier les meilleures solutions.

Le lobbying à l’échelle nationale et européenne des fournisseurs d’électricité jouent leur rôle de promotion de solutions énergétiques.


Mais dans cette période de changement environnemental, une information est nécessaire pour valoriser la meilleure des approches en termes de bonnes pratiques.

L’Europe c’est 28 pays, et la surprise d’une bonne pratique énergétique peut émerger d’une région méconnue :

La capitale de la Slovénie, Luljubani, est en tête du classement des villes moyennes les plus intelligentes d’Europe, juste derrière la 1ere ville française, Montpellier à la 11e place.

L’information autour du dossier de la consommation énergétique se résume à deux canaux à Bruxelles :

Les lobbyistes défendant les intérêts des acteurs de la filière et les institutionnels qui calent leur message constamment sur leur financeur attitré, la Commission européenne.

Patrice Geoffron, professeur d’économie et spécialiste d’énergie met en avant les opportunités pour l’industrie française dans la révolution des technologies énergétiques et explique que l’Europe peut refonder son modèle de croissance et d’acquérir à nouveau du leadership industriel et technologique.


Maintenant, il est trompeur de penser que le lobbying énergétique et la communication institutionnelle, au sujet de l’efficacité énergétique, seront les seuls communicants d’une révolution européenne, dans les technologies énergétiques, gratifiantes.

Les 28 pays de l’Union Européenne ont 28 histoires énergétiques différentes construites tout au long de deux siècles de révolutions énergétiques.

Selon la définition du mot Introspection dans le dictionnaire :

"Observation méthodique, par le sujet lui-même, de ses états de conscience et de sa vie intérieure".

Cette communication introspective est la plus efficiente pour arriver à 30 % d’économie d’énergie d’ici à 2030 en Europe.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

GDF: Baisse du prix du gaz au 1er Aout

Ajouté le 28/07/2014 - Auteur : jazz
La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a annoncé le 25 juillet 2014, que les prix du gaz appliqués par GDF Suez, baisseront en moyenne de 1,28% au 1er août.

Concrètement, la baisse tarifaire annuelle sera de -0,8% pour les foyers qui utilisent le gaz pour la cuisson et l'eau chaude et de -1,2% pour ceux qui en font usage uniquement afin de se chauffer.

Cette baisse est due à l’arrêté prit par la ministre de l’Energie, Ségolène Royal, qui permet d’appliquer une nouvelle méthode de calcul des tarifs réglementés du gaz garantissant la stabilité du prix de cette énergie.



Elle a pour but de réduire les hausses et les baisses trop importantes et de tenir compte des prix du marché dans une partie des tarifs réglementés du gaz naturel.

La CRE, le gendarme français de l’énergie, invite aussi GDF Suez à tenir davantage compte des prix du marché dans cette formule de calcul en y augmentant la part de 45,8% à environ 60%. Cependant, malgré les bienfaits de cette méthode sur notre facture de gaz, elle risque en revanche, d’augmenter sa variabilité saisonnière, les prix du gaz étant généralement plus élevés en hiver.


Depuis décembre 2013, le tarif réglementé a diminué de 6,4% selon le CRE.

Ces tarifs réglementés du gaz déterminent un prix de détail, encadré par l’Etat qui n’inclut pas encore les diverses taxes mais comprend les coûts d'approvisionnement de GDF Suez, révisés mensuellement depuis l'introduction fin 2012 d'une réforme qui avait permis d'amorcer une réduction des prix du gaz.

Selon le Ministère de l’Ecologie Ségolène Royal, le dispositif de régulation, modifié par le gouvernement en 2013, a également permis de baisser les prix pour les consommateurs de 3,8% entre janvier 2013 et le 1er juin 2014.

Ces tarifs réglementés s’appliquent à près de 7,85 millions de foyers français, sur les quelques 10,6 millions d'abonnés au gaz mais GDF propose également des offres à prix de marché comme les fournisseurs alternatifs.

D’ailleurs, la Commission rappelle que plusieurs fournisseurs de gaz "proposent à ce jour des offres plus attractives que les tarifs réglementés".

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

EDF accorde une ristourne de 20% aux industries

Ajouté le 25/07/2014 - Auteur : jazz
EDF a consenti une réduction d’environ 20 % sur le tarif d’électricité au consortium d’industriel Exeltium.

Parallèlement, leur base tarifaire pourra varier en fonction du cour de l’électricité sur les marchés de gros.

Après des mois de négociations, EDF et les industriels du consortium Exeltium ont conclus et signé cet accord en présence du ministre de l’Economie, Arnaud Montebourg.

Le consortium Exeltium est composé de vingt-sept adhérents, tous d’importants consommateurs d’électricité (Air Liquide, Arcelor Mittal, Total, etc…).


«  L’économie globale du contrat ne change pas. Il est simplement plus flexible », insiste Jean-Pierre Roncato, président d’Exeltium.

Ce contrat existait déjà, il avait été conclu en 2010.

Suite un premier versement à EDF de 1,75 milliard d’euros, les industriels jouissaient d’un tarif préférentiel et garanti sur une base fixe pendant vingt-quatre ans, et d’un accès sécurisé à des volumes importants.

Cependant le prix négocié à l’époque, était environ 50 euros par mégawattheure (MWh).

A ce jour ce prix du mégawattheure est devenu peu compétitif au regard des prix de marché, à 42-43 euros le MWh.


Le consortium a donc désiré de revoir les conditions de cet accord, en entamant des discussions avec EDF.

Pour améliorer la compétitivité des industriels français, les pouvoirs publics (actionnaire à 84 % d’EDF) avait souhaité, dès 2013 une remise à plat du contrat.

Le contrat entrera en vigueur rétroactivement au 1er janvier 2014, à la nouvelle tarification proche des prix de marché, soit 42 euros.

Un prix qui, sera fixe durant cinq ans, puis s’ajustera en fonction de l’évolution du prix de marché de l’électricité.

«  Les autres paramètres (volumes livrés, options de sortie, partage du risqué industriel) n’ont pas été modifiés », explique EDF.

Cet accord permettra principalement de retrouver une certaine compétitivité  au niveau de ces industries dénommées électro-intensifs, de par leur importante consommation d’énergies.

Cet accord permettra en plus à Exeltium de renégocier avec les établissements bancaires le refinancement des emprunts contractés pour le versement initial de 1,75 milliard.

Et cette renégociation était suspendue à cet accord sur les prix d’EDF.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Fiscalité Verte 2014 : Eco prêt et Crédit d’impôt

Ajouté le 22/07/2014 - Auteur : jazz
Le décret sur la rénovation énergétique a été signé par Ségolène Royal et Sylvia Pinel, puis publié au Journal Officiel le 18 juillet dernier.

Ce nouveau dispositif d’éco-conditionnalité des aides de l’Etat s’articule autour de deux arrêtés :

Le crédit d’impôt développement durable et de l’éco-prêt à taux zéro.

Lors de la présentation du projet de loi de la transition énergétique, la ministre de l’Ecologie avait fait part de son intention de simplifier les aides publiques.


De ce fait, le crédit d’impôt développement durable, l’aide la plus répandue en France, se limitera à un taux unique de 30 % et ne sera plus soumit à des conditions de ressources.

Cet avantage fiscal sera limité à 8.000 € de dépenses pour une personne seule et 16.000 € pour un couple.


De plus, le dispositif de l’éco-prêt à taux zéro a été modifié en simplifiant les procédures bancaires dans le but d’augmenter le nombre de prêts délivrés chaque année.

Dans la pratique actuelle, les banques étaient prudentes à accorder l’éco-PTZ, car elles étaient responsables en cas de non-conformité des travaux.

Dans ce cas d’espèce, ceux-ci se voyait de l’obligation de rembourser le crédit d’impôt.

Dorénavant, les professionnels réalisant les travaux seront responsables de cette conformité.

Et si les travaux réalisés ne remplissent pas les conditions d’éligibilité de l’éco-PTZ, ces professionnels du bâtiment devront s’acquitter d’une amende de 10 % du montant des travaux.

Grâce à cette mesure, le gouvernement espère passer de 30.000 à 100.000 prêts délivrés par an.

La condition pour obtenir une de ces deux aides sera d’avoir impérativement fait appel à un professionnel doté d’une certification RGE.

Ce décret sera effectif à partir du 1er septembre 2014 pour l’éco-prêt à taux zéro et à partir du 1er janvier 2015 pour le crédit d’impôt.

Cette mesure a pour objectif d’assurer la qualité des travaux réalisés mais aussi de soutenir la filière de la rénovation énergétique, porteuse de milliers d’emplois non délocalisables.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

2 commentaires - Voir | Rédiger
Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités