comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | »

les brèves

Gouvernement : Transition énergétique

Ajouté le 14/04/2014 - Auteur : jazz
Ségolène Royal, la ministre de l’Ecologie et de l’Energie, a estimé ce lundi, lors d’une rencontre avec la presse au ministère, qu’il y avait un travail considérable pour mettre en place le projet de loi sur la transition énergétique.

La transition énergétique fait partie des priorités pour François Hollande, qui a confirmé à plusieurs reprises son intention de diminuer la part de l'énergie nucléaire, dans la production électrique française à l'horizon 2025.

Le projet de loi serait présenté avant l’été en Conseil des ministres, selon Manuel Valls.



Le texte doit traduire plusieurs trajectoires fixées par le gouvernement : diminuer de 75 % à 50% la part de l’énergie nucléaire dans la production électrique française à l’horizon 2025, réduire de 30% la consommation d’énergie fossile d’ici 2030 et de 40% nos émissions de gaz à effet de serre.

Le projet de loi a pris du retard, il était initialement prévu pour l’automne 2014, mais il aura fallu des mois de discussions entre entreprises, ONG, syndicats, parlementaires et collectivités.

Le 20 mars, les premières pistes du projet de loi ont été posées sur la table, mais le sujet sensible et principal de l’évolution du parc nucléaire n’y figurait pas, tout comme celle déterminante de la future consommation.




Ségolène Royal souhaite voir dans cette future loi «un lien direct avec les travaux du Giec» (groupe intergouvernemental d’experts sur le climat), qui a publié dimanche un rapport qui va servir de référence sur les émissions de gaz à effet de serre, à l’origine du réchauffement inédit de la planète.

Les travaux du Giec montrent que si la communauté internationale, veut maintenir la hausse du thermomètre mondial dans une fourchette évitant des impacts catastrophiques, elle doit diminuer voir même éviter les énergies fossiles émettrices de CO2.

Un rapport qui vient rappeler que la lutte contre le changement climatique est la condition de notre survie, une ardente obligation et une chance économique et sociale, souligne Ségolène Royal.

Comparez vos fournisseurs d'énergie, EDF, GDF Suez, Direct Energie et ENI.

GDF SUEZ vers des projets energétiques au Mexique

Ajouté le 11/04/2014 - Auteur : jazz
Gérard Mestrallet, Président-Directeur Général de GDF Suez, a annoncé vendredi avoir signé un protocole d'accord et de coopération pour une durée de deux ans avec Emilio Lozoya, Président-Directeur Général de PEMEX, à l'occasion de la visite d'une délégation officielle française au Mexique.

Ce protocole d’accord global entre GDF SUEZ et PEMEX met en place un processus de collaboration sur de futurs projets de développement communs concernant les infrastructures de gaz naturel, les installations de liquéfaction du gaz et les centrales au gaz.

La signature de ce protocole s’inscrit dans la stratégie de GDF Suez, à participer au développement d'infrastructures énergétiques au Mexique.



Intensifier la présence de son groupe sur les marchés à forte croissance dans un pays comme le Mexique, est l’un des éléments essentiels pour le PDG de GDF Suez.

GDF SUEZ est présent au Mexique depuis 1989 dans l’ensemble de ses métiers et possède un effectif de plus de 2 300 collaborateurs.

Le groupe collabore déjà avec PEMEX sur la phase II du projet de gazoduc Los Ramones de 740 km.

Le fournisseur gazier exploite aussi 3 centrales de cogénération vapeur-électricité à Monterrey, à Altamira à Panuco, avec une puissance installée de 279 MW. Les 3 usines figurent parmi les centrales les plus propres et les plus performantes de tout le pays.




Il assure la gestion de 6 sociétés de distribution de gaz qui desservent 400 000 clients dans tout le pays ainsi que 2 gazoducs.

GDF Suez fournit aussi en énergie plus de 35 grands groupes industriels et des centaines de milliers de ménages.

Le Groupe offre au marché mexicain un éventail de services énergétiques et environnementaux du plus haut niveau en termes de qualité et de respect de l'environnement.

Ainsi, il s’inscrit comme le plus grands opérateurs privés de réseaux de gaz et le deuxième distributeur de gaz naturel du Mexique.

En tant qu’acteur majeur du secteur du gaz naturel, GDF SUEZ gère le plus long réseau de transport de gaz privé du pays, soit plus de 900 kilomètres.

Comparez vos fournisseurs d'énergie, EDF, GDF Suez, Direct Energie et ENI.

Choisir l’énergie la plus économique ?

Ajouté le 10/04/2014 - Auteur : jazz
Le prix des énergies augmente chaque année, ce qui représente en moyenne 8 % du budget des Français.

Cette part n’est pas négligeable et devrait encourager les particuliers à réaliser des économies, en optant pour l’énergie qui leur convient le mieux.

L’électricité, le gaz et le fioul, sont les énergies dites « classiques » et sont souvent perçues comme les plus chères.

En 10 ans, l’électricité a connu une hausse de 17 %, ce qui l’inscrit comme l’énergie la plus chère du marché (1 Kwh/0,13€). Cependant, cette énergie est devenue pratiquement indispensable, puisqu’elle permet d’alimenter les divers appareils électroniques.



Pour les consommateurs de gaz, la facture est lourde ! Entre 2002 et 2013, son prix a subi une hausse de près de 72 %. Une évolution dû au cours du pétrole car le prix du gaz y est indexé, 1Kwh varie entre 5 et 10€.

Pour le fioul on note une augmentation de 143 % en 10 ans, c’est l’énergie qui a subi la hausse la plus important. Cette forte évolution est principalement due à la crise de 2009 et à la diminution progressive de cette ressource fossile. En moyenne 1L de fioul coûte 0,94€.

Il est impératif de choisir des équipements innovants et économes, pour que ces énergies ne deviennent pas un gouffre financier et de diminuer la consommation d’énergie liée au chauffage, car elle représente en moyenne 70 % des dépenses énergétiques totales du foyer.




Désormais grâce au mix énergétique, les énergies renouvelables, s’inscrivent comme des solutions propres et économiques.

Les panneaux solaires photovoltaïques, permettent d’alimenter entièrement en électricité un logement économe. L’investissement est assez coûteux, entre 6.000 et 15.000 €, mais l’énergie produite est gratuite.

Pour finir, la pompe à chaleur géothermique s’inscrit comme la solution de chauffage la moins coûteuse. De plus en plus répandue, cet appareil permet de chauffer un logement bien isolé, pour un coût annuel de moins de 5 €/m2.

Il est nécessaire de réaliser un bilan énergétique, avant d’opter pour l’une de ces énergies, afin de vérifier si elle est adaptée au logement et de comparer les offres des fournisseurs d’énergie,EDF, GDF Suez, Direct Energie et ENI, pour réaliser de vraies économies !

Energie :Consommez moins et recevez de l’argent

Ajouté le 09/04/2014 - Auteur : jazz
Les producteurs d'électricité rémunèreront les clients qui accepteront de couper leurs appareils électriques en cas de pic de consommation.

Une idée simple qui pourrait bientôt rapporter de l'argent à des millions de particuliers, puisqu’ils seraient rémunérés en s’engageant à réduire ou à stopper leur consommation, en cas de pic de consommation et donc de tensions sur le réseau électrique.

Cette technique dite de «l'effacement» est déjà accessible aux industriels et devrait être rapidement étendue aux particuliers.



Un rapport sur les nouvelles règles du marché de l'électricité a été remis ce jour au gouvernement par le Réseau de transport d'électricité(RTE) chargé de la gestion du réseau.

Parmi ces règles établies par la «loi Brottes », apparait notamment «l'effacement». Ce projet de décret a été examiné par l'autorité de la concurrence et soumis au Conseil d'Etat.

«L'effacement» est déjà expérimenté en Ile-de-France, il permet d’affronter les pics de consommation hivernales et présente aussi des avantages pour les particuliers.

Les clients qui auront accepté de diminuer ou d'interrompre leur consommation aux heures de pointe, grâce à un simple boitier sur leur compteur permettant de commander leurs appareils électriques à distance, feront des économies sur leur facture et pourront même percevoir une rémunération.




Cependant, il faudra encore attendre un peu pour connaître les règles précises de fonctionnement du dispositif et le mode de rémunération des clients qui accepteront de se prêter au jeu.

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) doit encore donner son accord pour ce dispositif.

Grâce à ce système, les particuliers pourraient économiser entre 10% et 15% par an sur leurs factures d'électricité.

La rémunération sera calculée au travers d'un barême de prix, selon le contrat souscrit auprès d’un opérateur spécialisé et les plages horaires durant lesquelles le particulier accepte de diminuer ou stopper sa consommation, pour éviter de mettre en péril le réseau électrique.

Même si les particuliers ne percevront que quelques dizaines d'euros par an, cette rémunération sera la bienvenue, à l'heure où les tarifs d'électricité vont inévitablement continuer à monter dans les prochaines années à venir.

Comparez vos fournisseurs d'énergie, EDF, GDF Suez, Direct Energie et ENI.

1 commentaire - Voir | Rédiger

GDF Suez investit en Norvège

Ajouté le 08/04/2014 - Auteur : jazz
Hier, GDF Suez a annoncé le lancement de la production du gisement pétrolier et gazier de Gudrun, en Norvège en mer du Nord.

Ce gisement appartient à hauteur de 25 % au groupe gazier Français, plus de la moitié (51 %) est détenue par l'opérateur norvégien Statoil et l'autrichien OMV en possède 24 %.

Le gisement s'appuie sur les infrastructures déjà existantes, il est à une profondeur de 4200 à 4700 mètres et il est raccordé vers la plateforme Sleipner A, pour l’exportation.





GDF Suez précise que le développement de ce projet en Norvège, reste le plus important et a demandé un investissement de 625 millions.

La plateforme de Gudrun installée en 2013, produira à partir de sept puits de production, avec un pic de production qui devrait atteindre environ 90.000 barils équivalent pétrole par jour, pendant une durée d'environ 11 ans, a précisé le groupe GDF Suez dans un communiqué.

Le pétrole et le gaz sont transportés vers la plateforme Sleipner A. Le pétrole est envoyé en Norvège à Kårstø, alors que le gaz est exporté directement via les gazoducs partant de Sleipner, vers les marchés européens .




Pour GDF Suez, "Gudrun » est le projet en développement le plus important et grâce à son expérience en mer du Nord, le groupe pourra voir entrer en production conformément au calendrier, lui permettant de contribuer de manière significative à son portefeuille.

Le gisement de Gudrun est placé en plein milieu du secteur norvégien de la Mer du Nord, à 55 kilomètres au nord des installations de Sleipner.

Le gisement a été découvert en 1975 et a été développé avec une plateforme de production sur pieds. La pression à l’intérieur du réservoir est d'environ 860 bar et sa température est d’environ 150 °C.

La plateforme a été mise en place en 2013 et comprend des installations de traitement pour stabiliser partiellement le pétrole et le gaz.

Comparez vos fournisseurs d'énergie, EDF, GDF Suez, Direct Energie et ENI.

Le prix du gaz va baisser le 1er mai

Ajouté le 07/04/2014 - Auteur : jazz
A partir du 1 er mai, les 9 millions de foyers se chauffant au gaz sentiront une légère baisse sur le montant de leur facture.

Les tarifs réglementés du gaz repartent à la baisse au 1er mai 2014, avec un repli d’environ 0,8% annoncé.

Depuis un an, la tendance des prix du gaz en France est à la baisse, avec en mars dernier un recul de 1 % enregistré sur les tarifs réglementés de GDF Suez.

En janvier et février, les prix réglementés avaient respectivement subi une légère hausse de 0,3 % et 0,2 % puis en avril, ils étaient restés stables.





La trajectoire des prix du gaz en France est clairement baissière depuis un an. Avec ce recul, d’à peine 2 %, le prix du gaz maintient son rang d'énergie « la plus compétitive sur le marché ».

C’est le mois de novembre qui enregistre la majoration la plus importante, avec 0, 5 %.

Les prix du gaz sont désormais révisés tous les mois, depuis le début de l'année 2013 et non plus tous les trimestres comme auparavant. L’Etat n’a eu d’autre choix que de modifier la formule tarifaire pour limiter les hausses du prix du gaz.

Entre janvier 2005 et décembre 2012, le tarif réglementé de GDF Suez avait enregistré une augmentation d’environ 80 %.




Les coûts d'approvisionnement de GDF Suez doivent être entièrement répercutés selon la loi. Avant 2013, la fixation des prix du gaz donnait souvent lieu à un psychodrame, les pouvoirs publics refusant d'entériner la hausse que GDF Suez était en droit d'obtenir.

Le Conseil d'État, qui a eu plusieurs fois à se prononcer dans ce dossier, a toujours donné raison à l'opérateur. Aujourd'hui, la situation est largement apaisée.

Dans le cadre de la formule de calcul actuelle, les prix du gaz sont indexés pour moitié sur les cours du pétrole, qui eux-mêmes cultivent la stabilité.

Comparez vos fournisseurs d'énergie, EDF, GDF Suez, Direct Energie et ENI.

Adhérez chez Planète Oui et gagnez un livre !

Ajouté le 04/04/2014 - Auteur : jazz
Pour tout nouveau contrat souscrit du 1er au 7 avril chez Planète Oui, le livre « Consommez écologique – Faits et gestes » vous est offert avec le code « MC2014″.

Planète OUI est un fournisseur alternatif qui achète son électricité auprès de différents producteur d'électricité renouvelable français et/ou européens ainsi, il s’engage à couvrir la consommation électrique de ses clients.

Le fournisseur alternatif s’occupe des formalités administratives, nécessaires au changement de contrat de ses nouveaux clients, auprès d’EDF, afin d’éviter les coupures.


Une façon d’inciter le développement de la transition énergétique, en favorisant une PME française !

Planète OUI a décidé de sensibiliser ses futurs adhérents, à l’occasion de la Semaine du développement durable sur la thématique « Consommer autrement », en leur offrant le livre « Consommez écologique – Faits et gestes ».

Si vous aussi, vous voulez profiter de cette offre, il suffit de rentrer le code « MC2014 » lors de votre nouvelle adhésion et le livre vous sera envoyé par voie postale.

Des conseils vous seront donnés pour réaliser des économies d’énergie, qui peuvent aller jusqu’à 20 % de réduction sur le prix de votre abonnement.




La loi portant sur la nouvelle organisation du marché de l’électricité (loi NOME) a ouvert le marché à plusieurs fournisseurs alternatifs d’électricité et de gaz.

L’Observatoire français des marchés de l’électricité, du gaz naturel et du CO2 publié au 30 septembre 2013 par la Commission de régulation de l’énergie, relevait que 92 % des sites de consommation d’électricité étaient aux tarifs réglementés chez un fournisseur historique.

Pour les clients résidentiels, déjà 2,3 millions de sites sur un total de 31 millions sont en offre de marché chez un fournisseur alternatif.

Une hausse de 3 % sur 3 mois a été enregistrée au troisième trimestre 2013, soit 67 000 clients supplémentaires ont choisi un fournisseur d’électricité en offre de marché.

Vous aussi n’hésitez pas, profitez de cette offre, pour passer le cap !

Comparez vos fournisseurs d'énergie, EDF, GDF Suez, Direct Energie et ENI.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Energie : Les positions de Ségolène Royal

Ajouté le 03/04/2014 - Auteur : jazz
Ségolène Royal vient d’être nommée ministre de l'Écologie et devient ainsi la n°3 du gouvernement.

Une sorte de retour aux sources, puisqu'elle avait déjà été élue ministre de l'Environnement du gouvernement Bérégovoy, d'avril 1992 à mars 1993.

Mais vingt ans plus tard, les sujets environnementaux ont changés. Partisane de la «social-écologie», Ségolène Royal aimerait que la France devienne une vraie référence européenne en matière d'Écologie.


Ce grand retour est l'occasion de faire un point sur ses positions concernant les sujets épineux qui sont maintenant entre ses mains, comme :

- Gaz de schiste,

- Nucléaire,

- Taxe carbone,




• LE GAZ DE SCHISTE

En 2011, Ségolène Royal n’était pas pour l'extraction par fracturation hydraulique du gaz de schiste, mais elle ne fermait pas la porte sur ce sujet, au cas ou des procédés d'extraction seraient trouvés, garantissant aucun danger pour l’environnement.

• LE NUCLEAIRE

Lors de la primaire du Parti Socialiste en 2011, Ségolène Royal souhaitait que le nucléaire redevienne une «énergie d'appoint», afin de minimiser son utilisation. La ministre de l’écologie était favorable à une sortie du nucléaire à une échéance de 40 ans maximum et une réduction de la part de nucléaire de 50 % de la production d'électricité dans les 20 ans à venir.

De plus, la ministre de l'écologie, souhaitait également l’abandon de la construction du futur réacteur EPR à Flamanville et de celui de Penly, ainsi que de tout projet de stockage de déchets nucléaires en grande profondeur.

• LA TAXE CARBONNE

Ségolène Royal est totalement contre la taxe carbone dénonçant « un impôt absurde et injuste.

En 2009, c'est la réaction qu'elle avait eu face au projet de cette taxe à l'initiative de Nicolas Sarkozy, à l'époque ou il était président de la République. Une réaction qui n’était au goût de Nicolas Hulot, qui avait alors estimé dans un livre qu’à cause de cette déclaration, elle avait «torpillé la taxe et anéanti plusieurs mois de travail supplémentaire».

Comparez vos fournisseurs d'énergie, EDF, GDF Suez, Direct Energie, Planète OUI et ENI.

EOLIEN EN MERS : GDF en tête

Ajouté le 02/04/2014 - Auteur : jazz
Selon plusieurs sources, les préconisations de la commission de régulation de l'énergie (CRE) pencheraient en faveur du consortium dirigé par GDF SUEZ et Areva pour exploiter les deux champs du second appel d'offres dans l'éolien offshore français.

La décision finale appartiendra toutefois au gouvernement.

Le précédent gouvernement avait fixé au CRE comme date butoir jusqu'à la fin du mois de mars pour instruire les dossiers remis par les deux groupements dans la construction des parcs éoliennes en mer au large du Tréport (Seine-Maritime) et de Noirmoutier (Vendée) d’une puissance équivalent 1000 mégawatts (MW).



Les récents bouleversements au sein de l’exécutif français pourront toutefois bouleverser son calendrier, cependant le gouvernement dispose d’un argument de poids pour prendre sa décision avec ce rapport de synthèse instruit par le régulateur à la demande des pouvoirs publics.

Le CRE recommanderait le consortium emmené par GDF Suez et Areva pour qu’il soit retenu dans l’exploitation des deux champs de 500 mégawatts chacun, en défaveur de l’autre groupement dirigé par EDF – Alsthom.

Celui-ci avait été le grand vainqueur du premier appel d’offre (en avril 2012) en s’adjoignant trois des quatre champs alors proposés. Le gouvernement de l’époque n’avait pas suivi intégralement les recommandations du régulateur en choisissant d’en réserver une à un groupement mené par Iberdrola, avec des turbines Areva.




Les deux consortiums ont des solutions techniques différentes : GDF Suez avec une nouvelle éolienne de 8 mégawatts proposée par Areva d’une puissance, quasi inégalée dans le monde ou EDF avec l’éolienne Haliade 150 d’Alstom, dont la puissance atteint 6 MW qui présente l’avantage de ne pas avoir de boite de vitesse.

Le rapport du régulateur base sa réflexion autour de trois axes : le prix à hauteur de 40%, le plan industriel à hauteur de 40% également, enfin la dimension environnementale du projet pour 20%.

Le cahier des charges incorporait ces trois critères déterminants défini par le gouvernement.

Dans le dispositif de la transition énergétique, l'éolien offshore au large des côtes françaises occupe une place prépondérante dans l'essor des énergies renouvelables en France.

Comparez vos fournisseurs d'énergie, EDF, GDF Suez, Direct Energie, Planète OUI et ENI.

Hausse rétroactive de la facture d'électricité ?

Ajouté le 01/04/2014 - Auteur : jazz
Le régulateur de l’énergie ne s’était pas trompé sur la dernière hausse tarifaire de 2% en 2012 qui aurait dû normalement s'élever à 7,6% pour couvrir les frais de production, comme l’oblige la loi.

L’Anode, qui représente les fournisseurs alternatifs de gaz et d’électricité (Direct Energie, ENI, Planète OUI, Lampiris...) n'avait pas tardé à attaquer ce dernier arrêté gouvernemental, estimant qu’en ne couvrant pas les coûts assumés par EDF pour fournir cette électricité aux consommateurs, il ne respectait pas la loi.





Evidemment, personne ne s’était trompé, puisque lundi, le rapporteur public du Conseil d’Etat a recommandé une hausse rétroactive des tarifs entre 4 et 5 %, soit environ 40 euros, pour les 30 millions de foyers français.

Le paiement devrait s'étaler sur un an, entre cet été et l'été 2015, pour s'ajouter aux 5 % de hausse prévue au 1 er juillet de cette année et aux 5 % prévus pour le 1 er juillet 2015, à la demande d'EDF et de ses concurrents.

La facture électrique des Français devrait donc être majorée d'environ 10 % d'ici fin 2015, pareil qu'en 2013-2014.

Selon Fabien Choné, président de l'Association, des opérateurs alternatifs, le gel des prix ne sert à rien pour le pouvoir d'achat car il ne fait que reculer la décision et il porte préjudice aux concurrents.




En effet, le gaz a subi le même effet boomerang l'an passé et le Conseil d'État avait dû imposé une revalorisation de 6 % des tarifs du gaz pour compenser trois gels de 2011 et 2012.

Le Conseil d'Etat devrait d'ici deux semaines suivre l’avis de la CRE et donner deux mois au gouvernement pour publier un nouvel arrêté tenant compte de ces hausses de tarif.

Le cas échéant, les hausses de tarif rétroactives pourraient alors être étalées sur dix-huit mois, comme cela a déjà été le cas sur les tarifs du gaz ces dernières années. Cette hausse concernera les consommateurs particuliers (tarifs bleus), mais aussi les petits professionnels (tarifs jaunes).

Les fournisseurs alternatifs, Planète OUI, ENI, Lampiris ou Direct Energie estiment ainsi qu’en enchérissant la facture des consommateurs, cela leur laisse plus d’espace pour proposer des prix concurrentiels et ainsi se développer.

Comparez vos fournisseurs d'énergie et laissez vous séduire par ces nouvelles offres économiques.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités