comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | »

les brèves

Les prévisions d’EDF pour 2015

Ajouté le 14/02/2014 - Auteur : jazz
Le fournisseur EDF a publié jeudi des résultats en nette hausse sur l'année 2013, portés par la France et ses réductions de coûts et a fait savoir qu'il prévoyait de générer un flux de trésorerie (cash-flow) positif en 2018.

L’énergéticien a réalisé des résultats solides en 2013, il inscrit un bénéfice net en hausse de 7,4% à 3,6 milliards d'euros et un chiffre d'affaires en progression de 4,7% à 75,6 milliards par rapport à 2012.

En 2013, ces investissements se sont élevés à 12,2 milliards d'euros, grâce à une trésorerie opérationnelle de 13 milliards d'euros environ, en hausse de 5,4% par rapport à l'année précédente.


En poursuivant ses efforts en matière de réduction de coûts, les objectifs d’investissements d’EDF devraient atteindre 14 milliards d’euros pour 2015. Un nouveau programme de contrôle de gestion opérationnel permettant de renforcer les méthodes et processus de suivi et d'optimisation des coûts est aussi prévu.

Une méthode qui permettra de dégager un flux de trésorerie opérationnel important, afin d’atteindre un pic d'investissements nets de 14 milliards d'euros en 2015.

En effet, le fournisseur prévoit de gros projets comme le terminal méthanier de Dunkerque et le réacteur nucléaire EPR de Flamanville, prévus pour 2015/ 2016 et il doit également décider de la construction de deux EPR à Hinkley Point, en Grande-Bretagne.




Une fois ces projets réalisés, EDF devrait atteindre un flux de trésorerie positif après dividendes en 2018. Son objectif de trésorerie exclut toutefois le projet de compteur électrique "intelligent" Linky, dont tous les foyers doivent être équipés entre 2016 et 2020, dont le coût est estimé à cinq milliards d'euros.

Les résultats 2013, sont supérieurs aux prévisions du groupe et démontrent qu’EDF est rigoureux et se tient à ses objectifs financiers.

Le groupe réalise une bonne performance opérationnelle grâce à la croissance soutenue des énergies renouvelables, de près de 23% en France, qui se traduit par une augmentation de la production générale du groupe.

Comparez les tarifs de l'électricité chez les fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, , GDF Suez, ENI et EDF.

GDF Suez peut exporter le gaz de schiste américain

Ajouté le 13/02/2014 - Auteur : jazz
Le ministère de l’Énergie américain (DoE) vient de donner l’autorisation à GDF Suez d’exporter du gaz de schiste américain, vers les pays non membres de l’Alena (accord de libre-échange nord-américain).

Concrètement, le terminal Cameron LNG implanté en Louisiane, dont GDF Suez est actionnaire, devrait pouvoir exporter du gaz de schiste.

La décision finale d’investissement du projet de liquéfaction Cameron est attendue cette année.


GDF Suez a signé en mai 2013, un accord de joint-venture avec Sempra, Mitsubishi et Mitsui pour le développement du projet Cameron LNG, dans lequel GDF Suez détiendra 16,6 % du projet mais surtout, l’énergéticien européen réservera 4 millions tonnes par an de gaz naturel liquéfié (GNL) sur les 12 millions de capacité total.

Ce qui représente une masse très conséquente pour GDF Suez qui opère aujourd’hui 16 millions de tonnes par an dans le monde et vise 20 millions de tonnes en 2020. Le français orientera une large partie de sa production vers les marchés émergents en particulier en Asie, à travers le canal de Panama.

Pour lancer ce gigantesque projet, le fournisseur GDF Suez doit obtenir l'évaluation de l’impact environnemental de la Commission Fédérale de Régulation de l'Energie (FERC), qui devrait être publiée dans les prochaines semaines.




Un feu vert qui permettra à GDF Suez et ses partenaires de lancer la construction de l’usine de liquéfaction de gaz et du terminal associé. Le coût de ce chantier est estimé à environ 10 milliards de dollars dont les premières productions sont prévues en 2017.

En tout, les Etats-Unis ont autorisé la construction de cinq terminaux de liquéfaction et d’exportation de gaz, ce qui représente un volume réduit par rapport aux flots de gaz de schiste qui se répandent sur le pays depuis six ans.

Ainsi l’administration américaine conserve un marché de gaz et de pétrole relativement fermé, ce qui lui permet de maintenir des prix bas des hydrocarbures et favoriser la compétitivité de l’industrie d’outre Atlantique.

Comparez les tarifs de l'électricité chez les fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, , GDF Suez, ENI et EDF.

Energie : Maison connectée

Ajouté le 12/02/2014 - Auteur : jazz
Des nouveaux systèmes domotiques promettent des économies sur les factures d’énergie grâce à des objets connectés sans fil.

Grâce à ce nouveau système, le consommateur aura un suivi de sa consommation en temps réel, via une application sur smartphone, il pourra consulter ses relevés de consommation et recevra des alertes et des conseils.

Grâce à son thermostat « intelligent » qui utilise des algorithmes complexes, les habitudes de consommation des habitants du logement sont analysées, ainsi le système domotique modifie la température du chauffage en conséquence.


Les offres de domotique liées à l’énergie se multiplient depuis quelques mois. Dans la plupart des cas, le système se compose de multiples petits appareils répartis dans la maison (capteurs, prises connectées, robinets pour radiateurs, etc.) qui communiquent sans fil avec un boîtier central, indépendant du compteur d’électricité, appelé « energy box ».

La hausse des prix de l’énergie, le développement des services du cloud et des big data ont entraîné le développement des « energy box ». Des énergéticiens aux opérateurs de téléphonie en passant par les équipementiers, tous sont entrés sur le marché.


Les services varient d’une box à l’autre, de l’affichage de la consommation au pilotage à distance des équipements, en passant par la création d’ambiances personnalisées, la détection de mouvements, etc.

En 2013, seulement quelques milliers d’utilisateurs ont adhéré à ses offres innovantes, un marché décevant par rapport à ce que les acteurs anticipaient il y a trois ou quatre ans.

Certainement dû au coût des « box » qui reste assez onéreux (plusieurs centaines d’euros), de plus ce système entre en compétition avec d’autres mesures de performance énergétique jugées plus prioritaires, comme l’isolation.

Les fournisseurs d’énergie, EDF, GDF Suez, etc .. sont certainement les mieux placés pour anticiper le lancement de ce nouveau système, en l’incluant dans leurs offres, en attendant qu’ERDF installe les 3 premiers millions de compteur Linky prévus d’ici à fin 2016.

C’est le cas de Direct Energie, qui a commencé à commercialiser une offre appelée Tribu, en aval du compteur Linky, qui permet aux consommateurs de suivre et piloter leurs consommations en temps réel via une connexion Internet, ordinateur, smart phone ou tablette.

Comparez vos fournisseurs d'énergie ici.

Centrales Nucléaires : Nouvelles Normes

Ajouté le 11/02/2014 - Auteur : jazz
Le parc nucléaire français pourrait subir un lifting en profondeur, puisque le gouvernement planche sur un projet de remplacement des centrales dont le fonctionnement est trop coûteux, par des EPR de troisième et quatrième génération.

Ce projet est destiné aux centrales dont le prolongement au-delà de 40 ans coûterait trop cher à l’électricien EDF.

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) impose au fournisseur d'électricité de mettre les centrales concernées aux nouvelles normes de sûreté, suite à l'accident survenu à Fukushima, en mars 2011 au Japon.


Une loi sur la transition énergétique est attendue pour cette année, un texte qui devrait renvoyer le président Hollande à sa promesse de réduire de 50% à 75 % la contribution du nucléaire dans sa production énergétique d'ici à 2025.

Pour commencer le président Hollande a décidé de fermer avant fin 2016 la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), dont la production manquante doit être compensée par celle du réacteur EPR en cours de construction à Flamanville (Manche).

De plus pour tenir sa promesse de campagne et atteindre les objectifs souhaités, François Hollande compte sur six millions d'habitants supplémentaires en 2025 et des nouvelles technologies gourmandes en électricité.




Par ailleurs, une forte augmentation des capacités de production d'énergies renouvelables en France entraînerait mécaniquement une dilution de la part du nucléaire dans la production française d'électricité. Le souhait du gouvernement, qui veut réduire le nucléaire de 50% dans les années à venir.

Le parc énergétique français ne produira que 60% des besoins du pays, le nucléaire en assumant bien 50%, comme promis.

La France deviendrait une vitrine idéale pour les géants de l'industrie nucléaire que sont Areva, Vinci ou Alstom, à la recherche de marchés extérieurs. Le gouvernement estime que le nucléaire s’inscrit très bien dans la logique de la transition énergétique puisque c’est une énergie qui n'émet pas de CO2.

Comparez les tarifs de l'électricité ici

1 commentaire - Voir | Rédiger

Réussite de l'opération UFC

Ajouté le 10/02/2014 - Auteur : jazz
UFC- Que choisir avait lancé le 15 octobre 2013 l’opération « Gaz moins cher », afin d’intensifier la concurrence dans le secteur du gaz à destination des particuliers. Les inscriptions étaient ouvertes jusqu’au 31 janvier 2014.

Ce jeudi, l'association a fait savoir que quelque 70.000 consommateurs de gaz naturel, soit la moitié des inscrits à l'opération d'abonnement groupé proposée par l'organisme, avaient finalement souscrit à l'offre du fournisseur alternatif belge Lampiris, partenaire de cette initiative.


Les consommateurs ayant participé à l'opération «Gaz moins cher», réaliseront une moyenne de 194 euros d’économies à l’année, sur une base de consommation de 17.600 kilowattheures (kWh).

Au total 13,7 millions d'euros d’économies réalisées pour 70.812 consommateurs particuliers qui ont choisi de souscrire à l’offre du fournisseur alternatif Lampiris.

Selon l’UFC, au 1er février, le prix du kWh de gaz proposé par Lampiris était de 15,5% moins cher que le tarif réglementé (hors taxes) appliqué par GDF Suez, soit 3,5 points de mieux que la meilleure offre du marché.

L'association se réjouit d’apporter un gain de pouvoir d'achat, avec un contrat sûr, plus protecteur des consommateurs que ceux habituellement proposés et en aidant l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence libre depuis 2007.




Grâce à cette campagne, le fournisseur Lampiris est très satisfait du résultat de l’opération, cela lui a permit de multiplié sa clientèle par presque 6.

Parallèlement les fournisseurs Direct Energie et GDF Suez ont choisi une offensive commerciale via des offres 100 % Web, pour ouvrir d’avantage le marché de l’énergie.

Pour Direct Energie, l'offre Online lancée depuis 5 mois, a attiré 70% des nouveaux clients qui bénéficient d'une remise immédiate de 10% sur le prix du kWh électricité et gaz, soit une économie pouvant aller jusqu'à 150 euros par an.

De son côté, GDF Suez propose une offre d’électricité e-dolce 100% Web, baptisée happ'e, qui récompense les clients fidèles, abonnés pour deux ans minimum, et leur offre un mois de consommation gratuite.

Comparez les tarifs de l'électricité ici

GDF SUEZ : Payer votre facture sur mobile

Ajouté le 07/02/2014 - Auteur : jazz
Depuis début février 2014, les clients de GDF Suez Dolce Vita peuvent régler leur facture via un flashcode ou un QR Code disponible sur leur mobile.

Pour les 2 millions de clients non mensualisés et n’ayant pas opté pour un prélèvement automatique, GDF SUEZ DolceVita lance un nouveau service à base de QR-Code et de smartphone qui va permettre de payer leur facture.

Dès ce mois-ci, les clients concernés pourront régler votre facture en toute simplicité.

Ce service s'ajoute à la palette des services développés pour faciliter le paiement de la facture.


Le principe n’est pas compliqué, le consommateur télécharge une app gratuite QR Code Reader disponible sur les plates-formes App Store, Google Play ou Windows Phone Store ( Backodo sur iOS / Android ou QR Code Reader sur Windows Phone, par exemple ).

Une fois l’application téléchargée, il lui suffira de scanner avec son mobile le flash code situé en bas de la facture papier reçue par courrier postal.

Apparaîtra alors une page web personnalisée indiquant son nom, son numéro de client, la date et le montant de la facture. Il ne restera alors qu’à choisir le mode de paiement (Visa, Mastercard ou Carte Bleue).


Le client valide le paiement en saisissant ses numéros de carte bancaire sur une page sécurisée. Pour davantage de sécurité et pour faciliter ses prochains paiements, le client pourra pré-remplir ses données bancaires dans son compte en ligne.

Après avoir scanné le flash code, il n’aura plus qu’à entrer le code de sécurité à trois chiffres au dos de sa carte pour confirmer le paiement.

Après la validation du paiement, un écran « facturette » apparait et confirme au client l’enregistrement de son paiement et il est immédiatement prélevé du montant de celle-ci sur son compte bancaire, ainsi le fournisseur GDF Suez améliore son service facturation.

Comparez les tarifs de l'électricité ici

2 commentaires - Voir | Rédiger

Le Gaz naturel/Biogaz

Ajouté le 06/02/2014 - Auteur : jazz
Qualifier le gaz naturel d'énergie renouvelable, peut paraitre bizarre dans l'esprit du consommateur, puisqu’en général, un gaz naturel fossile extrait des gisements d'hydrocarbures et la combustion dégage des gaz à effets de serre.

En effet, l'appellation "gaz naturel" présente deux réalités bien différentes, dont l'une permet de produire une énergie renouvelable.

Appelé aussi "biogaz", il se produit naturellement lors de la fermentation de biomasse dans les marais ou dans les décharges naturelles ou industriellement par procédés de méthanisation opérés dans les digesteurs afin de récupérer l’énergie produite.


Le biogaz produit par la méthanisation peut être valorisé de différentes manières :

- Par la production d’électricité et de chaleur combinée dans une centrale encogénération ;
- Par la production de chaleur qui sera consommée à proximité du site de production ;
- Par l’injection dans les réseaux de gaz naturel après une étape d’épuration (le biogaz devient alors du biométhane) ;
- Par la transformation en carburant sous forme de gaz naturel véhicule (GNV).

Selon l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), un système de cogénération permet ainsi de valoriser 35% de l'énergie primaire du biogaz sous forme d'électricité et jusqu'à 85% du total en tenant compte de la récupération totale de la chaleur produite par le module de cogénération.




La récupération du biogaz produit par les décharges est doublement intéressante car le méthane libéré dans l’atmosphère est un gaz à effet de serre bien plus puissant que le dioxyde de carbone (CO2) produit par sa combustion.

Aucun fournisseur d'énergie proposent à ce jour d'offre de gaz renouvelable, toutefois les consommateurs qui veulent préserver l'environnement peuvent choisir des offres de gaz écoresponsables.

Ces offres de gaz dites "compensées carbones » sont disponibles chez les fournisseurs GDF Suez ou ENI qui s'engagent à reverser une partie de votre facture dans des projets de réduction des gaz à effet de serre (soutien des énergies renouvelables etc).

En France, le dispositif mis en place pour soutenir le développement de ce gaz renouvelable, réside dans l'obligation d'achat de l'article L314-1 du Code de l'énergie. Ainsi, tout producteur d'électricité renouvelable peut vendre sa production à EDF ou à une entreprise locale de distribution à un prix déterminé par l'Etat.

Comparez les tarifs de l'électricité ici

Le prix de l'Energie est moins cher sur le web

Ajouté le 05/02/2014 - Auteur : jazz
Seulement 9% des consommateurs ont opté pour un nouveau fournisseur d'électricité depuis l’ouverture du marché en 2007.

Pour faire changer les mœurs des français, les fournisseurs alternatifs Direct Énergie et GDF Suez ont mis les bouchées doubles en proposant à l’ère de l’internet des nouvelles offres 100 % web.

Il y a 5 mois, c’était le fournisseur Direct Energie qui lançait une offre baptisée "Online". Une vraie innovation dans le marché de l’énergie puisque c'était la première offre 100% web.


Aujourd’hui, le fournisseur constate que cette nouvelle formule où l’ensemble des services sont traités en ligne (facturation, suivi de la consommation, conseil…) a déjà séduit plus de 70 % des nouveaux abonnées.

Son concurrent GDF Suez, propose depuis le printemps dernier, l'offre « e-dolce », une formule entièrement digitaliser qui semble elle aussi plaire aux français. Les prix sont fixes pour une durée de deux ou trois ans.

Grâce à l'allégement des structures liées aux offres 100 % Web, Direct Énergie propose le prix de l'électricité et du gaz 10 % moins cher, ce qui peut représenter une économie jusqu'à 150 euros par an.




L'offre e-dolce de GDF Suez, garantit une réduction de 6 % (dans l'électricité) et de 3 % (dans le gaz) par rapport aux tarifs réglementés.

Le fournisseur s'apprête aussi à lancer une nouvelle offre 100 % Web pour pouvoir proposer un prix encore plus attractif. Une offre d’électricité qui sera baptisée Happ'e et proposée aux tarifs réglementés. Les clients qui opteront pour Happ’e pendant deux ans minimum disposeront d'un mois de consommation gratuit.

Pour les fournisseurs alternatifs Direct Énergie et GDf Suez précisent qu’il ne s’agit pas d’offres low-cost puisqu'elles recouvrent un très large éventail de services.

EDF, le premier producteur mondial d'électricité ne propose pas d'offre 100 % Web et ce n’est apparemment d’actualité. Le fournisseur explique que ses services digitaux doivent pouvoir être accessibles à la totalité de ses clients et pas seulement à une catégorie en particulier.

Comparez vos fournisseurs d'énergie ici.

EDF soumis à l’ASN

Ajouté le 04/02/2014 - Auteur : jazz
Le plan d'action post-Fukushima proposé par EDF pour renforcer la tenue de ses centrales nucléaires aux événements extrêmes est considéré d’insuffisant, selon l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

C'est le jugement qui ressort après les dix-neuf « prescriptions complémentaires » votées le 21 janvier par le collège de l'ASN et présentées mardi 28 janvier par son président, Pierre-Franck Chevet.

L’acteur historique devra appliquer à ses réacteurs des règles de protection contre les séismes ou toutes autres catastrophes naturelles.


Suite à la catastrophe de Fukushima du 11 mars 2011, des « évaluations complémentaires de sûreté », ont été menées sur la totalité des installations nucléaires françaises et européennes.

Pour le parc électronucléaire français, il s'agit notamment de mettre en place un « noyau dur » préservant les fonctions vitales pour la sûreté d'un réacteur en cas de situation extrême (tremblement de terre, inondation, tempête ou cumul de ces événements), ou une perte d'alimentation en eau de refroidissement ou en électricité.

Le plan d'action EDF soumis à l'ASN est donc a revoir, il devra se soumettre aux dix-neuf « décisions fixant des exigences complémentaires ».


L’énergéticien devra appliquer les règles de conception pour les matériels du noyau dur », qui devront être conformes aux normes les plus exigeantes. S’il s’agit des séismes, les réacteurs devront résister à des secousses violentes.

Pour le risque d'inondation, les nouvelles prescriptions s'appliquent uniquement aux centrales du Blayais et de Gravelines, construites en bord de mer et déjà inondées.

L'électricien devra revoir sa copie et réévaluer le niveau marin, pour définir le niveau d'inondation retenu pour le noyau dur. EDF indique qu'il se conformera aux nouvelles prescriptions de l'ASN et rappelle qu'en 2013, des travaux ont déjà été réalisés sous les normes imposées par ASN.

Le programme de renforcement du parc atomique français prévoit aussi la création de sources d'alimentation en eau et en électricité afin de pouvoir intervenir rapidement sur tout site accidenté.

La mise en place du noyau dur nécessite des travaux importants et complexes, l’ensemble du dispositif ne sera pas en place avant 2018.

Comparez les tarifs de l'électricité chez les fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, , GDF Suez, ENI et EDF.

Exploitation du Gaz de schiste ?

Ajouté le 03/02/2014 - Auteur : jazz
Après la commission européenne qui a donné le feu vert pour l’exploitation du gaz de schiste, le ministre français Arnaud Montebourg veut publier au printemps prochain, un rapport sur le NFP auquel ont contribué des géologues, économistes publics et privés, pour défendre une nouvelle technique expérimentale d'exploitation des hydrocarbures de schiste.

Alors que la fracturation hydraulique est officiellement interdite en France, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, se tourne sur une technique alternative pour extraire le gaz de schiste.


Cette méthode onéreuse, déjà abordée dans un rapport parlementaire fin 2013, consisterait à fracturer la roche contenant les hydrocarbures sans avoir recours à la technique utilisant de l'eau et des produits chimiques, interdite en France pour son risque environnemental.

Il s’agit d’une technique expérimentale respectueuse de l’environnement, qui consiste à utiliser du fluoropropane à la place de la très controversée fracturation hydraulique.

M. Montebourg qui se montre depuis plusieurs mois favorable à une exploitation "propre" rencontre de nombreux opposants sur sa route, jusqu'au sein du gouvernement.

Le ministre du redressement, bafoue délibérément les engagements pris par le président qui avait interdit en juillet toute exploitation durant son quinquennat.


Ce qui n’est pas non plus au goût des écologistes, qui sont totalement opposés à l’exploitation du gaz de schiste, à cause de son impact néfaste sur l’environnement.

D’ailleurs, « Les Verts », estiment qu’il n’y a pas de technique propre, surtout quand il s'agit de forer aussi profond, précisant que ce n’est pas qu’une question de pollution de l'eau, mais aussi de la stabilité des terrains.

De plus, ils rappellent que le gaz de schiste est une énergie fossile, donc émettrice de gaz à effet de serre, de plus, son exploitation n’est pas compatible avec l’objectif fixé par François Hollande de réduire de 30 % d'ici 2030.

Selon Thomas Porcher (économiste et pourfendeur du gaz de schiste), le fluoropropane dont parle Arnaud Montebourg serait une version traitée et moins inflammable que celle utilisée il y a quelques années, lors des tests sur la fracturation au propane, mais encore aucune expérimentation n’a eu lieu pour le certifier son efficacité.

Comparez les tarifs de l'électricité chez les fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, , GDF Suez, ENI et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités