comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | »

les brèves

L’offensive de GDF Suez sur les tarifs du gaz

Ajouté le 31/01/2014 - Auteur : jazz
Pour se distinguer de ses concurrents, le fournisseur GDF Suez va sortir de nouvelles offres d’électricité et de gaz.

En souscrivant sur le web pour une durée minimale d’un an, les clients pourront gagner un mois de consommation.

A partir du 3 février 2014, GDF Suez va ainsi lancer, une nouvelle offre d’électricité baptisée « happ-e », qui sera accessible seulement sur le web.

Elle proposera des remises aux abonnés en fonction de leur durée d’engagement, sur la base d’un mois offert pour douze mois d’abonnement.


Depuis l'ouverture du marché de l’énergie à la concurrence en 2007, les consommateurs ont désormais l'opportunité de trouver l'électricité pas cher et des offres de services très attractives. Des sites comparateurs sur le web comme electricité pas cher sont prévus à cet effet. Un réflexe encore timide, seulement 10 % des français ont passé le cap depuis 2007.

GDF Suez répond à l’offensive conduite par ses concurrents, EDF, Direct Energie, ENI, et Lampiris dont l’offre gaz, soutenue par l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, aurait été souscrite par 70 000 clients. Le fournisseur aurait ainsi perdu entre 350 000 et 400 000 clients gaz l’an dernier.

Gdf Suez jouera avec sa nouvelle offre d’électricité « happy-e », sur l’innovation, sur les services et sur la concurrence. Les contacts se feront toujours par Internet, mais cette offre web dispose d’une assistance téléphonique moyennant un numéro surtaxé, pour les abonnées qui le désirent.

Cette offre devrait être étendue au gaz, avec des services complémentaires.


Bientôt GDF Suez proposera la « zenbox » pour piloter son chauffage à distance, via son téléphone. Ce boitier devrait coûter 2 à 3 € par mois, mais pourrait être offert pour les abonnés selon la durée de leur engagement.

Un passeport énergétique va aussi être proposé aux abonnés, pour améliorer les performances énergétiques de leurs habitations.

L’opérateur historique détient 88 % du marché de la distribution de gaz aux particuliers et depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, en 2007, il affirme avoir gagné des nouveaux clients. Il déclare avoir 2 millions de clients en électricité et envisage d’en avoir 5 millions en 2018.

Gaz de schiste : 24 % des français sont favorables

Ajouté le 30/01/2014 - Auteur : jazz
Alors que la commission européenne a donné le feu vert pour l’exploitation du gaz de schiste, moins d'un quart (24%) des Français sont favorables a son développement, soit 11 points de moins que l'année dernière, selon un sondage publié mercredi.

L’enquête a été effectuée du 2 au 6 janvier sur un échantillon représentatif de 1004 personnes, sur le web.

Elle montre que le soutien des Français à toutes les sortes d'énergies fossiles ou nucléaire reste faible, alors que les énergies renouvelables sont plus sollicitées.


Seulement 24% sont favorables à la production de chaleur et d'électricité, via le gaz de schiste en France, contre 35% l’année dernière, selon le baromètre annuel Qualit'EnR-Ifop.

Les personnes interrogées sont 63% à si opposer, tandis que 13% sont sans opinion au sujet de cette énergie dont l'extraction pose des problèmes environnementaux.

Les énergies renouvelables sont sollicitées pour 90% des sondés et seulement 6% d'opposants à leur développement. Le soutien recule toutefois de 6 points en un an.

Le gaz naturel(biogaz, biométhane) a toujours la cote avec 66 % de soutien (le gaz conventionnel est distingué du gaz de schiste dans l'enquête, même si celui-ci est aussi du méthane). Mais celui-ci baisse de 14 points en un an et 28% des personnes interrogées sont défavorables à son développement.


Le nucléaire est la troisième énergie appréciée des Français, avec un soutien global de 45% (moins 9 points) et 48% s’y opposent. Le charbon est soutenu à 21% mais chute de 22 points en un an, tout comme le fioul mais qui lui baisse de 11 points. Ces deux énergies sont issues du pétrole et les plus émettrices de CO2, elles arrivent derrière les hydrocarbures de schiste.

Le coût de l’énergie reste trop cher pour 91% des sondés (baisse de 2 points sur un an), qui trouvent que leur facture énergétique (toutes énergies confondues) est «très élevée» (34%) et «assez élevée» (57%).

En revanche, ils paraissent plus confiants, 78% pensent que leur facture va augmenter au cours des deux années à venir, contre 88% début 2013. 6% des sondés la voient baisser et 16% rester stable.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, , GDF Suez, ENI et EDF.

Energie : Nouveaux tableaux tarifaires

Ajouté le 29/01/2014 - Auteur : jazz
Votre facture d’énergie sera désormais plus facile à déchiffrer. La CREG (Commission de Régulation de l’Électricité et du Gaz) vient d’éditer une version simplifiée des nouveaux tarifs 2014 de distribution et de transport du gaz et de l’électricité.

La clarification des deux tableaux comparatifs permet de vérifier facilement que votre gestionnaire de réseau et de distribution, (GRD) ainsi que votre fournisseur d’énergie(EDF, GDF Suez, Direct Energie, ENI, etc...) respectent bien la tarification exigée en la matière.


Ces tableaux simplifiés permettent de voir que les clients ne sont pas égaux devant les coûts de distribution et de transport du gaz et de l’électricité. Certains paient plus cher la distribution de gaz soit jusqu’à 29 % de différence entre Tecteo Resa et SImogel puis pour la distribution d’électricité la différence est de 93 % entre Interest et l’AIEG.

Deux exemples édifiants : Premier exemple :Pour la consommation moyenne de gaz par ménage (24 000 kWh par an pour le chauffage), si vous avez opté pour le terme fixe, Tecteo Resa Gaz vous facture 97,9€ par an, contre 75, 8€ pour Simogel.

Deuxième exemple : Avec les tarifs de distribution de l’électricité, la différence peut aller jusqu’à 93% sur un compteur simple : Interest facture 11,53€ le kWh, contre 5,9€ seulement pour l’AIEG.

Une injustice incontestable puisque vous ne pouvez pas choisir votre gestionnaire de réseau.


Ces variations dépendent de l’âge des réseaux et de leur nature. Certains ont 50 ans et demandent de gros investissements et d’autres sont situés en zone plus rurale, où la desserte de plus petits groupes de clients coûte est plus onéreuse.

Les coûts salariaux, différents pour chaque gestionnaire de réseau (moyenne d’âge, indexation des salaires, pensions), impactent également votre facture, ainsi que des frais administratifs variables.

La CREG est là pour protéger les clients face au monopole des gestionnaires de réseau. Donc au final les tarifs présentés par les GRD sont raisonnables au regard de la situation de chacun d’entre eux, puisque ces prix ont été approuvés par la commission de régulation.

Comparez vos fournisseurs d'énergie ici.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Mix énergétique : les mentalités doivent changer

Ajouté le 28/01/2014 - Auteur : jazz
Une étude menée auprès de la population par Veolia Environnement et IBM sur les enjeux énergétiques, relate que les consommateurs ont encore des efforts à faire pour prendre conscience des changements qui s'annoncent.

En effet, d'ici quelques mois, le gouvernement prévoit de faire voter une grande loi d'orientation énergétique.
Celle-ci, consiste à passer de la consommation d'énergies fossiles, non renouvelables et polluantes, à celle d'énergies renouvelables, moins productrices en carbone qui favorise le réchauffement climatique.


Veolia Environnement, le groupe spécialisé dans l'eau, l'environnement et les services à l'énergie a étudié pendant un an de juillet 2012 à juillet 2013, les nombreux propos qui s'échangeaient sur l'énergie via les réseaux sociaux, les blogs, les sites d'informations, les Web magazines…etc.

Aujourd’hui IBM son partenaire qui était chargé de traiter les données recueillies, nous donne une vision très instructive du poids de la transition énergétique dans les mentalités.

Durant un an, 180.000 documents (conversations entre internautes, articles académiques, interventions médiatiques) portant sur ce thème ont été recensés. L'essentiel des contenus portent sur le “mix” énergétique et sur la gestion des ressources.
Cela montre que la transition énergétique est un sujet relativement bien identifié mais qui est loin cependant de faire l'actualité auprès du grand public.

L'étude de Veolia Environnement-IBM se porte à 75 % sur les thèmes des ressources énergétiques, mais cela ne signifie pas que chaque énergie est abordée avec le même degré de connaissance. Par exemple, seuls 3% s'intéressent à l'éolien et 5% aux hydrocarbures non-conventionnels, malgré les débats politiques actuels sur ce sujet.


Pourtant tous les changements qui s'annoncent sont tellement proches des préoccupations du consommateur, qu'il va falloir impérativement faire preuve de pédagogie.

Les collectivités font partie des meilleurs canaux pour acheminer toutes les informations souhaitables auprès du grand public. Elles disposent des moyens et des outils nécessaires pour faire circuler cette idée d'un monde qui change.

Ainsi que les professionnels du secteur, qui devront informer plus amplement les citoyens sur le grand virage qui se prépare, car en matière de transition énergétique, l'éducation du grand public reste à faire.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, , GDF Suez, ENI et EDF.

Consommation : Energie verte et charbon en hausse

Ajouté le 27/01/2014 - Auteur : jazz
Pour 2013, le bilan du gestionnaire de réseau de transport électrique français « RTE », montre que la consommation de l’hydraulique et du charbon sont en forte hausse.

Le mix énergétique français évolue même si le nucléaire reste bien sûr largement dominant avec 73,3% de la production.

Les chiffres du bilan 2013 montrent que les énergies renouvelables représentent 18,6 % de la production et plus de 20 % de la consommation, une première pour ces énergies.

Le photovoltaïque, l’éolien et la biomasse progressent mais c’est surtout l’hydraulique qui reste en tête.


La production des centrales à charbon et des émissions de CO2 associées, ont augmenté de 14 %, après une première hausse de 35 % en 2012, dû à l’importation de charbon américain, dont les prix ont chuté sous l’effet de la concurrence agressive du gaz de schiste.

En parallèle, les centrales à gaz perdent en compétitivité alors que leur durée de fonctionnement annuel s’effondre : 1500 heures en 2013 contre 2500 heures en 2011. Les centrales fioul sont enlevées du réseau en attendant les futures normes environnementales en Europe.

Côté consommation, la France stagne depuis trois ans avec 476,3 TWh en 2011 pour 476,2TWh en 2013.


La France exporte l’électricité à un haut niveau vers ses voisins, avec 47,2 TWh envoyés au-delà de nos frontières et importe seulement de l’Allemagne grâce à la surproduction éolienne et photovoltaïque des outils allemands qui est déversée sur le réseau à des prix très bas, voire négatifs (l’Allemagne paye alors pour exporter son électricité). L’Hexagone a émis 5,3TWh au-delà du Rhin et en a importé 15,1 TWh.

Par contre en 2013, la France a aussi dû importer pendant 21 jours depuis 6 pays voisins de l’électricité durant les périodes de grands froids pour répondre à ses besoins. La sensibilité aux faibles températures du pays est importante à cause de la prédominance du chauffage électrique.

Un degré en moins appelle 2 400 MW supplémentaires. A titre de comparaison, les grands froids demandent 5 000 MW sur l’ensemble de la plaque de cuivre ouest-européenne.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, , GDF Suez, ENI et EDF.

GDF Suez accélère sa restructuration à l'étranger

Ajouté le 24/01/2014 - Auteur : jazz
Depuis 5 ans, le marché de l’énergie est bouleversé dû à des raisons diverses comme : La baisse de la consommation d'électricité et de gaz en Europe, révolution des gaz de schiste aux Etats-Unis, montée en puissance des pays émergents d'Asie-Pacifique, du Moyen-Orient et d'Amérique du Sud.

Ce changement du marché pousse GDF Suez à accélérer sa transformation. Le fournisseur a trois priorités : la transition énergétique en Europe, les services à l'énergie et les grandes infrastructures gazières dans les pays émergents.

Le fournisseur "numéro un" en Europe, aide les particuliers, les industriels et les collectivités (HLM, hôpitaux…) à optimiser leur consommation.


L’ambition du groupe d'énergie est de développer tous ses métiers dans les pays où il est déjà très présent, à la fois dans la production d'électricité, notamment depuis l'acquisition du britannique International Power puis dans le gaz naturel liquéfié (GNL) pour devenir « l'énergéticien de référence ».

Le patron de GDF Suez constate que le marché mondial n'est pas structuré, contrairement à l'Europe. Les activités y sont encore dispersées et embryonnaires avec de premières implantations au Brésil, au Chili, en Australie ou au Moyen-Orient, malgré la demande énorme.

Ces pays émergents seront responsables de l'essentiel de l'augmentation de la consommation d'énergie, estimée à 41 % d'ici 2035 par le pétrolier BP.


Le monde a besoin, de grandes infrastructures gazières (terminaux, gazoducs, stockage…). Les pays en pleine croissance comme le Mexique, le Brésil, la Chine, l'Indonésie ou la Thaïlande ont récemment accéléré leur stratégie gazière.

Pour le moment, GDF Suez attend d’obtenir un tronçon de 300 km d'un grand gazoduc qui doit acheminer du gaz de schiste américain au Mexique et le feu vert du Département américain de l'énergie (DoE) pour la construction d'une usine de liquéfaction de gaz en Louisiane.

En parallèle le groupe travaille en Chine avec les trois pétroliers CNPC, Sinopec et China National Offshore Oil Corporation et GDF Suez a d’autres projets en cours sur Pékin.

La présence de GDF Suez est indispensable dans ces pays émergents, ses spécialistes ont un savoir faire unique au monde dans ce domaine.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, , GDF Suez, ENI et EDF.

Gaz de schiste: Bruxelle autorise l'exploitation

Ajouté le 23/01/2014 - Auteur : jazz
La Commission européenne a donné le feu vert pour le gaz de schiste en Europe.

Les états européens qui le désirent pourront exploiter leurs réserves de gaz de schiste à condition de respecter des "principes communs minimaux" concernant l'impact sur l'environnement ou la santé.

Le gaz de schiste suscite des espoirs dans certaines régions d'Europe, mais aussi des inquiétudes. La Commission répond aux demandes d'action en précisant des principes minimaux que les États intéressés sont invités à suivre.
Ils devront tenir compte des aspects environnementaux et sanitaires puis donner aux exploitants et aux investisseurs la prévisibilité nécessaire.


La Commission européenne ne veut pas imposer des normes juridiques contraignantes concernant l'exploration et l'exploitation de cette source d'énergie, malgré l'avis inverse des organisations de défense de l'environnement et du Parlement européen.

La commission précise qu’un site ne pourra être sélectionné que si l'évaluation des risques démontre que la fracturation hydraulique à haut débit n'entraîne la libération directe d'aucun polluant dans les nappes phréatiques.

Les États devront s'assurer que les installations sont construites de manière à éviter des fuites à la surface et des déversements dans la nature.


Les opposants à l'exploitation des gaz et pétrole de schiste, sont en colères. L'ONG dénonce un manque de courage de la part de L’union européenne puis des recommandations totalement insuffisantes pour protéger les populations et l'environnement des risques posés par l'extraction de ces hydrocarbures.

L'eurodéputée Michèle Rivasi est aussi de cet avis et dénonce un "recul inacceptable" de la Commission.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres puisque les professionnels du secteur (de grands groupes comme Total, Chevron ou encore Shell) ont amplement salué la décision européenne et selon eux, ces recommandations représentent "un pas en avant".

L’idée du développement du gaz de schiste dans l'UE est partagée. Certains pays (Royaume-Uni, Danemark, Pologne, Roumanie) développent des projets d'exploration, tandis que la France et la Bulgarie ont interdit l'exploitation. L'Allemagne a banni la fracturation hydraulique dans les zones riches en eau de son territoire.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, , GDF Suez, ENI et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

La centrale EDF de Paluel sera rénovée d’ici 2015

Ajouté le 22/01/2014 - Auteur : jazz
Le fournisseur d’énergie EDF présentera demain le nouveau calendrier du grand chantier de restauration de la centrale Paluel en Seine-Maritime pour 2015 et puis de Cattenom et Saint-Alban en 2016, deux projets estimés à plus de 50 milliards d’euros.

Ce vaste chantier consistera d’ici à 2025 à moderniser les 58 réacteurs du parc d’EDF, à occasion plusieurs dizaines de spécialistes de la maintenance des centrales seront présents.

EDF prévoit de remplacer les générateurs de vapeur, les machines tournantes, la rénovation des alternateurs ou des moteurs de pompes primaires et la remise à neuf des salles de commandes.

Le fournisseur EDF commencera par le chantier de Paluel, les premiers contrats aux grands fournisseurs, comme Areva, ont déjà été signés.


Les travaux pour ce vaste chantier sont estimés à 800 millions d'euros pour chacun de ses 4 réacteurs de 1.300 mégawatt et devraient s'étaler de 2015 à 2018.

Un projet pour ces deux centrales qui se prépare depuis 3 ans et apportera dix ans de travail. Impatient, André Einaudi, PDG du groupe Ortec a fondé en 2011 une association informelle de sous-traitants pour se préparer à ce marché. Selon lui, il y a des milliers d'emplois à préparer dans des métiers parfois très en tension comme dans la soudure, la tuyauterie.

Ces deux grands chantiers de rénovation et la multiplication des départs en retraite ont mené EDF et les collectivités à étoffer l'offre de formation dans les métiers du nucléaire.


C'est pourquoi, la centrale de Paluel a crée en 2008 une académie (qui à déjà accueilli environ 600 stagiaires). Les nouveaux embauchés pourront bénéficier d’une formation de 14 semaines, grâce à son simulateur grandeur réelle, cette académie reproduit les conditions du terrain.

Le dispositif dans ce domaine est complété, côté formation initiale, par le bac professionnel et le BTS environnement nucléaire mis en place au lycée Emulation dieppoise.

L'académie comme le chantier-école sont ouverts pour la formation continue aux salariés des centrales EDF de Paluel, Penly et Flamanville mais aussi à ceux des entreprises sous-traitantes.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, , GDF Suez, ENI et EDF.

Bruxelles projette de promouvoir l'énergie bleue

Ajouté le 21/01/2014 - Auteur : jazz
Dans sa communication présentée le 20 janvier, la Commission européenne promet que le nouveau forum sur l'énergie océanique permettra de trouver des solutions, pour améliorer le climat d'investissement peu favorable et les travaux d'entretien dans des conditions climatiques difficiles afin de promouvoir "l'énergie bleue".

En effet, le nouveau forum sur l'énergie océanique vise à faciliter la poursuite du développement du secteur des énergies renouvelables océaniques en Europe et de trouver des « solutions pratiques » aux problèmes auxquels sont confrontées les entreprises.

Notamment réduire les prix, améliorer la fiabilité ainsi qu'augmenter la durée de vie, la fonctionnalité et la stabilité des dispositifs d'exploitation de l'énergie des océans.


Les mers et les océans disposent du potentiel permettant d'engendrer une formidable croissance économique et les emplois dont nous avons tant besoin.

Ainsi, au sein de l'Union européenne, le plus grand potentiel de développement pour l'énergie de l'océan se trouve sur la côte atlantique, mais aussi sur la Méditerranée et la Baltique.

Et les raison sont nombreuses : D'ici 2035, l'énergie marine pourrait créer entre 10.500 et 26.500 emplois permanents et 14.000 postes temporaires, selon la commission.

Les entreprises actives dans l'exploitation de l'énergie des océans comptent également produire 100 gigawatts d'énergie d'ici 2050. En 2010, le Conseil mondial de l'énergie a même estimé qu'il serait possible de produire huit fois plus d'électricité.

Le marché lié aux énergies bleues pourrait atteindre 535 milliards d'euros entre 2010 et 2050 selon une étude britannique.


Les ressources seront exploitées avec des hydroliennes, afin d'atténuer la dépendance aux combustibles fossiles pour la production d'électricité, et renforcer la sécurité.

Les trois technologies principales mises en avant par l'UE sont :

- les dispositifs houlomoteurs

- les turbines subaquatiques actionnées par le courant

- la conversion de l'énergie thermique

Le plan proposé par Bruxelles s'articule en deux phases :

La première, de 2014 à 2016, permettra la mise en place d'un forum de l'énergie bleue, avec une série d'ateliers afin de trouver des solutions viables.

La seconde, de 2017 à 2020, évoque la possible mise en place de l'initiative industrielle européenne, "l'élaboration éventuelle de lignes directrices pour faciliter la mise en oeuvre de la législation pertinente pour aider à la planification de l'espace maritime".

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, , GDF Suez, ENI et EDF.

Eni abandonne le gaz de schiste polonais

Ajouté le 20/01/2014 - Auteur : jazz
L’italien Eni renoncera à produire du gaz de schiste en Pologne en raison de conditions géologiques difficiles et d'un environnement réglementaire flou.

Des problèmes qui ont déjà provoqué l'exil d'autres prospecteurs étrangers, selon des sources industrielles.

Eni, est le dernier en date à jeter l'éponge dans le premier pays européen à se lancer sur ce marché.

L'énergéticien italien détenait trois permis dans le nord de la Pologne, mais sur trois permis d'exploration détenus par l'Italien, deux d'entre eux ont expiré sans qu'ENI ait exprimé le désir de les reconduire.


Quant au troisième permis, qui court jusqu'en 2018, le groupe compte également s'en défaire, pour se retirer totalement de la Pologne en ce qui concerne le gaz de schiste.

ENI ne nie pas cette information, mais ne l'explique pas. Des sources évoquent des conditions géologiques difficiles et du flou juridique entourant cette activité.


Des raisons déjà citées par trois autres groupes qui les auraient contraint d’abandonner leurs forages exploratoires de cette énergie controversée en Pologne.

Avant ENI, Marathon Oil, Talisman Energy et Exxon Mobil avaient aussi abandonné toute idée d'exploiter le gaz de schiste polonais. Seul Chevron « le grand pétrolier » resterait à continue donc l'exploration en Pologne.

La Pologne est considérée comme le premier potentiel européen avec ses réserves de gaz de schiste estimées entre 800 et 2.000 milliards de m3.

Ces grandes compagnies qui se retirent les unes après les autres sont du plus mauvais effet pour Varsovie, qui compte justement sur cette industrie pour réduire sa dépendance au gaz russe. Dès lors, ce spécialiste ne serait pas étonné de voir le gouvernement réagir après avoir réalisé qu'il a "été trop restrictif".

Les grands majors pétroliers révisent chaque jour leurs arbitrages sur la pertinence d'explorer telle ou telle zone géographique, en fonction de son attractivité non seulement technique, mais aussi fiscale et réglementaire.

Une déclaration qui fait sens à l'heure où le Premier ministre britannique multiplie les mesures fiscales extrêmement avantageuses pour développer l'exploitation de ce gaz non-conventionnel au Royaume-Uni.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, , GDF Suez et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités