comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | »

les brèves

Energie : Pourquoi faire jouer la concurrence ?

Ajouté le 05/04/2017 - Auteur : jazz

Gaz et électricité représentent une part importante du budget des ménages français.

Depuis l’ouverture à la concurrence entre les fournisseurs d’énergie en 2007, il est intéressant de comparer et de souscrire à un nouveau contrat.

Comment s’y prendre ?


De l’énergie moins chère

Les tarifs dits "réglementés", encadrés par l’État, ne sont plus les moins chers.

Aujourd’hui, il est possible de trouver des prix beaucoup plus compétitifs, permettant de réaliser jusqu’à 10% d’économie sur sa facture pour la même consommation, en changeant tout simplement de fournisseur.

De nombreuses offres

La France recense aujourd’hui 19 fournisseurs d’énergie.

Les plus connus sont : Direct Energie, Planète OUI, Lampiris, ENI, ENGIE, Energem, Antargaz, Eni, Lucia…

Certains d’entre eux proposent des offres duales (gaz et électricité), mais ce n’est pas systématique.

Des fournisseurs proposent des tarifs fixes durant plusieurs années (en général entre 2 et 3 ans) au lieu de suivre les fluctuations des cours de l’énergie.

D’autres prévoient de l’électricité verte produite grâce aux énergies renouvelables. Cette possibilité a cependant un prix : comptez jusqu’à 20% plus cher sur la facture classique.



Comment faire pour changer de fournisseur ?

La démarche est facile, il vous suffit de contacter plusieurs fournisseurs alternatifs, et de comparer les contrats proposés.

En effet, intéressez-vous au tarif de l’abonnement qui peut varier d’un fournisseur à l’autre.

Chez certains fournisseurs, l’énergie est à un prix intéressant, mais ils se rattrapent sur un abonnement plus cher.

Une fois, votre abonnement choisi, signer et renvoyer le contrat.

Votre nouveau fournisseur s’occupe ensuite de résilier votre ancien contrat.

A compter d’une date convenue, votre consommation de gaz et/ou d’électricité vous sera facturée par votre nouveau fournisseur.

Vous recevrez une facture de résiliation de l’ancien.

A savoir :

Il est aujourd’hui possible grâce aux contrats sans abonnement d’aller chez un concurrent, de voir sur une période si cela vous convient et si vous changer d’avis, de revenir à votre ancien fournisseur si vous le souhaitez ou chez un autre.

Il n’existe pas de frais de résiliation et d’adhésion.

L’approvisionnement en énergie est garanti sans coupure, malgré le changement de fournisseur.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

ENI : Ses objectifs à l’horizon 2020

Ajouté le 03/04/2017 - Auteur : jazz

Le fournisseur Italien ‘ENI’ présent sur le marché u gaz français depuis 5 ans, souhaite désormais s’attaquer au marché de l'électricité.

Centré sur les ménages résidentiels à forte consommation de gaz, le fournisseur alternatif, recense 700.000 clients dans l'Hexagone à fin février (dont 65.000 sites professionnels) et vise 350.000 nouveaux sites clients cette année, à 60 % dans l'électricité.


Doubler son chiffre d’affaires de l’an dernier

A fin 2017, il espère ainsi détenir un portefeuille en France de plus de 1 million de sites clients, et plus de 2 millions fin 2020, répartis à parité entre les deux énergies.

Ainsi, ENI vise un chiffre d'affaires de 2,4 milliards d’euros à l’horizon 2020 soit le double de l’an dernier.

Alors que le fournisseur historique EDF réalise un chiffre d'affaires de 35,2 milliards d'euros en France sur ses activités de production et de commercialisation, l'objectif reste moins ambitieux que celui du 3ème fournisseur alternatif Direct Energie qui vise 4 millions de sites clients en 2020.



Pour atteindre ses objectifs, ENI, qui recrute notamment par téléphone et par démarchage à domicile, vise en priorité ses clients dans le gaz, à qui il va proposer des offres « duales », avec à la clef une réduction de 10 % sur le prix de l'abonnement hors taxe de leur contrat d'électricité.

Hormis cette innovation, ses offres de gaz actuelles (à prix fixe sur plusieurs années, « Pur Web » ou indexée sur le tarif réglementé de vente...) seront désormais disponibles dans l'électricité.

Les moyens de production

Le fournisseur Italien, qui vise aussi les PME et les entreprises multi-sites, développe en parallèle une activité de services (maintenance de chaudière, audit énergétique, supervision de la consommation des sites...).

En revanche, le groupe ENI n'entend pas encore investir dans les moyens de production en France.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Gaz : les tarifs réglementés baisseront en avril

Ajouté le 27/03/2017 - Auteur : jazz

Bonne nouvelle pour les ménages qui utilisent le gaz : leur facture va baisser en avril 2017.

En effet, les tarifs réglementés du gaz, appliqués par ENGIE (ex-GDF Suez), aux particuliers en France, vont reculer de 0,7% au 1er avril.



Une baisse qui arrive en même temps que la hausse des températures liée au Printemps et qui devrait réduire fortement les dépenses énergétiques qui pèsent sur le budget des foyers français tous les mois.

Tarifs Gaz : Un début d'année marqué par de grosses variations

Que ce soit à cause en raison de nouvelles taxes ou des variations du prix du pétrole ou encore du coût de l'approvisionnement sur le marché du gros pour les fournisseurs, ce début d'année 2017 a été marqué par de grosses variations sur les tarifs réglementés appliqués par ENGIE (ex Gdf-Suez) et fixés par la Commission de Régulation de l'Énergie (CRE).

Ainsi, en janvier 2017, essentiellement en raison d'une hausse des taxes pratiquées sur le gaz, le prix des tarifs réglementés avait enregistré une hausse de 5 %.



Cette augmentation a été suivie d'une baisse de 0,6 % en février 2017 puis d'une nouvelle hausse, de 2,6 % en moyenne cette fois, en mars 2017.

Les tarifs réglementés du gaz en baisse de 0,7% en avril 2017

Les tarifs réglementés du gaz pour les particuliers appliqués par ENGIE vont à nouveau baisser de 0,7% au 1er avril prochain.

La CRE devrait confirmer et détailler cette baisse dans le courant du mois de mars 2017, notamment l'impact qu'elle aura en fonction des trois usages du gaz : chauffage et cuisson, exclusivement chauffage ou exclusivement cuisson.

Les tarifs réglementés du gaz sont révisés mensuellement, selon une formule qui prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

La production d'origine fossile en hausse

Ajouté le 23/03/2017 - Auteur : jazz

En raison de maintenance sur plusieurs réacteurs nucléaire, la production d'électricité d'origine fossile a enregistré une hausse de 65% en février.

C’est plutôt une mauvaise nouvelle pour la lutte contre le réchauffement climatique.


En février, la production d'électricité d'origine thermique (gaz, charbon...) a grimpé de 65% par rapport à la même période de 2016.

Cette nette augmentation fait suite à la consigne donnée à EDF par l'Autorité de sûreté nucléaire, fin octobre dernier, de stopper cinq de ses réacteurs nucléaires à la suite d'anomalies détectées sur certaines pièces.

Le gestionnaire du réseau électrique RTE a précisé dans son aperçu mensuel sur l'énergie électrique : «Malgré la douceur du mois de février 2017, le thermique à combustible fossile a permis de produire 6 131 gigawattheures (GWh)».



En parallèle, et «pour le 10ème mois consécutif, la production nucléaire reste en-dessous du niveau observé à la même période l'année passée», ajoute RTE, précisant que ce type de production a reculé de 10% au cours du mois de février.

Par ailleurs, la production d’énergie solaire a progressé de 10%, alors que l'hydraulique et l'éolien reculent respectivement de 35% et de 10%.

«Le 27 février 2017, à 13h précise, la puissance instantanée de production des filières éolienne et solaire a dépassé, pour la première fois, les 11,3 GW dans l’hexagone.

Pour autant, du fait de conditions de vent fluctuantes, la production éolienne mensuelle reste à un niveau inférieur par rapport à celui enregistré en février 2016», souligne RTE.

En attendant, grâce à des températures plus douces en février, la consommation d'électricité a enregistré une baisse en février de 5,5% par rapport à la même période 2016.

Une bonne nouvelle tout de même : après deux mois consécutifs où la France avait importé plus d'électricité qu'elle n'en avait exporté vers ses voisins, le solde des échanges transfrontaliers du pays est repassé exportateur en février, à hauteur de 3.418 GWh.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Les fournisseurs alternatifs s’imposent

Ajouté le 22/03/2017 - Auteur : jazz

Fin 2016, la part de marché des fournisseurs alternatifs était de 29 % pour l’électricité et 55 % pour le gaz, rapporte la CRE. La prochaine étape sera la fin des tarifs réglementés pour les particuliers et les petits professionnels.


Le 1er juillet prochain sera la date anniversaire de « l'ouverture totale des marchés de l'électricité et du gaz à la concurrence ».

En attendant, la Commission de régulation de l'énergie livre, dans son dernier Observatoire des marchés de détail, son bilan à la fin 2016.

Les fournisseurs alternatifs (ENGIE, Direct Energie, Planète OUI, ENI,...) détenaient 29 % de la consommation française d'électricité (441 térawattheures), tandis que 38 % était assurée par EDF au tarif réglementé, et le dernier tiers par les fournisseurs historiques (EDF et les entreprises locales de distribution) mais à un tarif non régulé.



Une chute des prix de gros

La chute des prix de l'électricité sur le marché de gros à partir de fin 2015 a eu un effet amplificateur.

Ce qui a permit aux nouveaux acteurs de s’imposer sérieusement sur le marché. Total (qui a racheté le belge Lampiris) propose depuis fin 2015 de l'électricité à ses clients professionnels dans le gaz via sa filiale Total Energie Gaz. ENI, jusqu'ici spécialisé dans le gaz, lancera son offre électricité à la fin du mois.

Le marché du gaz, où la concurrence a commencé à produire ses effets plus tôt, est plus ouvert. Les fournisseurs alternatifs se partagent 55 % de la consommation française (457 TWh en 2016), tandis que les tarifs réglementés n'en concernent plus que 14 %.

La chute a été moins brutale que pour l'électricité, car la fin des tarifs réglementés a démarré dès juin 2014.

La prochaine étape clef

Les fournisseurs alternatifs sont confiants dans leurs capacités à faire croître encore leurs parts de marché.

La prochaine étape pour eux sera la fin des tarifs réglementés pour les particuliers et les petits professionnels (artisans, commerçants).

Ils pourraient être supprimés dans le gaz assez rapidement : on attend une décision du Conseil d'Etat dans les semaines à venir.

Et Bruxelles a inclus dans son dernier « paquet hiver » leur suppression à moyen terme dans l'électricité.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

La facture d'électricité va augmenter

Ajouté le 20/03/2017 - Auteur : jazz

Les températures plus froides cet hiver alliées à un rattrapage tarifaire de la part d'EDF vont peser sur le budget énergétique des français.

Le consommateur s’attend à une sensible augmentation de sa facture d'électricité au cours des prochaines semaines, pour des questions climatiques d'une part, et réglementaires d'autre part.


L'aspect météo ne surprendra personne: il a fait plus froid cet hiver que les hivers précédents, avec notamment une bonne dizaine de jours au mois de janvier en dessous des normales saisonnières, et pour les 25 millions de ménages se chauffant à l'électricité, cela représente un facteur important de surconsommation.

EDF n'est pas en mesure de dire combien les ménages Français vont payer en plus pour avoir augmenté la température de leur chauffage.

L'entreprise souligne que cela dépend des situations, à commencer par la typologie de l'habitat. Selon certains spécialistes toutefois, la consommation d'électricité pendant cet hiver 2016-2017 a pu facilement grimper de 20% dans certains foyers.



Ce rattrapage est estimé à 30 euros en moyenne

Le second facteur qui explique l'augmentation de la facture d'électricité au cours des prochaines semaines est d'ordre réglementaire.

En juillet 2016, le Conseil d'État avait jugé insuffisante l'augmentation des tarifs réglementés pour la période courant du mois d'août 2014 au 31 juillet 2015.

La loi ordonnant que les coûts d'approvisionnement d'EDF doivent être strictement répercutés auprès du consommateur, l'entreprise va donc procéder à un rattrapage tarifaire à cette période.

Selon EDF, ce rattrapage est estimé en moyenne à 30 euros sur la période et il sera étalé selon le rythme de facturation des clients.

En l'occurrence, un certain nombre de ménages se sont déjà acquittés de ce rattrapage mais l'essentiel des consommateurs seront prélevés au cours des prochaines semaines.

Il existe des solutions pour réduire sa facture d'énergie puisque les fournisseurs alternatifs de gaz et d'électricité proposent des offres 10% moins chères que les tarifs réglementés, ce qui représente une économie de l'ordre de 200 euros par an pour une famille habitant une maison.

Alors n’hésitez pas à comparer les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF, afin de trouver celle, qui correspond au plus près à vos besoins.

Reprise des coupures pour impayés en avril

Ajouté le 16/03/2017 - Auteur : jazz

Le médiateur national de l’énergie prévoit une "forte reprise des coupures" pour factures impayées à partir d’avril, fin de la trêve hivernale.

En 2016, le médiateur a recensé 604 000 interventions pour impayés (coupures ou réductions de puissance en électricité) contre 577 000 en 2015, soit une hausse de 5 %.

Après un hiver rigoureux, la situation pourrait s'aggraver encore cette année.


Fin de la trêve hivernale

La fin de la trêve hivernale marque la reprise des expulsions locatives, mais aussi des coupures d'électricité et de gaz en cas d'impayés.

Depuis 2013, la loi Brottes interdit aux fournisseurs d'énergie de procéder à l'interruption de fourniture d'énergie de leurs clients entre le 1er novembre et le 31 mars.

Dans le cas de l'électricité, ils peuvent cependant faire procéder à des réductions de puissance, sauf pour les bénéficiaires du tarif social ou du chèque énergie.

En 2016, 604.000 interventions pour impayés avaient été effectuées, un chiffre en hausse de 5% par rapport à l'année précédente.

Si la situation pour l'électricité est stable, les interventions ont grimpé de 25% pour le gaz.



Prévention

Le médiateur encourage les consommateurs qui rencontrent des difficultés pour s'acquitter du paiement de leurs factures d'électricité ou de gaz à s'adresser à leur fournisseur afin de solliciter un échelonnement de leur dette, ainsi que les différents acteurs sociaux qui peuvent les accompagner dans leurs démarches.

M. Gaubert demande par ailleurs « que soit examinée une revalorisation du montant du chèque énergie». Cette aide est destinée aux personnes en précarité énergétique.

Le chèque énergie remplacera les tarifs sociaux à partir de 2018 sur l’ensemble du territoire, après avoir été expérimenté dans quatre départements.

La précarité énergétique touche plus de 12 millions de Français d'après le dernier rapport de l'Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE), soit 500.000 de plus qu'il y a deux ans lors de sa précédente étude.

Cette précarité concerne les personnes qui consacrent plus de 10% de leurs revenus au paiement de leurs factures d'énergie.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EDF EN accélère son déploiement

Ajouté le 15/03/2017 - Auteur : jazz

Dans le cadre de la stratégie du Groupe EDF, qui souhaite augmenter la part des énergies vertes dans son mix énergétique, EDF Energies Nouvelles a annoncé de nombreuses actions, confirmant ainsi sa place d’acteur incontournable des renouvelables en France.

Entre mises en service, constructions en cours, et autres candidatures retenues à des appels d’offres, l’activité du groupe est bien remplie !


2017, l’année des énergies renouvelables

2017 est l’année des énergies renouvelables pour le groupe EDF.

Après avoir inauguré l’été dernier le « plus grand parc éolien » de France, le producteur et fournisseur d’électricité français a annoncé mardi14 mars de nombreuses actions en cours ou à venir en faveur du développement des EnR dans l’hexagone.

À commencer par le mise en service cette année du parc éolien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, d’une capacité installée de 66,5 MW.

Installé sur cinq communes ardéchoises, ce dernier disposera de 26 turbines destinées à produire « pendant 25 ans l’équivalent de la consommation annuelle en électricité de 72 000 habitants, soit plus de 20% de la population » locale.



EDF EN sur tous les fronts

Actuellement, EDF EN exploite dans l’Hexagone près de 1.400 MW de capacités éoliennes (1.170 MW) et solaires (210 MW), et ne compte pas s’en arrêter là.

Au-delà du parc éolien de Montagne-Ardéchoise, l’entreprise procède à la construction de huit parcs éoliens et solaires d’une capacité totale de 190 MW, dont la mise en service sera étalée sur 2017 et 2018.

D’autre part, la filiale d’ EDF a aussi annoncé mardi s’être associé à l’entreprise héraultaise Arkolia Energies pour poursuivre le développement de deux projets éoliens de 84 MW en Occitanie.

Enfin, l’entreprise a fait part de sa grande satisfaction après avoir remporté plusieurs appels d’offres solaires lancés par le gouvernement.

EDF Énergies Nouvelles a ainsi été choisi pour bâtir deux centrales photovoltaïques au sol (15 MWc de puissance installée).

Le spécialiste des EnR sera également en charge de mener à bien 24 projets d’autoconsommation en toiture, dont la production totale sera de 8,7 MWc.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Fiabilité des compteurs «intelligents»

Ajouté le 13/03/2017 - Auteur : jazz

Certains compteurs intelligents surestimeraient la consommation en électricité selon une étude publiée début mars par des chercheurs aux Pays-Bas.

En France, le gouvernement prévoit de remplacer dans tous les foyers, d'ici à 2021, les compteurs traditionnels par des compteurs intelligents baptisés « Linky ».



Des résultats près de 6 fois supérieurs à la consommation réelle

D'après l’étude universitaire publiée dernièrement, dans certains cas, ces compteurs donneraient des résultats près de 6 fois supérieurs à la consommation réelle d'électricité d'un foyer.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs néerlandais ont testé 9 compteurs, fabriqués entre 2004 et 2014 qui ont été reliés, par l'intermédiaire d'un tableau électrique, à différents appareils.

Ils ont ensuite comparé la consommation réelle du système avec les lectures du compteur d'énergie électronique.

Résultat : 5 des 9 compteurs ont affiché des données largement supérieures à la quantité d'électricité réelle consommée ; un écart de 582% a été relevé.

À l'inverse, 2 compteurs ont affiché des relevés 30% inférieurs à la consommation réelle.



Pourquoi de telles disproportions ?

D'après les chercheurs des Pays-Bas, la «conception du compteur» serait en cause.

En effet, ces derniers ne seraient pas adaptés aux ampoules à basse consommation et LED.

Ces nouvelles ampoules ne forment pas des «ondes parfaites» et rendent par conséquent l’électricité plus difficile à mesurer, expliquent-ils.

Aux Pays-Bas, le gouvernement compte remplacer tous les compteurs traditionnels par un «compteur intelligent» d'ici à 2020.

La France souhaite, également, équiper les 35 millions de foyers d'un compteur Linky.

Elle a lancé un chantier pharaonique de 5 milliards d'euros géré par Enedis, anciennement ERDF dont le bouclage est prévu en 2021.

Début mars, plus de 3 millions de compteurs étaient installés.

Services à distance, nouvelles offres tarifaires, baisse de la consommation et, donc, de la facture...

L'argumentaire commercial est bien connu.

Mais, de plus en plus de collectivités et particuliers refusent ces compteurs craignant notamment un danger pour la santé.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Engie et EDPR visent l’éolien en mer

Ajouté le 09/03/2017 - Auteur : jazz

Lundi 6 mars, le fournisseur Engie et le spécialiste des énergies renouvelables EDP Renewables annoncent qu'ils se portent candidats au troisième appel d'offres pour l'implantation d'un parc éolien offshore dans le Nord de la France.


Le groupe ENGIE et la société portugaise EDPR viennent d’annoncer qu’ils se portent candidats au 3e appel d’offres pour l’implantation d’un parc d’une capacité comprise entre 250 et 750 mégawatts (MW) au large de Dunkerque.

"Cette candidature commune en pré-qualification leur permet de poursuivre et de renforcer une collaboration durable sur ce marché stratégique qui s'appuie sur le fort potentiel éolien existant au large du littoral [français]", expliquent les deux entreprises.





Mise en service du parc éolien prévue pour 2022

En avril 2016, la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal avait annoncé qu'une consultation entre acteurs était en cours, en vue de l'implantation d’un parc éoliens en mer au large de Dunkerque.

En décembre dernier, Ségolène Royal avait indiqué l'ouverture du dialogue concurrentiel pour ce projet d'éoliennes en mer.

Les services du ministère de l'Environnement estiment que la date prévisionnelle de mise en service du parc est 2022.

En France, ENGIE et EDP Renewables ont déjà travaillé ensemble sur différents projets d'éolien en mer : les projets de Dieppe-Le Tréport (Seine-Maritime, 500 MW) et des Iles d'Yeu et de Noirmoutier (Vendée, 500 MW), remportés en mai 2014 dans le cadre du deuxième appel d'offres éolien offshore.

Tout comme dans l’éolien flottant avec le projet de ferme pilote de Leucate (Aude) en Méditerranée (24 MW) et comme partenaires coinvestisseurs pour le projet WindFloat Atlantic au Portugal (25 MW).

Ces développements vont permettre à la France d'asseoir son leadership dans l'éolien en mer et de contribuer ainsi à l'atteinte des objectifs clés de la transition énergétique, soit 3.000 MW d'éolien en mer posés à l'horizon 2023.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités